Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
À propos du forum

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.

Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum

Le Deal du moment :
Machine expresso automatique avec broyeur – ...
Voir le deal
245.99 €

 

 c'est arrivé en juin

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 46211
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: François 1er   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitimeMar 7 Juin 2022 - 8:14

Rappel du premier message :

François Ier (1494 - 1547) - Le dernier roi-chevalier
c'est arrivé en juin - Page 3 CondeFrancois1er1515

François 1er (vers 1515)par Jean Clouet(Chantilly musée Condé) 


François, comte d'Angoulême, cousin et gendre du roi Louis XII, succède à celui-ci sur le trône de France le 1er janvier 1515, sous le nom de François Ier.


Le nouveau roi est grand (plus de deux mètres). Cultivé et brave mais fantasque et moyennement intelligent, il engage le pays dans de folles aventures militaires contre son rival Charles Quint.


Peu affecté par ses déboires militaires, il développe une vie de cour brillante, inspirée des fastes de l'Italie. Sous son règne s'épanouit la première Renaissance française.


Un roi amoureux des plaisirs et de la guerre


Sitôt sur le trône, François Ier n’a rien de plus pressé que de reprendre la guerre en Italie.


Le 13 septembre 1515, il écrase les Suisses dans la plaine du Pô, à Marignan. Cette bataille se solde par 16000 morts, ce qui fait d’elle la plus meurtrière depuis l’Antiquité.


François Ier se porte candidat à l’empire d’Allemagne contre le petit-fils de Maximilien Ier de Habsbourg. Les deux rivaux dépensent de l’argent sans compter pour séduire les grands électeurs allemands. Le Habsbourg l’emporte finalement, devenant pour la postérité l’empereur Charles-Quint. 


La guerre ne tarde pas à éclater entre l’empereur et le roi de France. Elle se corse de querelles religieuses car, pendant que les deux souverains s'occupaient de leur élection, Martin Luther diffusait en Allemagne et au-delà une nouvelle religion, le protestantisme.


Charles-Quint et François Ier rêvent d’asseoir leur domination sur l’Italie, riche, belle et divisée. Désireux de nouer une coalition contre l’empereur, François 1er rencontre près de Calais, le 7 juin 1520, le roi d’Angleterre Henri VIII. Malgré le faste de ce «camp du Drap d’Or», la rencontre tourne au fiasco et Henri VIII s’allie finalement avec l’empereur et le pape contre le roi de France !


La suite est une succession d’échecs. Les Français sont battus à La Bicoque (en italien Bicocca, d’où nous vient le mot bicoque). Là-dessus, le connétable de Bourbon déserte au profit de l’empereur pour cause de mésentente personnelle avec le roi. Il met à feu et à sang la Provence.


Le pire survient le 24 février 1525, avec la capture de François Ier à la bataille de Pavie, près de Milan. Il n’a d’autre choix que de signer le traité de Madrid (1526) mais s'empressera d'en renier les clauses sitôt libéré.
c'est arrivé en juin - Page 3 Pavie

La bataille de Pavie ( 1525 )




La guerre reprend. Nouvel échec. Mais l’empereur, menacé d’être pris à revers par les Turcs, accepte de traiter. La paix est négociée à Cambrai par sa tante Marguerite d’Autriche et la mère de François Ier. Elle est pour cela appelée «paix des Dames».


Contre Charles-Quint, François Ier noue des liens avec les princes luthériens d’Allemagne et même avec le sultan Soliman le Magnifique. En 1536, il signe avec celui-ci le traité des Capitulations qui offre aux navires français le monopole du commerce avec les Ottomans et confie au roi la protection des Lieux Saints et des chrétiens d’Orient. Les Capitulations resteront en vigueur jusqu’à la fin du XIXe siècle.


Une ultime guerre aboutit, après la victoire sans suite de Cérisoles, en Italie (1544), à une paix de compromis.


La France au XVIe siècle
Cliquez pour voir

c'est arrivé en juin - Page 3 MiniFrance_297



Cette carte montre l'extension territoriale de la France sous les règnes de François Ier, Henri II et Henri IV.


La Couronne récupère la Bretagne et les apanages du connétable, Calais et les Trois-Évêchés, ainsi que le Béarn...
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
mimi1260
Moderateur



Messages : 46211

c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en juin   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitimeSam 24 Juin 2023 - 8:32

24 juin 1340 : La flotte française détruite à l'Écluse


Le 24 juin 1340, la flotte française est détruite par les marins anglais dans le port flamand de l'Écluse (aujourd'hui Sluis, en aval de Bruges). Bien que disposant de plus de vaisseaux que les Anglais du roi Édouard III et de galères génoises en renfort, Hugues Quieret et Nicolas Behuchet, amiraux du roi Philippe VI de Valois, choisissent la défensive et attachent leurs bateaux entre eux dans le port pour faire barrage à l'ennemi, selon la coutume du temps.


Les Anglais se lancent audacieusement à l'attaque et, de leurs navires, les archers déversent une pluie de flèches, dont certaines enflammées, sur les navires ennemis. Quelques-uns de ceux-ci arrivent à s'échapper mais les Français perdent au total 170 navires et 20.000 hommes. Capturés, les deux amiraux sont, l'un pendu, l'autre décapité. Ce désastre, qui laisse la France sans défense face aux débarquements anglais, est le premier qu'aura à connaître la France dans la Guerre de Cent Ans*.


Dernière édition par mimi1260 le Sam 24 Juin 2023 - 8:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 46211
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en juin   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitimeSam 24 Juin 2023 - 8:39

*la guerre de Cent Ans


Le 7 octobre 1337, à l'abbaye de Westminster, le roi d'Angleterre Édouard III lance publiquement un défi à son cousin le roi de France. Il conteste la légitimité de Philippe VI de Valois et revendique la couronne de France pour lui-même. C'est le début de la guerre de Cent Ans.


Montée des revendications
c'est arrivé en juin - Page 3 Edouard3-jarretiere
Edouard III (13 novembre 1312 ; 21 juin 1377) en costume de grand-maître de l'Ordre de la Jarretière (1430, William Bruges, Garter Book, British Library)


L'accession au trône de Philippe VI de Valois, après la mort sans postérité du dernier fils de Philippe le Bel, n'avait pas été sans susciter de contestation.


À peine élu, le nouveau roi de France avait tenté de consolider son autorité en écrasant au Mont Cassel, près de Lille, le 23 août 1328, les Flamands insurgés contre leur comte, Louis de Nevers.


Là-dessus, il avait rappelé au roi d'Angleterre Édouard III qu'il devait lui rendre hommage pour ses possessions de Guyenne et de Gascogne. Selon les règles féodales, ces provinces relevaient en effet de la monarchie française, qui était censée les avoir confiées aux Plantagenêts en qualité de fiefs.


Les choses se gâtent dès lors très vite. Le comte de Flandre prend le parti du roi de France dans la querelle qui s'amorce. Or les bourgeois flamands tirent leur prospérité de la laine anglaise qu'ils importent en abondance et dont ils font des draps qu'ils vendent dans toute l'Europe.


Édouard III punit la Flandre en imposant l'embargo sur les exportations de laine anglaise le 12 août 1336. Mis en difficulté, les drapiers flamands se soulèvent contre leur comte sous la direction de l'un des leurs, Jacob van Artevelde, un marchand de Gand charismatique et éloquent. Ce dernier suggère au roi d'Angleterre de revendiquer pour lui-même la couronne de France...


Philippe VI de Valois, loin de calmer le jeu, prononce le 24 mai 1337 la confiscation de Bordeaux et du duché de Guyenne. C'est la guerre (... de Cent Ans) !


Un intrigant français à Londres


Le roi d'Angleterre est aussi encouragé à la guerre par Robert III d'Artois.


Son père Philippe est mort en 1298 des suites de ses blessures à la bataille de Furnes contre les Flamands, un an plus tôt. Ensuite est mort son grand-père Robert II d'Artois à la « bataille des éperons d'or », en 1302. Du coup, le jeune Robert a été privé de la succession au profit de sa tante Mahaut.


Beau-frère du roi Philippe VI de Valois dont il a épousé la demi-sœur, le colérique féodal intrigue sans trêve pour recouvrer ses droits et n'hésite pas à produire de faux documents. Son épouse Jeanne de Valois et ses fils sont incarcérés à Château-Gaillard. Lui-même doit s'enfuir et va chercher une revanche à Londres.


Personnage haut en couleur, il est au cœur de la saga historique de Maurice Druon : Les rois maudits.


C'est ainsi qu'à Westminster, Édouard III défie publiquement Philippe VI qu'il appelle « Philippe de Valois, qui se dit roi de France ». Quelques mois plus tard, en janvier 1338, chez ses alliés flamands de Gand, il prend publiquement le titre de « roi de France ».


Le conflit va rebondir avec une guerre de succession ouverte en Bretagne par la mort du duc Jean III.


De désastre en désastre


Le roi d'Angleterre a d'abord l'avantage sur son cousin et rival, Philippe VI. La flotte française est détruite dans le port flamand de l'Écluse, en aval de Bruges, le 24 juin 1340. Quelques années plus tard survient à Crécy le premier affrontement terrestre.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 46211
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en juin   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitimeDim 25 Juin 2023 - 4:59

DECES


Georges Cadoudal (1er janvier1771 -25 juin 1804) - Le royaliste révolté
c'est arrivé en juin - Page 3 Cadoudalmini

Partisan intransigeant de la cause royale, Georges Cadoudal marque la période révolutionnaire par son activisme et ses multiples complots en vue du retour des Bourbon sur le trône de France.

Un guerrier au service de la couronne

Georges Cadoudal entame son destin hors norme le 1er janvier 1771, près d'Auray en Bretagne, dans une famille de laboureurs aisés. Intelligent et brillant, il devient clerc de notaire. Hostile à la Révolution Française, en 1793, il intègre la chouannerie et la grande armée catholique et royale où sa légendaire bravoure et son intelligence tactique lui font grimper très vite l'échelle hiérarchique.

Mais les échecs de la contre-révolution dans l'ouest le contraignent à signer la paix avec le général Hoche en 1796.

Cadoudal en profite pour réorganiser ses troupes et préparer une prochaine insurrection avec l'aide de la Grande-Bretagne.

1798 est une année de consécration pour Cadoudal qui reçoit de Louis XVIII en personne le commandement en Bretagne.

Le coup d'État de Napoléon Bonaparte, en novembre 1799, n'entame en rien sa soif de combattre la République. Sa défaite à la bataille du pont du Loc'h va le contraindre toutefois à signer à nouveau une convention de paix le 14 février 1800.

Un complot fracassant

Napoléon Bonaparte le convoque alors à Paris afin de tenter de le rallier au nouveau régime. Face à ce fanatique de la cause royale, les tentatives de séduction du Premier Consul sont vouées à l'échec.

Rien ne l'arrête. Il commet, peu de temps après, un des premiers attentats à la bombe de l'Histoire !

Le 24 décembre 1800, lui et ses complices font exploser une charrette piégée sur le passage du Premier Consul. La tentative d'assassinat échoue, mais la violence de la déflagration marquera les esprits.

Cadoudal se réfugie en Angleterre, où il est nommé Lieutenant général des armées du roi par le comte d'Artois, frère de Louis XVIII.

Toujours redoutable, il débarque secrètement le 23 août 1803 sur les côtes normandes afin de rejoindre la capitale pour organiser un nouveau complot contre le Premier Consul. Il prend contact avec les généraux Moreau et Pichegru. L'objectif est d'enlever le Premier Consul et de renverser le régime consulaire en faveur de la famille des Bourbon.

Mais les trois hommes se querellent et Moreau et Pichegru sont arrêtés par les forces de police. Le 9 mars 1804, c'est au tour de Cadoudal d'être arrêté après une course épique. Jugé et condamné à mort, il monte sur l'échafaud le 25 juin 1804.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 46211
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en juin   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitimeLun 26 Juin 2023 - 6:42

26 juin 1794 - La Révolution est sauvée à Fleurus

Le 8 messidor an II (26 juin 1794), les Français remportent une bataille décisive sur les Autrichiens à Fleurus, entre Charleroi et Namur, dans les Pays-Bas autrichiens (Belgique actuelle).
c'est arrivé en juin - Page 3 Fleurus
Jean-Baptiste Jourdan à Fleurus

La Révolution en danger

L'année 1793 a été désastreuse pour la Révolution française : soulèvement de la Vendée, occupation de Toulon par les Anglais, défaites militaires....

Sur la frontière du nord, une armée de 80 000 hommes doit à tout prix repousser la menace d'invasion. Elle bénéficie du recrutement des « volontaires de l'an II » (le calendrier révolutionnaire fixe au 21 septembre 1792 le début de l'ère nouvelle). Selon le nouveau principe de l'« amalgame », elle est constituée en demi-brigades, chacune comprenant un bataillon de soldats expérimentés et deux bataillons de volontaires.

Quoi qu'il en paraisse, les « volontaires », recrutés sous la contrainte ou contre rémunération, ne sont pas autant que le dit la légende portés par l'enthousiasme, encore moins par la compétence. Leurs succès doivent beaucoup à la fermeté jacobine. Un jeune et fougueux représentant en mission de 27 ans, Louis-Antoine Saint-Just*, stimule les énergies. Il fait fusiller les déserteurs, casse les officiers incapables, traque les tièdes.

En mars 1794, Saint-Just place l'armée de la Moselle sous le commandement de Jean-Baptiste Jourdan qui, après son succès de Wattignies, avait été écarté en raison de son opposition aux choix du Comité de Salut Public.

Après plusieurs tentatives infructueuses face aux Autrichiens du général Kaunitz, les soldats réussissent le 18 juin 1794 à franchir la Sambre au niveau de Charleroi. Après un siège d'une semaine, les Français s'emparent de la ville le 25 juin 1794.

C'est alors que s'approche le feld-maréchal prussien Frédéric de Saxe-Cobourg, à la tête de 70 000 coalisés Prussiens et Autrichiens. Tandis que les Français se déploient sur les hauteurs de Fleurus, au nord de Charleroi, sur 28 kilomètres, Saxe-Cobourg commet l’erreur de les attaquer sur tous les points à la fois.

La première décharge des Autrichiens fait plusieurs milliers de victimes mais ne décourage pas les révolutionnaires. Pendant plusieurs heures, les soldats français reviennent à la charge en colonnes infatigables. Le soir, de lassitude, le prince de Cobourg abandonne le champ de bataille sur lequel il laisse 5 000 morts et blessés. Son armée se retire en bon ordre vers Bruxelles.

Les vainqueurs ne s'attardent pas à Fleurus. Ils se lancent sans attendre dans une contre-offensive, entrent à leur tour à Bruxelles et Liège, occupent sans coup férir Cologne et enfin Coblence.

L'armée de Jourdan prend le nom de Sambre-et-Meuse en souvenir de sa victoire de Fleurus. La France est sauvée de l'invasion. Lazare Carnot, en charge de la guerre au Comité de Salut public veut profiter de son avantage et refuse une paix prématurée. Celui que l'on appelle « l'organisateur de la victoire » propose de porter les frontières de la France sur le Rhin, sa « frontière naturelle ».


* Il sera guillotiné avec Robespierre le 28 juillet 1794 à l'âge de 27 ans.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 46211
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en juin   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitimeMar 27 Juin 2023 - 6:01

27 juin 1905 - Mutinerie à bord du Potemkine
c'est arrivé en juin - Page 3 Potemkine_film
Le cuirassé Potemkine (affiche du film de Serge Eiseinstein)


Le mardi 27 juin 1905, une mutinerie éclate à bord du Potemkine, le principal cuirassé de la flotte de guerre russe.

Sur le moment, l'événement passe inaperçu dans une Russie bouleversée par une première Révolution et une guerre désastreuse contre le Japon.

Mais il va acquérir beaucoup plus tard une notoriété mondiale et accéder au rang de mythe historique, par la vertu d'un film que lui a consacré le réalisateur Eisenstein vingt ans plus tard.

En 1965, Jean Ferrat lui a consacré aussi l'une de ses plus belles chansons.

Marine en crise

Depuis sa défaite de Tsushima, un mois plus tôt, face à la flotte japonaise, la marine du tsar Nicolas II est agitée par des mouvements divers et les officiers ont le plus grand mal à se faire respecter de leurs hommes. Sur terre, dans tout le pays, se multiplient grèves et rébellions depuis la révolte sanglante du « Dimanche rouge » du 22 janvier 1905 à Saint-Pétersbourg.

Sur le cuirassé Potemkine, qui porte le nom d'un favori de Catherine II, le commandant, le capitaine de vaisseau Golikov, a su jusque-là préserver la discipline par une relative humanité.

Mis en service deux ans plus tôt, le navire mesure 113 mètres de long, déplace 12 600 tonnes et transporte environ 700 hommes. Ses marins sont pour la plupart des paysans sans éducation, recrutés de force quelques mois plus tôt pour combler les effectifs creusés par la guerre. Ils n'ont pas encore l'expérience du feu.

Viande avariée

Tandis qu'il effectue des exercices sur la mer Noire, au large d'Odessa, le cuirassé est ravitaillé comme de coutume en provisions. Au petit matin, les marins s'approchent des carcasses qui pendent sur le pont en attendant leur mise en cale et découvrent une viande en putréfaction, puante et truffée d'asticots. Ils se rassemblent autour des carcasses. C'est l'indignation. Le médecin du bord, le docteur Smirnov, examine la viande. Avec mépris pour les brutes qui l'entourent, il prétend sentencieusement que la viande est « comestible » sous réserve d'être simplement lavée avec du vinaigre.

Les marins murmurent et se retirent. Arrive l'heure du déjeuner. Dans le réfectoire, les cuisiniers amènent les marmites de bortsch, avec la viande bouillie. Cette fois, c'est l'explosion. Les marins refusent de manger et conspuent les cuisiniers. Alerté par le vacarme, le second du navire, un aristocrate polonais brutal et cassant, le capitaine de frégate Hippolyte Giliarovsky, alerte le commandant. Devant celui-ci, le docteur réitère son verdict sur l'état de la viande.

Alors, le commandant a la mauvaise idée de faire battre les tambours et de rassembler l'équipage sur le pont. Il harangue les hommes et demande à ceux qui acceptent de manger la viande d'avancer de deux pas. Maladresse ! Par habitude et résignation, seuls quelques vétérans obéissent. Les autres se tiennent cois.
c'est arrivé en juin - Page 3 Potemkine
Une image du film d'Eisenstein (Le cuirassé Potemkine)

Bafoué, le commandant se contente d'annoncer que les marins n'auront rien d'autre à manger. Là-dessus, il se retire et son second poursuit la harangue.

Dans l'équipage figurent quelques militants révolutionnaires du parti social-démocrate, dont leur chef Afatasy Matiouchenko. Ils ont reçu de leur parti la consigne de préparer les marins à une insurrection générale de la flotte de la mer Noire.

Matiouchenko se dit que voilà l'occasion de devancer l'insurrection générale. Il excite ses camarades à la révolte. Le ton monte...
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 46211
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en juin   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitimeMer 28 Juin 2023 - 3:58

28 juin 1914 - Assassinat d'un archiduc à Sarajevo

Le 28 juin 1914, l'héritier de l'empire austro-hongrois et son épouse sont assassinés à Sarajevo par un terroriste serbe, Gavrilo Princip (19 ans).

Imputé non sans raison à la Serbie par le gouvernement autrichien, l'assassinat va servir de prétexte au déclenchement de ce qui deviendra la Première Guerre mondiale.
c'est arrivé en juin - Page 3 Sarajevo
François-Ferdinand et sa femme Sophie Chotek à Sarajevo, une heure avant l'attentat

Un attentat aux ramifications troubles

Tout commence à Belgrade, capitale de la Serbie, où le chef des services de renseignements, le colonel Dimitrievitch, manipule une organisation secrète terroriste, La Main noire. Celle-ci prône la réunion de tous les Slaves du Sud (on dit aussi Yougoslaves) autour de la Serbie, principal état slave des Balkans. A l'étranger, elle encourage des mouvements politiques comme le mouvement Jeune Bosnie, dont fait partie Princip.

L'assassin et ses complices sont des jeunes gens originaires de Bosnie-Herzégovine. Cette ancienne province ottomane, dont Sarajevo est la capitale, était devenue un protectorat de Vienne avant d'être formellement annexée par l'Autriche-Hongrie le 5 octobre 1908.

Pour faire avancer leur cause, Princip et cinq amis, dont un Bosniaque musulman, projettent de leur propre initiative d'assassiner un haut fonctionnaire autrichien. Mais quand ils apprenent l'arrivée à Sarajevo de l'héritier du trône d'Autriche, ils se disent qu'il fera encore mieux l'affaire.

L'archiduc (51 ans) visite Sarajevo en qualité d'inspecteur général des forces militaires.

Une première alerte a lieu le matin quand une bombe tombe près du cortège officiel. Elle rebondit sur la capote de la voiture de l'archiduc et blesse un officier de la voiture qui suit. Son auteur, Gabrinovitch, est arrêté. Un peu plus tard, l'archiduc et son épouse se rendent à l'hôpital pour visiter le blessé mais leur chauffeur se trompe d'itinéraire, emprunte une ruelle et doit aussitôt s'arrêter pour revenir sur le boulevard principal.
c'est arrivé en juin - Page 3 Princip1
arrestation mouvementée d'un suspect (Gavrilo Princip ?) à Sarajevo, après l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand

Princip, qui se trouve opportunément à proximité, joue le tout pour le tout et tire deux coups de revolver sur la voiture. L'archiduchesse est tuée sur le coup. François-Ferdinand décède au bout de dix minutes. L'assassin est arrêté et rejoint en prison son ami ainsi que plusieurs complices présumés.

La mort tragique de l'archiduc François-Ferdinand de Habsbourg et de son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg, émeut l'opinion publique européenne, même si les victimes n'étaient guère connues et encore moins populaires. Mais l'empereur François-Joseph Ier les appréciait moins que quiconque.

Les policiers autrichiens montrent d'emblée un lien entre les assassins et la Serbie. Il apparaît dès lors raisonnable à l'ensemble des chancelleries européennes que Vienne punisse celle-ci. Personne n'imagine qu'un conflit local entre le prestigieux empire des Habsbourg et la Serbie archaïque puisse déraper...

La situation dérape

Le comte Berchtold, ministre austro-hongrois des Affaires étrangères, est impatient d'en finir avec l'agitation serbe et, le 4 juillet, sitôt acquises les preuves de l'implication serbe dans l'attentat de Sarajevo, il envoie un émissaire à Berlin pour obtenir l'appui de l'empereur allemand Guillaume II. 

Mais l'empereur François-Joseph 1er et le comte Tisza, Premier ministre hongrois, ne veulent à aucun prix de complications. La dynastie des Habsbourg a tout à y perdre de même que les Hongrois de l'empire, qui doivent faire face aux revendications des autres minorités : Tchèques, Polonais, Serbes, Italiens, Roumains etc.

Pour cette raison, il s'écoulera quatre semaines avant que Vienne adresse un ultimatum à Belgrade. Entre temps, l'émotion sera retombée et les Russes auront eu le temps d'afficher leur solidarité avec les Serbes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





c'est arrivé en juin - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en juin   c'est arrivé en juin - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
c'est arrivé en juin
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» cest arrivé en janvier
» c'est arrivé en mai
» c'est arrivé en Avril
» C'est arrivé un 16 juillet
» c'est arrivé un 3 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: