Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
À propos du forum

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.

Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum

Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : la prochaine extension ...
Voir le deal

 

 ça s'est passé un 20 mai...

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45829
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

ça s'est passé un 20 mai... Empty
MessageSujet: ça s'est passé un 11 Mai   ça s'est passé un 20 mai... Icon_minitimeMer 11 Mai 2022 - 11:21

11 mai 1745 - Louis XV à Fontenoy


Le 11 mai 1745, à Fontenoy, dans le Hainaut belge, près de Tournai, les Français, sous le commandement du maréchal Maurice de Saxe, battent une coalition anglo-austro-hollandaise.


La bataille, décisive quant à l'issue de la guerre de la Succession d'Autriche, se déroule en présence - fait rarissime - du roi Louis XV et de son fils, le Dauphin (15 ans), futur père de Louis XVI.
ça s'est passé un 20 mai... Fontenoy1

Maurice de Saxe et le roi Louis XV à la bataille de Fontenoy, par Horace Vernet (1790-1863), 1828, musée de Versailles


Convoitises européennes


Cinq ans plus tôt, la mort de l'empereur Charles VI et la montée de sa fille Marie-Thérèse sur le trône autrichien ont jeté les grandes puissances européennes dans la guerre, avec des alliances à direction variable. Allié de l'Électeur Charles-Albert de Bavière, le roi Louis XV lance ses troupes sur les Pays-Bas autrichiens (la Belgique actuelle). 


Maurice de Saxe, qui commande l'armée, entreprend le siège de Tournai. Mais les armées alliées, sous le commandement duc de Cumberland, troisième fils du roi d'Angleterre George III, tentent de le prendre en tenaille.  


Le maréchal n'a d'autre solution que de livrer bataille. Le roi Louis XV et le Dauphin, devant l'importance de l'enjeu, décident de le rejoindre le 8 mai 1745 pour stimuler l'ardeur des combattants.


Guerre en dentelles ou bataille de chiffonniers ?


Fontenoy est demeurée dans les mémoires grâce à un bon mot rapporté par Voltaire, qui a écrit quelques années plus tard un ouvrage de commande sur la bataille... 


Si l'on en croit le philosophe, les Anglais s'approchent à cent pas de la ligne française. Leurs officiers mettent le chapeau à la main et saluent les officiers des gardes françaises qui se découvrent à leur tour, dans une scène qui évoque irrésistiblement la « guerre en dentelles ». Ensuite, Charles Hay, capitaine des gardes anglaises, s'avance et, s'adressant au comte d'Anteroche, lieutenant des gardes françaises : « Monsieur, faites tirer vos gens ». À quoi l'autre répond : « Non, Monsieur, nous ne commençons jamais ». Après un dernier salut, les officiers rentrent dans leur rang et le feu anglais commence, meurtrier...
ça s'est passé un 20 mai... Saxe

Le maréchal et comte Maurice de Saxe, portrait par Quentin de La Tour (28 octobre 1696, Goslar, Saxe - 30 novembre 1750, château de Chambord)


La réalité est très différente. Aux 40 000 Français s'opposent 55 000 alliés. 


Dès le 9 mai, le maréchal de Saxe a habilement choisi le terrain et disposé ses troupes sur une ligne brisée, face à une petite plaine au bord de l'Escaut. Le duc de Cumberland dispose ses hommes de façon classique en ligne mince face aux Français.


La bataille commence dès la dissipation des brumes matinales par une canonnade de deux heures. Ensuite monte à l'attaque l'infanterie alliée. 


Suite à l'échec de plusieurs attaques ciblées, Cumberland ordonne une attaque en masse, sous la forme de trois grosses colonnes qui mêlent l'infanterie, la cavalerie et l'artilleries. L'ensemble se resserre en arrivant au contact des Français, vers midi.


Là se déroule le dialogue rapporté par Valfons. Il s'agit d'une fausse politesse car le premier qui tire se trouve aussitôt démuni face à l'assaillant... Les combattants se jettent dans une mêlée furieuse et sanglante. Les Français semblent fléchir et plusieurs officiers, autour du roi et du maréchal, évoquent une possible retraite.


Mais le maréchal de Saxe fait alors la démonstration de son talent de stratège. 


Ayant mesuré la fragilité de la grosse colonne ennemie, il la stoppe par l'utilisation à bout portant de quatre canons puis lance plusieurs attaques coordonnées sur ses flancs. Parmi les assaillants s'illustrent la maison du roi emmenée par le duc de Richelieu et l'infanterie irlandaise de Löwendal.


En un quart d'heure, la colonne, assaillie de tous côtés, ploie sous un déluge de fer et de feu. C'est en définitive aux Français que revient la victoire, l'une des dernières en date de l'Ancien Régime.


Au bilan, on compte 8 000 morts chez les Anglais, 2 000 chez les Hollandais et 3 000 chez les Français. Le maréchal de Saxe dédaigne de poursuivre l'ennemi et reprend le siège de Tournai qui tombe trois semaines plus tard.


Le soir de la bataille, comme le Dauphin manifeste une joie débordante à l'évocation des combats, son père l'admoneste avec une sagesse inaccoutumée : « Voyez tout le sang que coûte un triomphe. Le sang de nos ennemis est toujours le sang des hommes. La vraie gloire, c'est de l'épargner ».


Un traité chahuté


Sitôt après le Te Deum célébré à Paris le 20 mai suivant, le maréchal de Saxe reçoit en récompense de ses exploits à Fontenoy le domaine de Chambord et le droit de pénétrer à Versailles en carrosse. Lui-même ne s'en soucie guère et poursuit ses opérations. 


Il conquiert toute la Flandre, obtient la reddition de Bruxelles le 21 février 1746, un exploit sans précédent dans l'Histoire de France qui vaut au héros la dignité de maréchal général, que n'avaient eu avant lui que Turenne et Villars.


Mais ses victoires seront gâchées par le traité de paix qui, à Aix-la-Chapelle, le 8 octobre 1748, mettra un terme à la guerre de la Succession d'Autriche : le roi Louis XV, en effet, n'en tirera aucun avantage pour la France.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45829
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

ça s'est passé un 20 mai... Empty
MessageSujet: ça s'est passé un 20 mai...   ça s'est passé un 20 mai... Icon_minitimeLun 23 Mai 2022 - 15:54

20 mai 1506 - Christophe Colomb s'éteint à Valladolid


Christophe Colomb meurt le 20 mai 1506 à Valladolid, à 55 ans, entouré de richesses mais presque aveugle, en étant toujours convaincu d'avoir atteint l'Asie et sans avoir compris la véritable portée de ses voyages.


La Cour délaisse l'Amiral


Le 7 Novembre 1504, Colomb a 53 ans. Il rentre en Espagne de son quatrième et dernier voyage et accoste à San Lucar de Barrameda.


La reine Isabelle la Catholique, qui a favorisé Colomb depuis le début de l'aventure, meurt à la fin novembre 1504, moins d'un mois après le retour de l'Amiral de la mer Océane. Colomb est très affecté par la disparition de la souveraine. De son côté, le roi Ferdinand, qui est alors en guerre, se désintéresse de l'aventurier .


Colomb est aigri et frustré par la perte d'une partie des privilèges qu'il avait obtenus au commencement de l'aventure. Malade et affaibli, il se retire à Séville, dans une maison qu'il a louée dans la paroisse de... Santa Maria. Il y vit seul, quasiment oublié par ses contemporains, abandonné par la plupart de ses compagnons d'aventure qui se sont enrichis grâce à lui.


L'Amiral est seul... mais fabuleusement riche. Les droits issus de ses découvertes sont énormes et les revenus supplémentaires qu'il réclame le sont tout autant ! A Saint-Domingue, son homme de confiance, Carvajal, veille sur ses possessions et en encaisse les revenus. Ses domestiques et lui ne manquent de rien. Durant au moins deux générations, les héritiers de Colomb vivront dans l'opulence.


L'un des fils de Colomb, Diego, qui a vingt-quatre ans, est à la cour. Ancien page, puis garde de la reine, enfin garde du roi, il est devenu un courtisan habile. C'est lui qui représente son père à la cour. En 1508, il épousera Maria Alvarez de Toledo y Rojas (Roxas), fille de Fernando Alvarez de Toledo, nièce du duc d'Albe, l'un des Grands d'Espagne. Son père, l'Amiral, n'aura pas eu le bonheur d'assister à ce mariage prestigieux.


Mort riche et abandonné!


En mai 1505, Christophe Colomb fait le voyage de Séville à Ségovie à dos de mulet. Un voyage de 500 kilomètres pour rencontrer le Roi. Son fils a réussi à obtenir pour lui une audience. Malgré ses revendications, il n'obtient toujours pas du roi l'exécution des promesses qui lui ont été faites. Il conserve le titre d'Amiral de la mer Océane mais il ne s'agit que d'un titre honorifique qui ne le met pas à égalité avec le Grand Amiral de Castille.


A la fin d'avril 1506, la santé de l'Amiral décline. Sa goutte et l'arthrite le font souffrir. Colomb est alors transporté de Ségovie à Valladolid, qui est avec Tolède l'une des deux résidences royales d'Espagne.


ça s'est passé un 20 mai... ColombmortValladolid

Maison où mourut Christophe Colomb (gravuedu XIXe siècle d'après photographie)


Seuls sont présents à son chevet ses deux fils Diego et Fernando et ses frères Bartolomeo et Diego, ainsi que des moines franciscains du couvent voisin.


Christophe Colomb, Amiral de la Mer Océane, vice-roi des Indes, meurt le jour de l'Ascension en murmurant : « In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum » (En tes mains Seigneur, je remets mon esprit).


Les obsèques sont célébrées dans la cathédrale de Valladolid, Santa Maria Antigua (Sainte Marie l'Ancienne). Colomb est ensuite inhumé par les franciscains au couvent de l'Observance, à Valladolid. Aucune personne de la cour n'assiste à la cérémonie (...).


NB : Les ingrats !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
 
ça s'est passé un 20 mai...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ça s'est passé un 3 Mai
» ça s'est passé un 2 Mai...
» ça s'est passé un 27 mai ..
» ça s'est passé un 9 Mai..
» ça s'est passé un 13 Juin..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: