Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
À propos du forum

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.

Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum

Le Deal du moment :
Bon plan achat en duo : 2ème robot cuiseur ...
Voir le deal
600 €

 

 c'est arrivé en mai

Aller en bas 
3 participants
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Le mensonge : arme de guerre ..   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMer 4 Mai 2022 - 15:54

30 avril 1943
Des vies épargnées par « Viande hachée » (Mincemeat)


Janvier 1943. La Seconde Guerre mondiale est à un tournant. Défaits à El-Alamein et Stalingrad, les Allemands reculent sur tous les fronts et se disposent à lâcher l'Afrique du Nord. Réunis à Casablanca, dans l'hôtel Anfa, les Anglo-Saxons envisagent de poursuivre leur avantage par un débarquement en Sicile, à partir de la Tunisie, en juillet 1943. C'est encore une idée de Churchill ! Mais sa réussite serait compromise si les Allemands en avaient vent et venaient à renforcer les pauvres troupes italiennes qui défendent l'île.


Les services secrets britanniques vont les convaincre que le débarquement, bien réel, visera en fait la Sardaigne et la Grèce. Ils vont pour cela larguer au large de l'Espagne, le 30 avril 1943, le cadavre d'un supposé officier britannique porteur de lettres confidentielles faisant état de ce projet. Les espions allemands ne se feront pas faute d'intercepter les lettres et d'en transférer la copie à Hitler. Celui-ci prélèvera deux divisions sur le front russe pour les transférer... en Grèce, à la grande satisfaction de Staline comme des Anglo-Saxons, lesquels pourront occuper la Sicile en un mois.


Cette opération de contre-espionnage, longtemps cachée, a porté le nom délicat de Mincemeat  (« Viande hachée »). Pour la petite histoire, quand il fut acquis que les Allemands avaient pris connaissance du contenu des fausses lettres, Roosevelt et Churchill reçurent du contre-espionnage britannique, le fameux MI5 (Military Intelligence section 5),  le message : « Mincemeat [had been] swallowed whole » (« Viande hachée [a été] bien avalée »).


La ruse au cinéma


L'opération Mincemeat n'a été dévoilée que plusieurs années après la guerre. Elle a alors inspiré les romanciers et les cinéastes. Un premier film lui a été consacré en 1956 sous le titre : L'Homme qui n'a jamais existé (The Man Who Never Was, Ronald Neame), d'après le témoignage éponyme du maître d'oeuvre de l'opération, le capitaine de corvette (lieutenant commander) Ewen Montagu.
c'est arrivé en mai Film-ruse

La ruse (John Madden - 2022)


Le deuxième film, La Ruse (Operation Mincemeat, John Madden), sorti en 2021, est quant à lui inspiré d'un roman. Tout en restant fidèle dans les grandes lignes à la réalité historique, il entre dans la vie intime des héros et en premier lieu d'Ewen Montagu, interprété par le magnifique Colin Firth. Le résultat est agréable à voir, avec un tempo d'une sensibilité plus britannique qu'hollywoodienne. Notons l'apparition d'un jeune agent du nom de Ian Fleming. Le père de James Bond a de fait travaillé pour les services secrets mais il n'est pas avéré qu'il ait participé à l'opération Mincemeat. Regrettons enfin, mais c'est un détail, qu'il soit si difficile de trouver des acteurs convaincants dans le rôle de Churchill. 


De l'utilité des romans d'espionnage


La Seconde Guerre mondiale... et Churchill sont la preuve qu'il n'y a pas de succès militaire sans une grande imagination romanesque (et une bonne culture générale). Le Premier ministre britannique, doté d'un cerveau en fusion, s'est dès le début du conflit pris de passion pour les services secrets et les opérations secrètes. Il suivit de très près les efforts des petits génies de Betchley Park pour casser le code Enigma utilisé par les Allemands, tout comme l'opération d'intoxication Fortitude qui allait convaincre les Allemands que l'ultime débarquement aurait lieu dans le Pas-de-Calais et non en Normandie. 


Churchill renforça très tôt aussi le contre-espionnage MI5, dont James Bond allait plus tard faire la réputation. Au sein du MI5 fut constitué un comité spécial destiné à retourner les espions allemands, le comité XX  (Twenty Committee). Les Britanniques jugèrent en effet plus pertinent de faire travailler ces agents pour leur compte plutôt que simplement les exécuter ! Cette mission conduisit le comité XX à organiser aussi des opérations d'intoxication comme l'opération Mincemeat.


L'histoire débute... en 1939, quand le directeur du service de renseignements de la Marine britannique John Henry Godfrey transmet à ses service un « mémo de la truite » qui recense 51 techniques pour tromper l'ennemi. L'une d'elles est empruntée à un auteur de romans policiers, Basil Thomson. Elle consiste à abandonner près des côtes ennemies un cadavre d'aviateur porteur de fausses informations. C'est cette idée que va reprendre le capitaine Ewen Montagu pour tromper l'ennemi sur le débarquement de Sicile en 1943.


Sa mise en oeuvre est préparée avec le plus grand soin. On sélectionne à la morgue le cadavre d'un homme jeune qui s'est empoisonné et dont on pourrait croire qu'il s'est noyé. Tandis qu'on le met au frigidaire, on lui prépare une fausse identité appropriée, celle du capitaine William Martin, et on lui invente toute une histoire personnelle pour le rendre crédible : photo et lettre d'amour de sa promise, lettre de son banquier, billet de théâtre, etc.


Le jour venu, un sous-marin largue le cadavre près des côtes espagnoles. Il est recueilli par des pêcheurs qui le livrent aux autorités. L'Espagne, étant officiellement neutre, se fait un devoir de le remettre aux représentants de l'ambassade britannique afin qu'il soit inhumé comme il convient.


En attendant, comme le Comité XX l'escomptait, les espions allemands présents sur place ont eu vite fait de photographier tout ce que portait le cadavre, y compris ses lettres, et de transmettre le tout à Berlin. Un Irlandais entré au service des nazis va être mandaté pour vérifier à Londres les renseignements concernant William Martin. Bien qu'informés, les services secrets britanniques vont le laisser oeuvrer pour ne pas mettre la puce à l'oreille des Allemands...


Au final, grâce à « William Martin », les Anglo-Saxons vont pouvoir débarquer en Sicile et s'emparer de l'île en six semaines, avec relativement peu de pertes (un peu plus de cinq mille morts). Nul doute que le bilan aurait été plus élevé si Hitler, répondant aux supplications de son allié Mussolini, avait renforcé les défenses de l'île comme celui-ci le lui demandait. Mais les Allemands vont très vite se reprendre. Il faudra encore neuf mois aux Anglo-Saxons, renforcés par l'armée d'Afrique de la France Libre, pour briser la ligne Gustave, entre Naples et Rome.


André Larané
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeDim 30 Avr 2023 - 20:56

1er mai - Le jour de l'Amour
 
c'est arrivé en mai BerryHeuresMai
Les très riches Heures du duc de Berry, le mois de mai, musée de Chantilly


Le 1er mai était autrefois, en Europe, dédié à l'amour. Ce jour-là, il était coutumier de se coiffer d'une couronne de feuillages et de fleurs ou d'en offrir une à la personne aimée. En témoigne la célèbre enluminure ci-dessus. Elle illustre le mois de mai dans les Très riches Heures du duc de Berry, un livre de prières réalisé au début du XVe siècle par les frères de Limbourg (aujourd'hui au musée de Chantilly).


La ballade ci-dessous a été composée par Charles d'Orléans, poète de la même époque, héros malheureux de la bataille d'Azincourt :
« Le Dieu d'Amour est coutumier,
À ce jour, de fête tenir,
Pour amoureux coeurs fêter
Qui désirent de le servir;
Pour ce fait, les arbres couvrir
De fleurs et les champs de vert gai,
Pour la fête plus embellir,
Ce premier jour du mois de mai ».


Les écoliers de certaines régions de Belgique ou de Rhénanie cultivent encore la tradition des couronnes de feuillages. Le 1er mai donne aussi lieu à des réjouissances en l'honneur du printemps selon le rite ancestral de l'arbre de mai, que l'on retrouve dans différentes régions d'Europe. À noter que le canton de Fribourg, en Suisse, célèbre ce jour-là le printemps avec chants et distribution de friandises aux enfants.


Mais aujourd'hui, c'est le plus souvent le travail ou plutôt la diminution du temps de travail qu'évoque le 1er mai avec la Fête du Travail.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeJeu 4 Mai 2023 - 15:57

4 mai 1897 : Incendie du Bazar de la Charité


c'est arrivé en mai Bazar-cadavres
Les cadavres retirés des décombres - supplément illustré du Petit Journal du 16 mai 1897.


Le 4 mai 1897, comme les années précédentes, le Bazar de la Charité ouvre ses portes dans une halle somptueusement décorée pour la circonstance (échoppes médiévales en carton-pâte, vélum,...), au 17, rue Goujon, près des Champs-Élysées, à Paris.


Des dames de la bonne société vendent divers objets pour les bonnes oeuvres. Une salle de cinéma a été installée pour divertir les 1200 invités. C'est là que vers 16 heures, des vapeurs d'éther s'enflamment. L'incendie se propage à toute allure à l'ensemble de la halle...


En vingt minutes, 112 personnes périrent, brûlées vives, dans d’atroces souffrances. Parmi elles, la duchesse d’Alençon, qui n’avait pas voulu laisser derrière elle les jeunes filles de son entourage.


c'est arrivé en mai Duchessealencon
Portrait de la duchesse d'Alençon, née Sophie-Charlotte en Bavière ( soeur de l'impératrice Sissi )


Le bilan s’alourdira de ceux victimes de leurs blessures. Au total, 121 personnes seront mortes du fait de l'incendie, soit un dixième de tous les invités du jour. 116 auront pu être identifiées, parmi lesquelles 110 femmes et... 6 hommes seulement !


Devant le bâtiment en flammes, cochers, plombiers et passants parvinrent à sauver quelques personnes. En face du Bazar, au numéro 20 de la rue, se trouvaient les écuries du baron de Rothschild. L’établissement ouvrit ses portes aux malheureux en flamme et les rescapés se jetèrent dans le bassin servant à faire boire les chevaux.


Dans les jours qui suivirent, la police se trouva face à la difficulté d'identifier les corps carbonisés. Quelqu'un ayant observé sur un squelette des dents égales et bien rangées, le dentiste de la duchesse d'Alençon reconnut formellement sa patiente. Ce fut la première application de l’odontologie légale.

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeSam 6 Mai 2023 - 4:41

6 mai 1211 - Édification de la cathédrale de Reims


Le 6 mai 1211 est posée la première pierre de la nouvelle cathédrale de Reims, dédiée à Notre-Dame.


Sa construction se déroule pour l'essentiel pendant le règne de Louis IX (Saint Louis). Elle sera achevée deux générations plus tard, en 1275, conformément aux plans de l'architecte Jean d'Orbais, à l'exception des tours de façade, terminées au XVe siècle.


Siège des sacres des rois de France (25 de Louis VIII, en 1223, à Charles X, en 1825), Notre-Dame de Reims demeure l'un des plus beaux témoins de l'art gothique et de la statuaire médiévale, notamment à travers le fameux « ange au sourire » qui accueille les fidèles au-dessus de l'un des portails de la façade.


Art français


Reims a vu son ancienne cathédrale ravagée par un incendie en 1207 ou 1210. Elle avait été construite dans le style pré-roman peu avant l'An Mil.


Mais depuis un demi-siècle, un nouveau style a le vent en poupe. Comme il est né dans le bassin parisien, on le qualifie tout simplement de « français » mais on le connaît aujourd'hui sous le nom d'art « gothique ». L'archevêque Aubry de Humbert et son chapitre décident donc de reconstruire l'édifice dans ce style. Ils font appel à l'architecte Jean d'Orbais, relayé à sa mort par trois autres maîtres d'oeuvre, Jean Le Loup, Gaucher de Reims et Bernard de Soissons.


Trente ans après la pose de la première pierre, le 8 septembre 1241, les chanoines ont la satisfaction de consacrer le chœur. On est alors à l'apogée du « beau Moyen Âge » et au début du règne de saint Louis.


La cathédrale compte une nef principale de 138 mètres de long, à trois étages, ainsi que deux nefs latérales. À mi-hauteur, le triforium (galerie aveugle) correspond à l'appui des toitures des bas-côtés.


Très ajourées et transparentes, les tours de Notre-Dame-de-Reims laissent voir le ciel. Comme à Notre-Dame-de-Paris, elles sont dépourvues de flèches. Les constructeurs ayant dû reprendre une partie du chantier suite à un incendie en 1481, ils n'ont plus eu assez de ressources pour les financer.


Cathédrale du sacre, cathédrale royale, Reims est surabondamment décorée de statues en façade. On en compte plus de 2300. Pas moins de 72 personnages composent la galerie des Rois, au-dessous de la grande rosace. Au centre de cette galerie, au-dessus du porche central, on peut reconnaître Clovis dans la baignoire du baptême, entouré de sainte Clotilde et de saint Remi.


c'est arrivé en mai Reims_OFimart
La cathédrale Notre-Dame-de-Reims en 2010 (:copyright:O. Frimat-CDT Marne)
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeSam 6 Mai 2023 - 4:49

6 mai 1682 : Louis XIV à Versailles


Le 6 mai 1682, le roi Louis XIV quitte le Louvre, sa résidence parisienne, et s’installe avec la Cour à Versailles, dans un palais grandiose que les autres souverains auront à cœur d’imiter.



Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeSam 6 Mai 2023 - 5:05

6 mai 1840 - Naissance du timbre-poste


Le timbre-poste naît à Londres le 6 mai 1840. Avant cette date, il était habituel que le port des lettres soit payé par le destinataire en fonction de la distance..


Un inventeur au coeur sensible


Un jour de 1837, si l'on en croit une pieuse légende, un éducateur d'avant-garde, Rowland Hill (42 ans), voit une jeune femme qui pleure à chaudes larmes après le passage du facteur. Elle lui explique qu'elle a dû refuser une lettre de son amoureux faute d'argent pour payer le port.


L'imaginatif Anglais, qui a des entrées au gouvernement, rédige un mémorandum et le transmet au Premier ministre, lord Melbourne.


Dans ce texte intitulé : Postal Reform ; its Importance and Practicability (La réforme postale : importance et faisabilité), il propose le paiement du port à l'avance avec un prix identique quelle que soit la distance dans le pays. Le paiement est garanti par un timbre adhésif et un tampon d'oblitération.


La réforme est inscrite au budget du Parlement en août 1839. Hill la met aussitôt en oeuvre avec le concours d'artistes et de milliers de correspondants anonymes qui lui font part de leurs suggestions.


Le « Penny Black »


Le penny black de 1840Le premier timbre-poste permet pour un penny d'envoyer une lettre d'un maximum de 14 grammes (moins d'une « half-ounce »).


Surnommé « Penny Black », il recueille un succès immédiat parce qu'il montre sur fond noir le joli profil de la reine Victoria à 15 ans et surtout parce qu'il simplifie l'envoi du courrier et le rend meilleur marché.


Les premières planches de timbres-poste ne comportent pas de perforations et doivent être découpées aux ciseaux par les postiers. Comme tous les timbres du Royaume-Uni jusqu'à ce jour, le Penny Black ne comporte pas l'indication du pays. Sa diffusion et l'expansion du courrier sont facilitées par l'apparition du chemin de fer.


Succès mondial


Les cantons suisses de Zurich et Genève ainsi que l'empire du Brésil adoptent à leur tour le timbre-poste en 1843. Bâle emboîte le pas en 1845. Les philatélistes français doivent attendre quant à eux l'avènement de la IIe République.


Le premier timbre français est émis le 1er janvier 1849 à l'initiative du directeur général des Postes de France, l'agitateur républicain Étienne Arago, frère cadet du savant François Arago. Il porte le profil de la déesse Cérès, déesse romaine des moissons. Sa valeur est de 20 centimes pour l'envoi d'une lettre de moins de 7,5 grammes partout en France.


En décembre 1848 est élu à la présidence de la République le prince Louis-Napoléon Bonaparte. En exil à Londres, le neveu de Napoléon 1er a vu comment le timbre-poste pouvait servir la popularité du chef de l'État en diffusant partout son portrait. Il ne tardera pas à mettre à profit ce nouveau média pour diffuser non plus le profil de l'antique déesse mais le sien.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMar 9 Mai 2023 - 9:17

9 mai 1769 - La France soumet la Corse

Le 9 mai 1769, en Corse, au terme d'une bataille de plusieurs jours, les indépendantistes sont défaits par l'armée française à Ponte-Novo (ou Pontenuovo, le pont neuf).

c'est arrivé en mai Pontonovo-2
Le site de Ponte-Novo aujourd'hui

Fin d'une « Guerre de quarante ans »

Lasse de combattre la rébellion corse, Gênes a cédé « provisoirement » ses droits sur l'île à la France par le traité de Versailles du 15 mai 1768. Le duc de Choiseul, qui dirige le gouvernement de Louis XV, met dès lors tout en oeuvre pour liquider la rébellion et annexer l'île. Pas moins de 20 000 hommes débarquent en Corse sous le commandement du lieutenant-général Chauvelin. Mais le marquis de Chauvelin essuie un grave revers à Borgu (ou Borgo) le 9 octobre 1768.

c'est arrivé en mai Pontenovo-2
Monument commémoratif de la bataille de Pontenovo (photo : André Larané,)

Six mois plus tard, le comte de Vaux débarque à son tour avec 24 000 hommes.

La bataille décisive se déroule près d'un ancien pont génois qui franchit le fleuve du Golo, sur la route de Corte à Bastia.

Elle met aux prises plusieurs dizaines de milliers de combattants. Assaillis des deux côtés du fleuve, les Corses laissent sur le terrain quelques centaines de morts et plus de 6 000 blessés.

C'en est fini d'une « Guerre de quarante ans » qui a mis aux prises le peuple corse avec la République de Gênes puis le roi de France.
c'est arrivé en mai Paoli
Pasquale Paoli (1725-1807)

Le chef de l'insurrection corse, Pasquale Paoli, gagne la côte et s'embarque sur un navire à destination de Livourne, en Italie, avec 300 fidèles.

Parmi les partisans qui l'accompagnent jusqu'à la côte figure son aide de camp, un avocat d'Ajaccio du nom de Carlo - Charles - Buonaparte.

Sa jeune épouse, Laetitia (18 ans) est enceinte de sept mois. Après une fuite dans la montagne corse, elle donne le jour à un petit Napoléon...

Soumission 

Les Français établissent en Corse un Conseil supérieur... comme dans leurs colonies des Antilles. Le gouvernement de l'île est confié au comte Louis de Marbeuf. Il invite les nobles à faire enregistrer leurs quartiers de noblesse. Seules 86 familles se résolvent à cette démarche. Parmi elles figure la famille Buonaparte, issue de colons génois installés dans le port d'Ajaccio.

Cette circonstance - et plus encore les relations « particulières » qu'entretient la belle Laetitia (ou Letizia) Buonaparte avec le gouverneur de Marbeuf - vont permettre au jeune Napoléon d'obtenir plus tard une bourse pour entrer dans une école militaire réservée à la noblesse.

c'est arrivé en mai Pontenovo-3
Le Ponte Novo (ou Pontenuovo) sur le Golo (Corse), photo : André Larané)

Sédition

Au début de la Révolution française, Pasquale Paoli revient en Corse sous les acclamations pour gouverner celle-ci au nom de l'Assemblée Législative avec le titre de lieutenant-général et présider le nouveau département.

Mais bientôt déçu par les députés jacobins de la Convention qui tentent de l'arrêter en 1793, il soulève à nouveau l'île contre les Français et livre la Corse aux Anglais.

Il appartiendra au général Napoléon Bonaparte d'organiser la reconquête de l'île à partir de 1796. Sous le Premier Empire, la pacification sera confiée au général Morand. Elle prendra un tour extrêmement brutal, ternissant à jamais l'image que gardent les Corses de Napoléon, leur plus illustre compatriote.

Il faudra attendre 1975 et le drame d'Aléria pour que soit à nouveau ensanglanté le lien qui relie l'île de Beauté à la France.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMer 10 Mai 2023 - 7:29

10 mai 1774 : Mort de Louis XV


Le 10 mai 1774, le roi Louis XV, surnommé dans sa jeunesse le Bien-Aimé, meurt à 64 ans au milieu de l'opprobre générale, après avoir régné plus d'un demi-siècle.Ses deux fils l'ayant précédé dans la mort, c'est à son petit-fils de 20 ans, le duc de Berry, que revient le trône sous le nom de Louis XVI*.


Le nouveau roi de France est le troisième fils du Dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe. C'est un garçon cultivé et intelligent mais doux et maladivement timide. La mort prématurée de ses deux aînés en a fait l'héritier de la couronne sans y avoir été préparé. Sa vie conjugale ne lui apporte guère de satisfaction depuis son mariage avec l'archiduchesse Marie-Antoinette, quatre ans plus tôt.


* NB: Il paiera les abus de ses illustres prédécesseur !
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMer 10 Mai 2023 - 7:35

Journée du souvenir de l'esclavage


Le gouvernement français a institué en 2001 une Journée commémorative du souvenir de l'esclavage et de son abolition et, par une curieuse démarche, l'a raccrochée au 10 mai 2001, vote de la loi Taubira établissant cette journée !...


Qu'il me soit permis de suggérer de la raccrocher plutôt au 10 mai 1802, lorsque le métis Louis Delgrès (36 ans) adressa « à l'univers entier le dernier cri de l'innocence et du désespoir »


c'est arrivé en mai Delgres_timbre
Louis Delgrès


Ce brillant officier de la Révolution, fervent républicain et bonapartiste convaincu, se fit sauter avec ses hommes le 28 mai suivant, pour ne pas tomber entre les mains du général Richepance, lequel avait outrepassé les ordres de Paris en rétablissant l'esclavage sur l'île.


J'émets le vœu que les pouvoirs publics érigent Louis Delgrès au rang de héros français, au même titre que Louise Michel, Jeanne d'Arc et Honoré d'Estienne d'Orves. Autant de héros dans lesquels pourraient se reconnaître tous les petits Français sans considération de couleur ou d'origine.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMer 10 Mai 2023 - 7:39

10 mai 1806 : Napoléon 1er fonde l'Université

Le 10 mai 1806, une loi de Napoléon 1er  jette les bases de l'Université : « Il sera formé, sous le nom d'Université impériale, un corps chargé exclusivement de l'enseignement et de l'éducation publics dans tout l'Empire ».

L'Université apparaît d'emblée comme un corps enseignant investi d'un monopole, organisé et hiérarchisé à la manière d'un ordre religieux. L'écrivain Louis de Fontanes en est nommé grand maître en 1808. Rallié à Louis XVIII en 1815, il sera fait marquis.


Dernière édition par mimi1260 le Mer 10 Mai 2023 - 7:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMer 10 Mai 2023 - 7:44

10 mai 1933 - « Autodafé rituel des écrits juifs nuisibles »

Le 10 mai 1933 au soir, à Berlin, des étudiants nazis escortent, en brandissant des flambeaux, deux camions de livres de la porte de Brandebourg jusqu'à la place de l'Opéra, ou Franz-Josef Platz, face à l'université de Berlin.

Là, en dépit d'une pluie battante, ils déchargent le contenu des camions et organisent un « autodafé rituel des écrits juifs nuisibles ». 20.000 livres sont brûlés. Parmi les auteurs voués au feu figurent Heinrich Heine, Karl Marx, Sigmund Freud, Albert Einstein, Franz Kafka, Stefan Zweig, Felix Mendelssohn-Bartholdy.

Présent sur place, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande du Reich, dénonce dans un discours radiodiffusé le « mauvais esprit du passé » et appelle les étudiants à lutter pour que «l'esprit allemand triomphe définitivement dans une Allemagne à jamais réveillée».

Des manifestations similaires, soigneusement planifiées, ont lieu au même moment dans d'autres villes allemandes. C'est le point d'orgue d'une campagne d'épuration entamée dans les semaines précédentes dans les universités, contre les enseignants juifs ou réputés hostiles au régime nazi. Les oeuvres des artistes « dégénérés », tels Van Gogh, Picasso, Matisse, Cézanne et Chagall, sont par ailleurs bannies des musées.

c'est arrivé en mai Nazisme-autodafe1933
Autodafé, Berlin, 10 mai 1933 (crédit photographique : Mémorial de la Shoah/CDJC). 
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeJeu 11 Mai 2023 - 7:33

11 mai 1745 : Bataille de Fontenoy

Le 11 mai 1745, à Fontenoy, dans le Hainaut belge, près de Tournai, le maréchal Maurice de Saxe bat l'armée anglo-hollandaise commandée par le duc de Cumberland. La bataille se déroule en présence - fait rarissime - du roi Louis XV et de son fils, le Dauphin (15 ans), futur père de Louis XVI...

c'est arrivé en mai Fontenoy1
Guerre en dentelles ou bataille de chiffonniers ?

Fontenoy est demeurée dans les mémoires grâce à un bon mot rapporté par Voltaire, qui a écrit quelques années plus tard un ouvrage de commande sur la bataille... 

Si l'on en croit le philosophe, les Anglais s'approchent à cent pas de la ligne française. Charles Hay, capitaine des gardes anglaises, s'avance et, s'adressant au comte d'Anteroche, lieutenant des gardes françaises : « Monsieur, faites tirer vos gens ». À quoi l'autre répond : « Non, Monsieur, nous ne commençons jamais ». Après un dernier salut, les officiers rentrent dans leur rang et le feu anglais commence, meurtrier...

c'est arrivé en mai Saxe
Le maréchal et comte Maurice de Saxe, portrait par Quentin de La Tour (28 octobre 1696, Goslar, Saxe - 30 novembre 1750, château de Chambord)

La réalité est très différente. Aux 40 000 Français s'opposent 55 000 alliés. 

Dès le 9 mai, le maréchal de Saxe a habilement choisi le terrain et disposé ses troupes. Le duc de Cumberland dispose ses hommes de façon classique en ligne mince face aux Français.

La bataille commence dès la dissipation des brumes matinales par une canonnade de deux heures. Ensuite monte à l'attaque l'infanterie alliée. 

Suite à l'échec de plusieurs attaques ciblées, Cumberland ordonne une attaque en masse, vers midi.

Là se déroule le dialogue ci-dessus, rapporté par un témoin de la bataille, le marquis de Valfons. Il s'agit d'une fausse politesse car le premier qui tire se trouve aussitôt démuni face à l'assaillant... Les combattants se jettent dans une mêlée furieuse et sanglante. Le maréchal de Saxe fait alors la démonstration de son talent de stratège et remporte une victoire éclatante...

Un traité chahuté

Sitôt après le Te Deum célébré à Paris le 20 mai suivant, le maréchal de Saxe reçoit en récompense de ses exploits à Fontenoy le domaine de Chambord et le droit de pénétrer à Versailles en carrosse. Lui-même ne s'en soucie guère et poursuit ses opérations. 

Il conquiert toute la Flandre, obtient la reddition de Bruxelles le 21 février 1746, un exploit sans précédent dans l'Histoire de France qui vaut au héros la dignité de maréchal général, que n'avaient eu avant lui que Turenne et Villars.

Mais ses victoires seront gâchées par le traité de paix qui, à Aix-la-Chapelle, le 8 octobre 1748, mettra un terme à la guerre de la Succession d'Autriche : le roi Louis XV, en effet, n'en tirera aucun avantage pour la France.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeVen 12 Mai 2023 - 8:20

12 mai 1776 - Le renvoi de Turgot

Le 12 mai 1776, le roi Louis XVI renvoie son ministre des finances, Anne Robert Turgot.

c'est arrivé en mai Turgot
Anne Robert TURGOT(1727-1781)

À son entrée au gouvernement, deux ans plus tôt, quelques semaines après l'avènement du roi Louis XVI, cet économiste brillant et généreux, partisan du libéralisme («laissez faire, laissez passer !»), a découvert la situation catastrophique des finances publiques.

Pour éviter la banqueroute, solution par laquelle l'État se reconnaît incapable de rembourser ses créanciers, il taille dans les dépenses de la Maison du roi. Il sermonne même le roi en ces termes : «Il faut, Sire, vous armer contre votre bonté, de votre bonté même, considérer d'où vous vient cet argent que vous pouvez distribuer à vos courtisans».

Mais comme cela est loin de suffire, Turgot engage aussi des réformes audacieuses pour faire rentrer les impôts et libérer l'économie des entraves administratives.

Victoire à courte vue des privilégiés

Un édit supprime les droits de douane intérieurs sur le commerce du blé et introduit la libre circulation du grain. Ignorant des principes de l'économie, le peuple croit que cette liberté va aggraver les disettes. Il s'ensuit une série d'émeutes dans les villes, la «guerre des farines». On soupçonne les spéculateurs comme le richissime prince de Conti d'avoir manipulé les manifestants et de les avoir excités contre Turgot car ils tirent leur fortune des limites à la circulation des grains qui leur permettent de provoquer artificiellement des pénuries localisées.

Un nouvel édit supprime les corporations qui entravent la liberté d'entreprendre et l'initiative. D'autres édits, enfin, abolissent les corvées qui pèsent sur les paysans. Turgot veut les remplacer par un impôt sur tous les propriétaires, la «subvention territoriale». C'est un tollé chez les privilégiés qui obtiennent le renvoi du ministre.

Celui-ci, visionnaire, écrit au roi : «N'oubliez jamais, Sire, que c'est la faiblesse qui a mis la tête de Charles 1er sur un billot».

Turgot vu par Marmontel
L'encyclopédiste et historiographe Jean-François Marmontel (1724-1799), proche de Voltaire, hostile à Rousseau et aux idées révolutionnaires, a écrit dans ses dernières années de volumineuses Mémoires d’un père pour servir à l’instruction de ses enfants (première édition en 1804).

Il y raconte de façon vivante les deux années chargées d'espoirs et de désillusions durant lesquelles Turgot exerça la charge de Contrôleur général des finance (ministre de l’Économie), du 24 août 1774 au 12 mai 1776.

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeSam 13 Mai 2023 - 4:28

13 mai 1930 : Première traversée aéropostale de l'Atlantique Sud


Le 13 mai 1930 s'achève la première traversée aéropostale de l'Atlantique Sud. Un hydravion Latécoère, piloté par Jean Mermoz, relie Saint-Louis-du-Sénégal à Natal, au Brésil, en 52 heures. Trois ans plus tôt, le même aviateur avait réalisé la première liaison Toulouse-Dakar.
c'est arrivé en mai 9k=
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeSam 13 Mai 2023 - 4:31

13 mai 1968 : Manifestation contre de Gaulle


Le 13 mai 1968, la France manifeste dans la rue contre de Gaulle, à l'occasion du dixième anniversaire de son retour au pouvoir. Les salariés se joignent aux étudiants. Les uns et les autres dénoncent la société de consommation, le culte de la croissance économique et le chômage inhérent aux régimes capitalistes (200 000 chômeurs enregistrés…).
c'est arrivé en mai Z
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeSam 13 Mai 2023 - 4:36

13 mai 1981 : Attentat contre Jean-Paul II


Le 13 mai 1981, sur la place Saint-Pierre de Rome où l'entourent 20.000 fidèles, le pape Jean-Paul II est gravement blessé par trois balles tirées à bout portant par un terroriste turc, Ali Agca. L'enquête de police montrera que le tueur était très vraisemblablement manipulé par les services secrets bulgares, eux-mêmes aux ordres du KGB, les services secrets soviétiques.


Jean-Paul II attribue sa miraculeuse survie à l'intervention de la Vierge de Fatima, dont la première apparition à des enfants portugais remontait au 13 mai 1917.
c'est arrivé en mai 9k=
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeSam 13 Mai 2023 - 4:39

C'est sa fête : Rolande


Fille de Didier, roi des Lombards, Rolande est contrainte d'épouser le futur empereur Charlemagne. Répudiée au bout d'un an, elle meurt en exil près de Liège.
c'est arrivé en mai 2Q==
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeLun 15 Mai 2023 - 7:59

14 mai 1610 - Ravaillac assassine Henri IV

Le 14 mai 1610, le roi de France Henri IV (56 ans) se rend auprès de son ami Sully, malade. Il n'arrivera pas à destination mais sera assassiné à la faveur d'un embarras de la circulation.

c'est arrivé en mai Ravaillac_Housez
Deuxième et dernier roi de France à périr sous le couteau de son assassin après son prédécesseur immédiat Henri III, Henri IV meurt assez tôt pour échapper à une impopularité croissante. Sa mort marque le début d'un mythe national, celui du «bon roi Henri» qui a mis fin au guerres de religion et restauré la paix civile et la prospérité...

Un roi mal à l'aise

Usé par une vie pleine de rebondissements extraordinaires, le roi peut en ce début d'année 1610 regarder avec quelque satisfaction l'oeuvre accomplie. Mais lui-même souffre de sa mésentente avec la reine Marie de Médicis et de grands seigneurs lui tiennent rigueur de la paix conclue entre protestants et catholiques.

Et voilà que la situation internationale se corse avec un projet de guerre contre les souverains catholiques d'Espagne et d'Autriche, dont les troupes menacent les frontières du royaume.

Des prêtres manifestent leur opposition à ce qu'ils considèrent comme une nouvelle trahison du roi. Parmi leurs auditeurs, un jeune homme de 32 ans, né à Angoulême dans une famille pauvre et très pieuse. C'est un colosse à la barbe rousse, aux yeux clairs et profonds. Il a nom François Ravaillac.

En 1609, Ravaillac monte à Paris, à pied, pour éliminer celui qu'il considère comme un «tyran». Au passage, dans une auberge, il vole le couteau dont il se servira pour tuer le roi...

Complot ou acte isolé ?

Le 14 mai 1610, le roi quitte donc le Louvre pour rendre visite à son ami Sully dans sa résidence de l'Arsenal, à l'est de Paris.

Dans la matinée, le roi manifeste son agitation. Complots, prédictions de voyantes, tourments amoureux... «Mon Dieu, j'ai quelque chose là-dedans qui me trouble fort», murmure-t-il.

En début d'après-midi, il part enfin en carrosse, avec à ses côtés quelques compagnons dont le duc d'Épernon. Il n'a pas jugé nécessaire que la garde à cheval l'escorte. Voilà le carrosse bloqué, rue de la Ferronnerie, près des Halles et du cimetière des Saints-Innocents, par une charrette de foin qui barre la rue. Les valets qui se tiennent sur le marchepied du carrosse quittent celui-ci pour faire écarter la charrette.

Ravaillac, qui n'attendait que cela, se hisse sur un rayon de la roue. Passant le bras par-dessus le duc d'Épernon, il frappe le roi à la poitrine de plusieurs coups de couteau. Il est aussitôt maîtrisé et traîné dans un hôtel voisin puis à la prison de la Conciergerie. Trop tard. Henri IV meurt tandis que le carrosse rebrousse chemin jusqu'au Louvre.

Ravaillac est prestement jugé et, en tant que régicide, écartelé en place de Grève (l'actuelle place de l'Hôtel de ville), à Paris.

Extrait de l'ordonnance d'exécution de Ravaillac
« Condamné à faire amende honorable devant la principale porte de l'église de Paris où il sera mené et conduit dans un tombereau ; là, nu, en chemise, tenant une torche ardente du poids de deux livres, il dira et déclarera que malheureusement et prémonitoirement il a commis ledit très méchant, très abominable et très détestable parricide et tué le dit seigneur Roi de deux coups de couteau dans le corps, dont il se repent, demande pardon à Dieu, au Roi et à Justice ; de là conduit en place de Grève et sur un échafaud qui y sera dressé, il sera tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras des jambes, sa main droite, qui tenait le couteau avec lequel il a commis ledit parricide, sera brûlée de feu de soufre, et sur les endroits tenaillés, il sera jeté du plomb fondu, de l'huile bouillante, de la poix, de la résine brûlante, de la cire et soufre fondus ensemble... » (27 mai 1610).
c'est arrivé en mai Ravaillacexecution_BNF
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeLun 15 Mai 2023 - 9:31

15 mai 1855 : Première Exposition universelle en France

c'est arrivé en mai Palais-industrie
Le Palais de l'Industrie, vue perspective (Max Berthelin, 1854, Musée d'Orsay

Sitôt après la première Exposition universelle, à Londres, en 1851, le président Louis-Napoléon Bonaparte décide de damer le pion aux Anglais et lance le projet d'une Exposition à Paris.

L'architecte Victor Niel construit le Palais de l'Industrie, un bâtiment à structure métallique de 45 000 m2 entre la Seine et les Champs-Élysées (il sera remplacé par le Grand Palais et le Petit Palais pour l'Exposition universelle de 1900). Inaugurée par Louis-Napoléon Bonaparte, devenu l'empereur Napoléon III, l'exposition accueille cinq millions de visiteurs jusqu'à sa fermeture le 15 novembre 1855. Napoléon III renouvellera l'opération avec autant de succès douze ans plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeLun 15 Mai 2023 - 9:32

15 mai 1902 : Méliès présente Le Voyage dans la Lune

Le 15 mai 1902, Georges Méliès présente Le Voyage dans la Lune. Il s'agit du premier film de fiction avec trucages. Sept ans après l'invention du cinéma, le 7e Art naît véritablement ce jour-là.


Dernière édition par mimi1260 le Lun 15 Mai 2023 - 9:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeLun 15 Mai 2023 - 9:34

15 mai 2011 : Arrestation de DSK

Coup de tonnerre à New York. Dominique Strauss-Kahn (DSK), 62 ans, directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), est extrait par la police américaine d'un avion en partance pour la France. Il est incarcéré plusieurs jours dans la prison de Rikers Island sous l'inculpation d'agression sexuelle sur une femme de chambre, Nafitassou Diallo, dans sa suite du Sofitel.

La chute est brutale pour l'un des hommes les plus influents de la planète mais aussi pour beaucoup de commentateurs français et de cadres socialistes qui voyaient en lui le futur président de la République. Elle marque aussi, en Occident, le début d'une rébellion contre les abus sexuels dont se rendent coupables certains hommes détenteurs d'autorité...
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeLun 15 Mai 2023 - 9:37

C'est sa fête : Denise

La sainte du jour est une jeune fille qui fut martyrisée en Anatolie, en 251, sous le règne de l'empereur romain Dèce..
c'est arrivé en mai Z
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeLun 15 Mai 2023 - 10:15

Un peu long  mais,  compte-tenu des évènements tragiques , non glorieux des gouvernants de notre pays en cette période  , je n'ai pas osé pratiquer une scission  ...


14 mai 1941 - La « rafle du billet vert »

c'est arrivé en mai Billet-vert-1
Banalité du mal. Un couple se sépare devant le stade Japy (Paris, XIe arrt, 14 mai 1941, rafle du billet vert, photo : Harry Croner, Mémorial de la Shoah)

En mai 1941, à Paris, 6494 Juifs étrangers reçoivent une convocation, le « billet vert » : ils sont « invités à se présenter » le 14 mai dans divers lieux de rassemblement « pour examen de situation » (note). Leur liste a été établie grâce au fichier du recensement effectué à partir de septembre 1940 par les autorités françaises, sur ordre de l'occupant allemand.

Ils doivent être accompagnés d'un membre de leur famille ou d'un ami. Beaucoup se méfient et préfèrent entrer dans la clandestinité. Mais la majorité se rendent à la convocation, persuadés qu'il s'agit d'une simple formalité. Ils sont alors retenus, tandis que la personne qui les accompagne est priée d'aller chercher pour eux quelques vêtements et vivres.

3 700 Juifs sont ainsi arrêtés dans la région parisienne : c'est la « rafle du billet vert ». Cette première rafle intervient à peine onze mois après l'armistice et précède de quatorze mois la rafle du Vél d'Hiv. Elle est exclusivement mise en oeuvre par des policiers français. Il ne s'agit pour l'heure que d'interner les destinataires du billet vert (note) mais l'internement va se prolonger jusqu'à l'année suivante et, pour beaucoup, il se terminera à Auschwitz.

Nathalie Grenon, Centre d'étude et de recherche sur les camps d'internement dans le Loiret

c'est arrivé en mai Billet-vert
Rafle du "billet vert": attente des familles sur le trottoir...

Longue attente

Conduits à la gare d'Austerlitz en autobus, les Juifs sont transférés le jour même en train vers le Loiret, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale.

1 700 d'entre eux sont internés à Pithiviers, 2 000 à Beaune-la-Rolande. Ils vont y rester pendant plus d'un an, dans l'ignorance totale du sort qui leur est réservé.
c'est arrivé en mai Raflebilletvert
Embarquement des juifs(hommes) gare d'Austerlitz PARIS.

Le 8 mai 1942, 289 d'entre eux sont transférés au frontstalag de Compiègne-Royallieu, d'où ils sont majoritairement déportés vers Auschwitz le 5 juin 1942, par le convoi 2.

Les autres ne tardent pas à connaître le même sort. Trois convois partent directement vers Auschwitz : le 25 juin et le 17 juillet 1942 de Pithiviers, le 28 juin de Beaune-La-Rolande.
c'est arrivé en mai Beaune


L'engrenage de la Collaboration

Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande sont la concrétisation de la politique antisémite et de collaboration engagée par le régime de Vichy dès son arrivée au pouvoir.

Un décret du 4 octobre 1940, signé par le maréchal Pétain, a permis d'interner « les ressortissants étrangers de race juive » dans des camps spéciaux, sur simple décision préfectorale et sans motif. Le « statut des Juifs », paru la veille, avait donné une définition « française » - qui n'est pas la même que celle des nazis - de la « race juive » et édicté les premières interdictions professionnelles (fonction publique, presse, cinéma ...).

Au printemps suivant, cette politique antisémite s'intensifie sous les pressions allemandes, avec la création du Commissariat Général aux Questions Juives et l'internement d'un total d'environ 5 000 Juifs étrangers de la région parisienne.

C'est ainsi que sont créés les camps jumeaux de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande. Le choix de ces petites villes du Loiret est dû à leur proximité de Paris, à une bonne accessibilité par le chemin de fer, à la possibilité de trouver sur place du ravitaillement et à la présence d'installations sécurisées (barbelés, miradors) qui ont déjà hébergé des prisonniers de guerre français, transférés depuis en Allemagne.

Les camps sont administrés par la préfecture du Loiret, à Orléans ; un Service des Camps a été mis en place.

Les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande
c'est arrivé en mai Pithiviers

Le camp de Pithiviers se situe à proximité immédiate de la gare et d'une caserne, à côté de la sucrerie de Pithiviers-le-Vieil. Des bâtiments en maçonnerie abritent les services administratifs et médicaux. Le camp est conçu pour 2 000 internés maximum. 17 baraques sont prévues pour leur logement, sur une surface de 3 hectares environ.

Le camp de Beaune-la-Rolande, situé au nord-est du bourg, est conçu pour 1 200 à 1 500 internés. 20 baraques sont réparties sur 1,7 hectare environ. Au sud des baraques s'étend un espace destiné à la gestion du camp (stockages, administration, préparation des repas, infirmerie, corps de garde...). Une partie de la route d'Auxy est intégrée au camp.

Les internés sont installés dans des baraques en bois mesurant 30m sur 6m, avec soubassement de béton. Dans chaque baraque, de part et d'autre d'un couloir, deux rangées de châlits (lits à deux ou trois étages), remplis de paille ; paillasses et couvertures sont en nombre insuffisant ; 2 poêles seulement pour se chauffer, et aucune place pour le rangement.
c'est arrivé en mai Camps
Internés du camps de Pithiviers

La vie dans les camps

Les conditions de vie sont d'emblée très mauvaises. En particulier les installations sanitaires et médicales ne sont pas opérationnelles à l'arrivée des internés. La situation va un peu s'améliorer, mais l'alimentation reste insuffisante et carencée, l'hygiène très précaire - la prévention des épidémies étant le seul souci de l'administration -, le logement insalubre (les baraques sont étouffantes en été, très froides en hiver, à la fois mal isolées et non aérées).
c'est arrivé en mai Billet-vert-4
Prisonniers des camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande (mai 1941, rafle du billet vert, photo : Harry Croner, Mémorial de la Shoah)

Le personnel de surveillance, français, a une triple origine : des gendarmes venus de la banlieue parisienne, chargés d'assurer la sécurité extérieure, des douaniers repliés du sud-ouest, chargés de la sécurité intérieure, et, en renfort, des gardiens auxiliaires, recrutés localement.

Le chef de camp est un capitaine de gendarmerie en retraite, plutôt âgé, attiré par le cumul emploi-retraite. Il est assisté d'un gestionnaire à plein temps et d'un médecin-chef, un médecin de ville qui assure quelques vacations, l'essentiel du travail étant pris en charge par des médecins juifs internés.

Selon le comportement de la direction, le régime intérieur du camp oscille entre des périodes de laisser-aller indifférent et d'autres où la répression s'intensifie, avant finalement de se durcir considérablement suite aux reproches de la hiérarchie préfectorale, de la presse collaborationniste, et surtout des Allemands, qui obtiennent, en avril 1942, le remplacement du chef du camp de Pithiviers jugé trop laxiste.

Les internés ne voient pratiquement jamais d'Allemands, si ce n'est à l'occasion de quelques visites d'inspection (comme celle de Dannecker à Pithiviers en juin 1941), et lors des « départs » en déportation, au moment de l'embarquement dans les wagons à bestiaux.

En revanche, des pressions allemandes s'exercent sur la préfecture d'Orléans, vite suivies d'effets : la Feldkommandantur infléchit ainsi les pratiques d'internement des autorités françaises, au point, finalement, de les piloter. La seule réticence notable de la part des fonctionnaires du Loiret se manifeste lorsqu'ils demandent que les Allemands respectent la voie hiérarchique pour faire passer leurs exigences : en cela, ils sont d'ailleurs de zélés pratiquants de la collaboration d'État.

Les réactions des internés devant le sort qui leur est fait sont diverses et varient au fil du temps. Ils cherchent des moyens d'échapper à une situation qui les inquiète de plus en plus, que ce soit un motif officiel de libération ou une filière clandestine pour s'évader.

L'évasion toutefois devient de plus en plus difficile au fil des mois, et fait de surcroît l'objet d'un débat complexe entre les internés, entre les internés et leurs familles, entre les internés et les organisations de résistance. À tout le moins, ils s'efforcent de trouver des moyens pour améliorer leurs conditions de vie, grâce à un réseau d'amis ou par quelque affectation qui offrirait des opportunités de sortie (travail ou corvées à l'extérieur du camp).

Le temps passant, des groupes organisent une vie culturelle (conférences, cours, débats, théâtre, chorale, ateliers artistiques), nourrie par la présence d'artistes, d'artisans et d'intellectuels internés. L'administration laisse faire : ces activités lui garantissent un certain calme, et elle peut user de leur privation comme d'un moyen de sanction.

Des groupes d'internés réussissent à se structurer en un comité clandestin de résistance et à établir le contact avec des mouvements extérieurs au camp. C'est ainsi que s'organise une circulation clandestine de courrier. Deux journaux, clandestins eux aussi, sont rédigés par des internés, et recopiés à la main dans le camp.

Les internés vivent leur enfermement en se retrouvant au sein de groupes variés : habitants d'une même baraque, équipes de corvées intérieures ou extérieures - ces dernières étant les plus prisées car quand on sort, même sous surveillance et pour travailler, on peut nouer des contacts -, groupes d'activités culturelles, participants aux multiples débats plus ou moins informels, simples groupes d'affinités (les jeunes, les croyants, les lecteurs, les peintres etc.).

Certains internés travaillent à l'extérieur - dans des fermes, des usines, des chantiers forestiers, des carrières, qui à l'époque manquent tous de main d'œuvre. Travailler permet à la fois de sortir des barbelés, de tromper l'ennui, de trouver une meilleure alimentation et un maigre appoint financier ou de rechercher des opportunités d'évasion.

Les internés peuvent rester en rapport avec leurs familles encore en liberté (mais confrontées à l'aggravation progressive de la persécution) par le courrier, par les visites, et même, dans un premier temps, par des permissions. Ils peuvent également recevoir des colis. Le lien est certes maintenu, mais il est fragile : il est quelquefois brutalement interrompu par mesure disciplinaire.
c'est arrivé en mai Billet-vert-2
Transfert de déportés juifs à la gare d'Austerlitz vers les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande (14 mai 1941, rafle du billet vert, photo : Harry Croner, Mémorial de la Shoah)

Premières déportations

En septembre-octobre 1941, puis en mars-avril 1942, à la demande des Allemands, le régime des camps se durcit, rendant les évasions bien plus difficiles. Si bien qu'au printemps 1942, lorsque commence le départ des convois de déportation vers l'Est , les camps du Loiret sont pleins.

La préparation des grandes rafles de l'été 1942 implique de les vider de leurs occupants, « pour faire place à de nouveaux détenus » - qui seront cette fois-ci des familles. Les « hommes du billet vert » sont donc massivement déportés par les convois 2, 4, 5, et 6 partis respectivement le 5 juin de Compiègne, le 25 juin de Pithiviers, le 28 juin de Beaune-la-Rolande, et le 17 juillet de Pithiviers.

Les convois 5 et 6 sont composés principalement « d'internés du billet vert ». Mais d'autres Juifs, parmi lesquels des femmes et des enfants, ont été raflés pour compléter l'effectif théorique souhaité de 1.000 déportés par convoi.

Pour le convoi 5, 111 personnes sont arrêtées dans la région d'Orléans par la police française, dont 34 femmes, la plus jeune ayant 15 ans. Pour le convoi 6, 193 Juifs, hommes, femmes, enfants sont envoyés par les SS de Dijon, et 52 autres par les SS d'Orléans ; la plus jeune a 12 ans.
c'est arrivé en mai Billet-vert-3
Gendarme dans un mirador du camp de Beaune-la-Rolande (mai 1941, rafle du billet vert, photo : Harry Croner, Mémorial de la Shoah)

Été 42 : nouvelles rafles

Après la rafle du Vel d'Hiv, entre le 19 et le 22 juillet 1942, près de 8 000 personnes -parmi lesquelles plus de 4 000 enfants, souvent très jeunes - , sont transférées dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, conçus pour en accueillir moitié moins.

Pourtant prévenue de l'arrivée de milliers de personnes, l'administration des camps n'a rien prévu, ni pour l'hébergement ni pour l'alimentation, en particulier pour de très jeunes enfants. La pagaille est extrême. Tout manque : nourriture, médicaments, couvertures, vêtements.

Nombre de femmes et d'enfants sont installés sur de la paille posée à même le sol. À Pithiviers, dès le 20 juillet, les baraques sont saturées. Le 21, ce sont plus de 2 000 personnes supplémentaires qui arrivent : elles sont entassées dans un hangar réquisitionné.

La situation sanitaire est catastrophique. Des épidémies se déclarent. Faute des soins nécessaires, plusieurs enfants meurent.

Dès le 17 juillet, l'administration française a exprimé « le souhait de voir les convois à destination du Reich inclure également les enfants ».

Or, à cette période, les nazis ne réclament que les adolescents de plus de 15 ans. En attendant l'autorisation de Berlin pour déporter les enfants, il est envisagé de les séparer de leurs parents, qui doivent être déportés dans les jours qui suivent. C'est finalement ce qui se produit fin juillet dans les camps d'internement du Loiret.

Fin juillet, la décision est prise de déporter les adultes, pour compléter l'effectif des convois prévu lors des accords franco-allemands.

Brutalement séparés de leurs enfants les plus jeunes, les mères et les grands adolescents sont alors massivement déportés par 4 convois partant directement des gares de Pithiviers et Beaune-la-Rolande vers Auschwitz, du 31 juillet au 7 août (convois 13 à 16).

Les enfants restent seuls, livrés à une détresse absolue, matérielle et psychique.

Le 13 août, l'accord écrit pour la déportation des enfants arrive de Berlin.

Entre le 15 et le 25 août, les enfants sont transférés à Drancy , d'où ils sont déportés à Auschwitz-Birkenau, majoritairement par les convois 20 à 26 (du 17 au 28 août 1942). Ceux qui ne partent pas dans ces convois partiront un peu plus tard, notamment le 21 septembre par le convoi 35, depuis la gare de Pithiviers (la plus jeune a 2 ans).
c'est arrivé en mai Aline
Aline Korenbajzer est assassinée à Auschwitz le jour anniversaire de ses 3 ans !

Aucun des enfants déportés n'est revenu.

Épilogue
Après septembre 1942, les internés juifs de Pithiviers sont transférés à Beaune-la-Rolande. Le camp de Pithiviers enferme désormais, de septembre 1942 à août 1944, des « internés administratifs », essentiellement des communistes internés par décision préfectorale.

Le camp de Beaune-la-Rolande absorbe, pour des durées provisoires, les sureffectifs du camp de Drancy, ou encore «héberge» les « catégories » d'internés jugées, au moins pour un temps, « non-déportables ». La vie du camp est alors rythmée par le départ de quelques convois pour Drancy, par un va-et-vient de groupes de centaines d'internés, constamment reclassés et déplacés. Les Allemands décident, et l'administration française applique systématiquement leurs décisions.

En juillet 1943, après une inspection d'Aloïs Brünner dans le Loiret, les internés sont tous rassemblés à Drancy, et le camp de Beaune-la-Rolande est fermé.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45845
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMar 16 Mai 2023 - 10:14

16 mai 1364 - Du Guesclin bat le Mauvais à Cocherel

Le 16 mai 1364, le capitaine Bertrand Du Guesclin (40 ans) vainc les troupes du roi de Navarre, Charles II, justement surnommé le Mauvais. Celui-ci, qui bénéficie de renforts anglais, conteste l'autorité du roi de France, jusqu'à revendiquer la couronne pour lui-même.

La bataille se déroule à Cocherel (aujourd'hui Hardencourt-Cocherel), sur la rive gauche de l'Eure, à quelques kilomètres d'Évreux. La victoire du mercenaire breton et de ses compagnies de soudards permet au roi Charles V le Sage de restaurer le prestige de sa dynastie, mis à mal par l'ineptie de son père Jean II Le Bon.

c'est arrivé en mai Cocherel
Cocherel et le couronnement de Charles V (miniatures extraites des chroniques de Jean Froissart)

Le trouble-fête navarrais

Une génération plus tôt, à la mort du dernier Capétien direct, les Grands du royaume de France avaient attribué la couronne à l'héritier de la maison de Valois, au détriment des maisons d'Angleterre et de Navarre, l'une et l'autre cousines du roi défunt.

Les droits de la maison de Navarre ne sont pas négligeables... Par le mariage du roi de France Philippe IV le Bel avec Jeanne de Navarre, la couronne de Navarre était passée à leur fils, le roi de France Louis X le Hutin, puis à la fille de celui-ci, Jeanne.

Jeanne de Navarre avait épousé le comte d'Évreux, Philippe, et à la mort de celui-ci, en 1349, leur fils né en 1332 était devenu roi de Navarre sous le nom de Charles II, dit le Mauvais. Ce puissant seigneur descend donc en ligne directe de Saint Louis et de Philippe III le Hardi. D'un tempérament irascible, comme l'indique son surnom, il profite de la détresse du royaume après la défaite et la capture de Jean II le Bon à la bataille de Poitiers pour mettre en avant ses droits sur la couronne de France. Il n'a dès lors de cesse de comploter contre les Valois, en s'alliant à l'occasion avec le roi d'Angleterre ou les marchands de Paris.

Mais tandis que le roi se morfond en prison, à Londres, son fils le dauphin Charles soumet les bourgeois de Paris et négocie à Brétigny, près de Chartres, un traité avec les Anglais. Après la mort de Jean II le Bon, le 8 avril 1364, dans sa prison de Londres, il se fait sacrer à Reims selon la tradition et fait une entrée triomphale à Paris.

Un mercenaire d'exception

Pour restaurer enfin la paix dans le royaume, il reste au roi à ramener à la raison son cousin de Navarre, dont les redoutables troupes de Gascons et d'Anglais sont solidement établies dans les campagnes autour de Paris. Elles bloquent la vallée de la Seine, axe d'approvisionnement essentiel de la capitale, et font bombance pendant que les Parisiens crient famine.

Victime d'une malformation au bras droit, Charles V ne peut pas combattre en personne. Il se repose donc entièrement sur son fidèle Bertrand Du Guesclin, un chef de bande qui s'est illustré dans les luttes dynastiques en son pays, la Bretagne. Il lui demande donc de dégager en urgence la vallée de la Seine.

Du Guesclin arrive devant Cocherel avec deux mille hommes. Il constate que l'ennemi, suivant une tactique habituelle aux Anglais, occupe une colline sommairement fortifiée d'où il attend que les Français fidèles à leur fougue, l'attaquent dans une charge suicidaire.

Du Guesclin retient ses troupes qui, souffrant de la chaleur et de la soif, aimeraient en finir au plus vite. Conscient que l'attaque et l'attente sont aussi périlleuses l'une que l'autre, il ruse et simule une retraite qui incite les Anglos-Navarrais à quitter leurs positions pour poursuivre les fuyards. Il fait alors volte-face et s'imbrique dans le dispositif anglo-navarrais, empêchant les fameux archers d'utiliser leurs armes. Un petit détachement déborde l'ennemi et capture leur chef Jean de Grailly.

Cette victoire assoit l'autorité de Charles V. Elle vaut au mercenaire breton le comté de Longueville, près de Dieppe, en guise de récompense.

Quelques semaines plus tard, le 29 septembre 1364, lors de la guerre de Succession de Bretagne, Du Guesclin sera fait prisonnier à Auray par les Bretons de Jean IV. Charles V ne se fera alors pas prier pour payer une rançon de 100 000 livres en vue de sa libération. Le chef de guerre entraînera plus tard les Grandes Compagnies de mercenaires en Espagne où il retrouvera son vieil ennemi, le roi de Navarre.
Revenir en haut Aller en bas
nuagebleu
Membre
nuagebleu


Messages : 485
Qualité : Qualité

honnête et franche


c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitimeMar 16 Mai 2023 - 10:34

merci beaucoup mimi
Revenir en haut Aller en bas
https://mon-auvergne.forumactif.com/
Contenu sponsorisé





c'est arrivé en mai Empty
MessageSujet: Re: c'est arrivé en mai   c'est arrivé en mai Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
c'est arrivé en mai
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» cest arrivé en janvier
» c'est arrivé un 3 septembre
» C'est arrivé en septembre..
» C'est arrivé en décembre
» c'est arrivé en Avril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: