Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
À propos du forum

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.

Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum

-40%
Le deal à ne pas rater :
Tefal Ingenio Emotion – Batterie de cuisine 10 pièces (induction, ...
59.99 € 99.99 €
Voir le deal

 

 Evènements du jour

Aller en bas 
+3
Colombine
mariehelene
mimi1260
7 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
AuteurMessage
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMar 8 Aoû 2023 - 5:58

Rappel du premier message :

7-8 août 1786 - Première ascension du Mont Blanc

Le 7 août 1786,  Jacques Balmat (24 ans) et le médecin Michel Paccard (29 ans) entreprennent la première ascension du Mont Blanc. Les deux hommes mettront deux jours à réaliser l'ascension, inventant sans le savoir une discipline promise à un prodigieux succès : l'alpinisme.

Point culminant des Alpes - 4810 mètres à l'époque ; 4807 aujourd'hui, d'après les derniers relevés -, le Mont Blanc  (orthographe) appartient à ce moment-là au royaume de Piémont-Sardaigne comme l'ensemble de la Savoie.
Evènements du jour - Page 18 Chamonix-village
Le village de Chamouny vers 1780 (aujourd'hui Chamonix) vue depuis le Brévent, avec à gauche la Mer de Glace et à l'arrière-plan le mont Blanc (lithographie d'A. Bachmann, d'après une gravure de Louis Bleuler)

Le mont Blanc, de maudit à convoité

Nul n'a encore songé à escalader ce massif impressionnant, qualifié de montagne maudite par les Savoyards. De son sommet toujours couvert de neige et souvent noyé dans les nuages, descendent de redoutables glaciers, le glacier des Bossons et la Mer de Glace. Peu de gens, d'ailleurs, le connaissent, en-dehors des villageois du cru, car le massif alpin est encore largement dépourvu de voies carrossables. Au pied du massif du Mont-Blanc, le modeste village de Chamonix n'est lui-même accessible que par des sentiers muletiers.
Evènements du jour - Page 18 Saussure
Horace Benedict de Saussure (17 février 1740, Conches, près de Genève ; 22 janvier 1799, Genève), par Jens Juel (bibliothèque de Genève)

Toutefois, un jeune physicien et naturaliste genevois, Horace Bénédict de Saussure (20 ans), découvre en 1760 ce village. Envoûté par la montagne, il promet une prime consistante à qui atteindra le premier le sommet du Mont Blanc.

Lui-même en tente l'ascension à plusieurs reprises avec un guide local mais échoue régulièrement, tout comme les autres amateurs, attirés par la perspective de la prime. Il faut dire que les uns et les autres n'imaginent pas de faire étape une nuit complète sur le flanc de la montagne, par crainte de démons ou d'on ne sait trop quoi.

En 1786, un jeune cristallier du lieu, Jacques Balmat, décide de suivre une équipe qui va encore une fois tenter l'exploit. Mais il est distancé par ses compagnons. Perdu et terrorisé, le voilà obligé de se réfugier dans une grotte pour y passer la nuit. Le lendemain, il repère un passage vers le sommet. Convaincu de pouvoir enfin y accéder, il redescend à Chamonix en quête d'un compagnon d'escalade. Ce sera le médecin du village, Michel Paccard. Les deux hommes reprennent l'ascension et passent la nuit dans la même grotte avant de se porter enfin au sommet le 8 août à 18h22 !

Jacques Balmat se rend à Genève pour informer de Saussure de son succès et recevoir la prime. Ensemble, ils partiront eux-mêmes à l'ascension du sommet qu'ils atteindront le 3 août suivant.

L'ascension du Mont Blanc devient très vite un défi que se lancent les jeunes villageois. Le 14 juillet 1808, Jacques Balmat arrive au sommet avec quelques compagnons d'aventure et, pour la première fois, une femme, Marie Paradis (31 ans). Mais l'exploit de la modeste villageoise sera altéré par la suspicion qu'elle ait été portée par ses compagnons sur une partie du parcours.

La deuxième femme à atteindre le sommet et dont la réussite est incontestée est une riche passionnée d'alpinisme, Henriette d'Angeville (44 ans), le 3 septembre 1838. Cela vaudra à cette célibataire sportive le surnom de « fiancée du mont Blanc »...

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
mimi1260
Moderateur



Messages : 45544

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeDim 3 Mar 2024 - 7:33

Naissance

Alain - 3 mars 1868 à Mortagne-au-Perche (Orne, France) - 2 juin 1951 à Le Vésinet

Evènements du jour - Page 18 Alain
Alain (de son vrai nom Émile Chartier), adepte d'une morale du juste milieu, est le philosophe le plus représentatif de la IIIe République.

Sa défense intransigeante des droits de l’individu et sa conception très originale de la démocratie libérale retrouvent chaque jour une jeunesse plus éclatante, dans le contexte de la mondialisation contemporaine, fait de remise en cause croissante de la souveraineté nationale et de crise généralisée de la représentation...

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeLun 4 Mar 2024 - 6:04

Décès


Jean-François Champollion - 23 décembre 1790 - 4 mars 1832

Il déchiffre les hiéroglyphes et redonne vie aux pharaons

Le 27 septembre 1822, à Paris, Jean-François Champollion (32 ans) expose devant l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ses découvertes relatives aux hiéroglyphes. Deux semaines plus tôt, le 14 septembre 1822, au terme de plusieurs années de recherches harassantes, il était arrivé en effet à déchiffrer l'écriture des anciens Égyptiens...

Un jeune surdoué

Jean-François Champollion naît le 23 décembre 1790 à Figeac, dans le département du Lot, dans une fratrie de sept enfants. Son père, un colporteur originaire du Dauphiné,  a ouvert une libraire dans la ville.
Evènements du jour - Page 18 Jj-champollion
Jean-François Champollion (23 décembre 1790, Figeac ; 4 mars 1832, Paris), huile sur toile par Madame de Rumilly, après 1822, Musée Champollion (Isère)

Élève dissipé mais surdoué, Jean-François est très vite appelé à Grenoble par son grand frère Jacques-Joseph, de douze ans son aîné, qui prend en charge son éducation.

Il apprend très tôt de nombreuses langues anciennes, dont le copte d'Égypte, et se prend de passion pour la civilisation des pharaons, mise à la mode par les savants qui ont participé à l'expédition d'Égypte, en 1798-1799, aux côtés du général Bonaparte, futur Napoléon Ier.

Jacques-Joseph, bibliophile passionné et érudit, d'une grande sociabilité, obtient pour lui-même un poste de littérature grecque et reçoit la Légion d'honneur. Il obtient aussi pour son jeune frère un poste de professeur d'histoire à Grenoble.
Evènements du jour - Page 18 Jj-champollion
Jacques-Joseph Champollion (5 octobre 1778, Figeac ; 9 mai 1867, Fontainebleau), huile sur toile par Madame de Rumilly, après 1822, Musée Champollion (Isère)

Tout se gâte à la chute de Napoléon. Victimes de l'intolérance politique du temps de la Restauration, les deux frères doivent retourner à Figeac, où ils frôlent la misère. Jean-François peut heureusement poursuivre ses recherches grâce au soutien dévoué de son frère. En 1817, il peut enfin regagner Grenoble et se marie l'année suivante avec Rosine Blanc, fille de riches gantiers de la ville.

Jacques-Joseph gagne Paris où il devient le secrétaire particulier de l’helléniste Bon-Joseph Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. 

Pétri de reconnaissance, Jean-François lui écrit le 30 octobre 1818  « Il y a longtemps que tu me prouves que moi, c'est toi. Mon cœur m’assure que nous ne ferons jamais deux personnes ». Il se fera plus tard appeler Champollion le Jeune pour ne pas lui porter ombrage. Jacques-Joseph se fera quant à lui appeler Champollion-Figeac pour ne pas affecter la gloire de son cadet.
Evènements du jour - Page 18 Rosette
La pierre de Rosette

En 1799, les savants conduits en Égypte par Bonaparte avaient découvert à Rosette, dans le delta du Nil, une pierre en basalte noir d'un mètre de longueur, avec un texte qui rapporte une déclaration des prêtres de Memphis du temps d'un pharaon de l'époque hellénistique, Ptolémée V.

Ce texte a l'intérêt d'être rédigé en trois versions :
• la première en hiéroglyphes, l'écriture sacrée des premiers pharaons,
• la deuxième en démotique, une écriture égyptienne tardive datant du 1er millénaire av. J.-C.,
• la troisième en grec ancien.

La pierre de Rosette est très vite dérobée aux Français par les Anglais de l'amiral Nelson (elle figure depuis lors en bonne place au British Museum). Mais elle excite la curiosité des savants, en particulier du jeune Champollion et d'un physicien anglais Thomas Young, de quinze ans son aîné, qui veut comme lui découvrir le secret des hiéroglyphes.

Thomas Young déchiffre la version démotique de la pierre de Rosette et découvre que les cartouches en hiéroglyphes contiennent les noms de pharaons. Champollion arrive à se procurer une reproduction de la pierre de Rosette et peut lui aussi comparer les trois versions du texte (il lit sans difficulté la version grecque).

Jean-François va plus loin que son rival britannique grâce à sa familiarité avec la culture pharaonique et à sa maîtrise de la langue copte, assez proche, paraît-il, de celle des anciens Égyptiens.
Evènements du jour - Page 18 Champollion2-notes
Page du carnet de notes de Champollion, XIXe s. (Les Cahiers de Science et Vie: Les origines de l'ecriture).

Il observe ainsi que le texte hiéroglyphique de Rosette contient trois fois plus de signes que le texte grec ne compte de mots. Il en déduit que les hiéroglyphes (on en recense environ 5 000) ne sont pas seulement des idéogrammes, contrairement aux préjugés ambiants. Ils peuvent aussi dans un même texte servir de signe phonétique comme nos lettres de l'alphabet.

En appliquant son intuition à une transcription extraite d'un temple, il repère le nom de Cléopâtre. Le 14 septembre 1822, ayant reçu des dessins d'un archéologue, il obtient confirmation de la justesse de sa découverte en reconnaissant les noms de Ramsès et Thoutmosis.

« Je tiens mon affaire ! » s'exclame-t-il devant son frère. L'émotion et le surmenage le font immédiatement sombrer dans un état d'inconscience. 
Evènements du jour - Page 18 Ecrit26-pierre-rosette
J.-F. Champollion, Etudes sur la pierre de Rosette, 1820, Imprimerie nationale (dépôt à Figeac, musée Champollion)

C'est seulement cinq jours plus tard qu'il est en état de révéler sa découverte. Avec l'aide de son frère, il décrit sa découverte dans une lettre de 40 pages qu'il destine au secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Bon-Joseph Dacier, qu'il a en grande estime. Le 22 septembre, il en lit la première ébauche devant l'Académie au grand complet, sous la coupole de l'Institut, sur les bords de la Seine. Son rival Thomas Young a été invité pour l'occasion et toute l'assistance fait une ovation au jeune savant.
Evènements du jour - Page 18 Champollion
Léon Cognet, Jean-François Champollion, 1831, Paris, musée du Louvre.

La Lettre à M. Dacier relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques est publiée dans son intégralité chez Firmin Didot le 27 septembre 1822. Elle vaut immédiatement au jeune savant une immense notoriété. Il trouve le temps de se marier et d'avoir une fille.

Le duc de Blacas le fait connaître au vieux roi Louis XVIII. Puis, c'est l'apothéose. Son successeur Charles X confie au jeune savant la création d'un musée égyptien dans le palais du Louvre. C'est ainsi que Champollion achète d'un coup les 4000 pièces de la fabuleuse collection du consul anglais du Caire, Salt. Le 15 décembre 1827, le musée est inauguré dans l'aile Sully par le roi qui lui donne son nom et place Champollion à sa tête.

Dès lors, afin d'enrichir les collections de son musée, Champollion va visiter les collections égyptiennes de Turin et, enfin, parcourir en 1828-1829 le pays de ses rêves, l'Égypte, en remplissant ses carnets de notes et de croquis.

Le rêve continue

Jean-François Champollion meurt d'épuisement à 42 ans, le 4 mars 1832, au milieu des honneurs, sans avoir eu le temps d'achever sa Grammaire égyptienne et son Dictionnaire égyptien. Mais son parcours exceptionnel a inspiré de nombreuses vocations d'égyptologues en France.

Le plus célèbre est Auguste Mariette, qui découvre au milieu du siècle la fameuse statuette du scribe accroupi, aujourd'hui au Louvre, et met au jour l'allée des sphinx de Memphis. Il crée aussi le musée du Caire. C'est lui qui écrivit pour Verdi le script de l'Opéra Aïda, joué au Caire en 1871 !
Evènements du jour - Page 18 Mariette
Un siècle plus tard, la fabuleuse découverte de la tombe de Toutânkhamon compléta notre connaissance de la civilisation égyptienne, la première et l'une des plus belles qui furent jamais.


Fabienne Manière

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeSam 9 Mar 2024 - 9:53

9 mars 1762 - Condamnation et mort de Jean Calas

Le 9 mars 1762, Jean Calas est condamné à mort par le Parlement de Toulouse. Il est roué vif, étranglé et brûlé sur la place Saint-Georges le lendemain. Il a 64 ans.

Le « philosophe » Voltaire, lui-même déjà âgé à ce moment-là de 67 ans, va se saisir de ce fait divers tragique pour mettre à nu les malfaçons de la justice française et surtout attaquer son ennemie intime, l'Église.

Le fait divers et la rumeur

Cinq mois plus tôt, le 13 octobre 1761, ce riche négociant en tissus de religion calviniste avait découvert son fils Marc-Antoine, 29 ans, mort étranglé, à son domicile, rue des Filatiers, à Toulouse.

Pensant que le malheureux s'était tué, il avait maladroitement tenté de dissimuler le suicide afin de préserver l'honneur familial.

Mais comme les Calas appartiennent à la « Religion Prétendue Réformée » (R.P.R.), la rumeur publique accuse le père d'avoir assassiné Marc-Antoine parce qu'il voulait se convertir au catholicisme !

Le Capitoul David de Beaudrigue fait incarcérer les parents du jeune homme, Jean Calas et Anne-Rose Cabibel, son frère Pierre, leur servante Jeanne Viguière, et un ami, Gaubert Lavaysse, qui était arrivé la veille de Bordeaux. Le procès s'ouvre devant les huit Capitouls qui gouvernent la ville. Il est nourri par des ouï-dire et des faux témoignages.

L'écrivain Laurent Angliviel de La Beaumelle est le premier à prendre la défense des accusés. Sa Lettre pastorale du 1er décembre 1761 est reprise par Paul Rabaut qui publie quelques semaines plus tard « La Calomnie confondue, ou Mémoire dans lequel on réfute une nouvelle accusation intentée aux Protestans de la Province du Languedoc, à l'occasion de l'affaire du Sieur Calas détenu dans les prisons de Toulouse ».

Le Parlement de Toulouse n'en condamne pas moins Jean Calas, par huit voix contre cinq, à subir la question ordinaire et extraordinaire, à être rompu vif et jeté dans un bûcher. Le malheureux est exécuté après que le bourreau ait lacéré et brûlé La Calomnie confondue. Les autres co-accusés sont acquittés ou bannis.
Evènements du jour - Page 18 Calas-supplice
La mort cruelle de Calas, roué à Toulouse, le 9 mars 1762.

La Beaumelle lui-même est banni de Toulouse pour « mauvaise conduite ». Cela ne l'empêche pas de rédiger au cours de cette année 1762 plusieurs mémoires pour solliciter la cassation du jugement du Parlement et obtenir la libération des filles de la veuve Calas, enfermées depuis le mois de mai par lettres de cachet dans des couvents toulousains.

La procédure judiciaire, de toute évidence mal menée, ne reflète pas, tant s'en faut, la justice du siècle de Louis XV, généralement soucieuse d'équité et de droit, assez proche en cela de la nôtre. 
Evènements du jour - Page 18 Calas-destrem
Vladimir Destrem, L'Arrestation de Calas, 1879

Voltaire et l'affaire Calas

Dans sa retraite de Ferney, près de Genève, Voltaire est informé par un marchand marseillais, Dominique Audibert, de la condamnation de Jean Calas.

Le philosophe, qui n'a jamais jusque-là manifesté d'intérêt pour les erreurs et les abus de la justice, se gausse de cette affaire. Il écrit dans une lettre au conseiller Le Bault, datée du 22 mars 1762 :

« Vous avez entendu parler peut-être d'un bon huguenot que le parlement de Toulouse a fait rouer pour avoir étranglé son fils ; cependant ce saint réformé croyait avoir fait une bonne action, attendu que son fils voulait se faire catholique et que c'était prévenir une apostasie : il avait immolé son fils à Dieu et pensait être fort supérieur à Abraham car Abraham n'avait fait qu'obéir mais notre calviniste avait pendu son fils de son propre mouvement et pour l'acquit de sa conscience. Nous ne valons pas grand chose, mais les huguenots sont pires que nous et de plus ils déclament contre la comédie. »

Toutefois, ce persiflage ne dure pas car, dès la fin de ce même mois de mars, Donat Calas, un des jeunes fils du supplicié, réfugié en Suisse, arrive à rencontrer Voltaire et à le convaincre de l'erreur judiciaire. L'écrivain à succès, qui poursuit depuis sa jeunesse une guerre contre l'Église (« l'Inf... »), y voit une belle occasion de relancer l'offensive. 

Il recueille la veuve et deux de ses filles. Surtout, usant de son talent épistolaire et de ses nombreuses relations, il organise habilement un groupe de pression avec ses amis, y compris des souverains étrangers tels que Frédéric II de Prusse ou Catherine II de Russie (si la langue anglaise avait été à la mode, il l'aurait sans doute baptisé... Amnesty International).

Dénonçant les travers de l'organisation judiciaire, il publie les « Pièces originales concernant la mort des Sieurs Calas et le jugement rendu à Toulouse » (août 1762) puis son célèbre Traité sur la tolérance à l'occasion de la mort de Jean Calas (décembre 1763), sans pour autant se rapprocher de La Beaumelle, son ennemi littéraire de toujours.

Le 4 juin 1764, le Conseil du Roi casse enfin les jugements prononcés contre les Calas. David de Beaudrigue est destitué. Le 9 mars 1765, le Parlement de Paris réhabilite Jean Calas et restitue ses biens à sa famille. Le roi Louis XV lui-même ajoute un don personnel de 30 000 livres !

L'affaire Calas illustre les contradictions d'une époque déchirée entre les préjugés, la soif de justice et la découverte de la tolérance. Elle marque aussi la première intervention des « philosophes » (aujourd'hui, on dirait « intellectuels ») dans les joutes judiciaires et politiques.
Evènements du jour - Page 18 Calas
Jean-Baptise Delafosse, La Malheureuse famille Calas, 1765




Camille Vignolle




Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeLun 11 Mar 2024 - 10:26

Il y a quelques 350 années..


13 mai 1648 - 11 mars 1649

De la Fronde parlementaire à la Fronde des Princes

Le 11 mars 1649, la régente Anne d'Autriche et son Premier ministre Mazarin concluent la paix avec le Parlement de Paris. C'est la fin de la Fronde parlementaire.
Evènements du jour - Page 18 Mazarin
Mazarin(portrait par Pierre Mignard)


Cette rébellion des magistrats français a été baptisée du nom d'un jeu d'enfant en raison de son caractère brouillon. Réduits à l'impuissance, les magistrats renoncent à limiter en France le pouvoir royal.

Les Princes et les grands seigneurs s'y essaient à leur tour. Cette Fronde des Princes n'a pas plus de succès que la précédente mais elle cause beaucoup de désordres et fait de nombreuses victimes dans le peuple.

La Fronde parlementaire

En 1648, la France est gouvernée par la régente Anne d'Autriche, mère du jeune roi Louis XIV (9 ans), qui bénéficie des utiles conseils de Mazarin.

Le pays doit mener des guerres extérieures contre les Habsbourg et cet effort nécessite d'accroître les impôts. Il n'en faut pas plus pour entraîner les privilégiés dans une révolte. Ceux-ci montent le peuple contre le gouvernement en faisant valoir le luxe dans lequel se complaît la Cour.

Le 13 mai 1648, le Parlement de Paris entreprend de réformer ce qu'il estime être les abus de l'État. À l'initiative du conseiller Pierre Broussel, il constitue une Chambre qui aura à décider de la réforme de l'État.

Le 2 juillet 1648, cette Chambre impose à Anne d'Autriche une charte de 27 articles qui donne au Parlement le droit de valider tout impôt nouveau. La régente feint de se soumettre. Mais voilà que son armée remporte à Lens une grande victoire sur les Espagnols.

La régente, rassurée sur la situation extérieure, fait arrêter plusieurs parlementaires, y compris Pierre Broussel, auquel son intégrité (fait rarissime) vaut une immense popularité.

À cette annonce, Paris se soulève au cours d'une « journée des Barricades ». La régente feint une nouvelle fois de se soumettre. Elle libère ses prisonniers mais s'enfuit à Saint-Germain-en-Laye avec le cardinal, le jeune roi Louis XIV et son frère Philippe. Pendant ce temps, l'armée royale, commandée par Condé, organise le siège de Paris.

Les parlementaires, qui détiennent déjà beaucoup de privilèges, n'ont pas vraiment envie d'une Révolution. Ils rendent les armes et signent la paix à Rueil.

La Fronde des Princes

Le cardinal et la régente regagnent Paris en octobre sous les acclamations mais ils doivent dés lors combattre la Fronde des Princes, plus violente mais aussi plus brouillonne et bagarreuse.

À Paris et dans les provinces se multiplient les « mazarinades », écrits et chansons satiriques qui traînent Mazarin dans la boue...

Le Grand Condé, l'ancien vainqueur de Rocroi, noue des complots avec quelques grands seigneurs dont son frère le prince de Conti, et bientôt, la guerre civile, aggravée par l'intervention des Espagnols, met le pays à feu et à sang.

Le retour de l'autorité royale

Les maladresses de Condé et son alliance avec les Espagnols conduisent à la défection de ses partisans. Le 21 octobre 1652, Louis XIV, qui a été déclaré majeur le 7 septembre 1651, rentre à Paris avec sa mère. Il tient un lit de justice et prononce une amnistie générale (ou presque). Quatre mois plus tard, Mazarin retrouve à son tour Paris.

La Fronde des Princes est finie. Mais Louis XIV en gardera rancune aux Parisiens. Il choisira plus tard de quitter le Louvre, résidence de la cour depuis quatre siècles, et de bâtir un nouveau palais à Versailles.

La monarchie française sortira renforcée des épreuves de la Fronde tandis qu'à la même époque, l'Angleterre fera l'expérience de la République après avoir exécuté son roi Charles Ier. La France évoluera vers une monarchie absolue, l'Angleterre vers une monarchie parlementaire.


André Larané
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeLun 11 Mar 2024 - 10:37

Plus proche de nous, le siècle dernier ..


11 mars 1963 - Dernière exécution politique en France

À l'aube du 11 mars 1963, Jean Bastien-Thiry est passé par les armes au fort d'Ivry. Cette exécution politique est la dernière qu'ait connue la France à ce jour. Elle fait suite à l'attentat du Petit-Clamart du 22 août 1962 qui a failli coûter la vie au général de Gaulle.

Le condamné est un Polytechnicien de 35 ans originaire de Lunéville, marié et père de trois fillettes. Scientifique brillant et de stature internationale, il oeuvre à la Cité de l'Air, à Paris, avec le grade de lieutenant-colonel, quand sa conscience est bouleversée par le drame algérien.

Sentiment d'abandon

Après la signature des accords d'Évian, les Pieds-noirs refluent en désordre vers la métropole et les vainqueurs du FLN assassinent plusieurs dizaines de milliers de harkis et autres musulmans francophiles, abandonnés par l'armée française et le gouvernement du général de Gaulle.

Comme beaucoup de militaires de sa génération, Jean Bastien-Thiry ne comprend pas les revirements du général de Gaulle. Il les interprète comme autant de trahisons à l'égard de la Nation, des Français d'Algérie et des musulmans fidèles à la France. Refusant l'inéluctable, il se convainc que le Général est un obstacle à la restauration de la grandeur de son pays. C'est ainsi que sous l'égide d'un mouvement clandestin, le Conseil National de la Résistance (CNR) de Georges Bidault, il organise un attentat contre le cortège du Président.

L'attentat

Le 22 août 1962, le général de Gaulle, avec son épouse, se rend de l'Élysée à sa résidence de Colombey-les-deux-Églises. De l'Élysée même, un informateur jamais identifié prévient Bastien-Thiry du choix de l'itinéraire fixé au dernier moment par les services de sécurité parmi les trois possibles.
Evènements du jour - Page 18 Bastienthiry
Jean Bastien-Thiry

Au Petit-Clamart, dans la banlieue sud de Paris, la DS présidentielle est mitraillée par les six tireurs du commando de Bastien-Thiry. Les tireurs visent principalement les pneus afin d'arrêter la voiture. Mais les pneus résistent aux balles et le grand talent du chauffeur fait le reste.

L'un des tireurs lâche une rafale à la hauteur des têtes des passagers du véhicule. Les impacts de son fusil-mitrailleur - 8 au total - permettront au procureur général de requérir pour tentative d'assassinat.

Le président et son épouse, assis à l'arrière du véhicule, sont sans doute sauvés par la réaction de leur gendre Alain de Boissieu qui, assis à l'avant, se retourne vers eux et ose ordonner : « Père, couchez-vous ! »

Les tireurs sont bientôt arrêtés. Jean Bastien-Thiry est arrêté à son retour d'une mission scientifique en Grande-Bretagne. Un tribunal d'exception, la Cour militaire de Justice, juge les prévenus.

Le procureur requiert la mort contre Bastien-Thiry, Bougrenet de La Tocnaye et Buisines. Prévost demande la parole et prie le jury de prendre la place de Buisines, affirmant sa responsabilité supérieure. Le tribunal militaire tient compte de cette précision en condamnant à la peine capitale Prévost au lieu de Buisines.


Le recours en cassation n'est pas permis aux condamnés. Leur vie repose entre les mains du chef de l'État. L'opinion publique est convaincue qu'il usera de son droit de grâce pour un attentat qui n'a pas entraîné mort d'homme. Le général de Gaulle grâcie effectivement les tireurs mais non leur chef. Jean Bastien-Thiry est fusillé huit jours à peine après le jugement.


Alban Dignat
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeJeu 14 Mar 2024 - 5:52

Naissances


Albert Einstein - 14 mars 1879  Ulm (Allemagne) - 18 avril 1955  Princeton (Etats-Unis)
Evènements du jour - Page 18 Einstein
Albert Einstein

Albert Einstein, avec sa figure de vieux savant inspiré, est le parfait représentant de la science du XXe siècle. Né en Allemagne, il se fait connaître à vingt-cinq ans, en 1905, par plusieurs articles qui révolutionnent la physique newtonienne.

En 1919, la vérification expérimentale de sa théorie de la relativité générale à l'occasion d'une éclipse (courbure de la lumière à proximité d'une masse) lui procure une notoriété mondiale.

Juif et pacifiste, Einstein est déchu de la nationalité allemande en 1933 par le régime nazi et s'expatrie aux États-Unis, à Princeton, où il poursuit ses recherches. Dès 1945, il participe à un comité de scientifiques pour sensibiliser l'opinion aux dangers de l'arme atomique.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeJeu 14 Mar 2024 - 5:57

Raymond Aron - 14 mars 1905  Paris - 17 octobre 1983  Paris


Evènements du jour - Page 18 Raymond-aron-1
Raymond Aron

Le sociologue Raymond Aron a dans la deuxième moitié du XXe siècle fait figure de parfait contraire de Jean-Paul Sartre. Pacifiste, démocrate inflexible, il s'est toujours montré lucide et sans illusions sur les grandes idéologies totalitaires de son siècle, aussi bien le nazisme que le communisme.

Classé à droite, par opposition aux laudateurs du socialisme et de ses monstrueux avatars, de l'URSS à Castro, il s'est toujours revendiqué libéral et a été perçu comme le lointain continuateur d'Alexis de Tocqueville...

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeDim 17 Mar 2024 - 9:39

Napoléon crée les palmes académiques et le baccalauréat


Le 17 mars 1808, Napoléon Ier organise l'Université, fondée le 10 mai 1806. Dans le même temps, il crée les « Palmes universitaires », ou palmes académiques, afin de « distinguer les fonctions éminentes et de récompenser les services rendus à l’enseignement ».

L'empereur fait aussi du baccalauréat un grade d'État qui sanctionne la fin des études secondaires et donne accès aux études supérieures. D'origine médiévale, le baccalauréat (de baccalarius, « apprenti chevalier », et laureatus, « couronné de lauriers ») était jusque-là le premier grade de l'Université de Paris, avant la maîtrise et le doctorat.

Le nouveau baccalauréat comporte cinq disciplines : lettres, sciences, droit, théologie et médecine. La première session, avec seulement des épreuves orales, se déroule en 1809 avec 31 candidats, tous des garçons de seize ans (la première bachelière est une institutrice de 36 ans, en 1861). La première épreuve écrite est introduite en 1830. En 1881, la composition latine sera remplacée par une « composition française sur un sujet de littérature ou d'histoire ». C'est la fin de la primauté du latin.

Au départ, une appréciation (très bien, bien...) sanctionne la réussite du candidat. La notation sur 20 est introduite en 1890

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeDim 17 Mar 2024 - 9:47

17 mars 1915 - La «fée verte» prohibée

Le 17 mars 1915, au début de la Première Guerre mondiale, le gouvernement français interdit la production et la consommation des liqueurs anisées extraites de l'absinthe, une plante aromatique à la saveur amère.

Jean-François Zilberman

Evènements du jour - Page 18 Absinthe_degas
L'absinthe, par Edgard Degas (musée d'Orsay, Paris, 1876)

La «fée verte»

Ces liqueurs sont nées dans le Val-de-Travers, dans le canton suisse de Neuchâtel, où une habitante, la mère Henriod, a mis au point au XVIIIe siècle un élixir d'absinthe à des fins thérapeutiques.

L'élixir est diffusé dans le canton par le docteur Ordinaire. En 1797, le major Dubied en achète la formule et ouvre une première fabrique à Couvet (Suisse), avec son gendre, Henri-Louis Pernod. En 1805, ce dernier monte sa propre distillerie de l'autre côté de la frontière, à Pontarlier, dans le département français du Doubs, au coeur des montagnes du Jura, à l'enseigne «Pernod et fils».

En 1830, lors de la conquête de l'Algérie, on conseille aux soldats français de rajouter à leur eau de boisson quelques gouttes de liqueur d'absinthe afin de l'assainir et d'apaiser leurs dérangements digestifs. Les soldats y prennent goût et, de retour en France, continuent à consommer cette boisson aux vertus thérapeutiques.
Evènements du jour - Page 18 Absinthe
Affiche pour l'absinthe, 1897, musée de Pontarlier

La boisson inspire aussi les artistes et les poètes comme Degas, Toulouse-Lautrec, Baudelaire, Verlaine ou encore Oscar Wilde. Ce dernier lui aurait donné son surnom de «fée verte».

Mais l'absinthe possède une substance toxique, la thuyone, qui attaque le système nerveux des consommateurs abusifs.

Aussi la boisson devient-elle à la fin du XIXe siècle synonyme de la dégradation de la condition ouvrière. Émile Zola la stigmatise dans un roman intitulé L'Assommoir (1877). Ses effets s'avèrent désastreux dans les tranchées de la Grande Guerre, d'où son interdiction par le gouvernement français (la Suisse l'avait interdite dès 1908).

Mais en 1920, sous la pression des distillateurs, les alcools anisés sont à nouveau autorisés en France. En 1932, un jeune Marseillais du nom de Paul Ricard commercialise une variante de l'anis de Pontarlier sous le nom de «pastis» (d'après un mot provençal qui signifie mélange ou confusion). Consommé avec modération et noyé dans beaucoup d'eau fraîche, le pastis a acquis ses quartiers de noblesse grâce à l'écrivain Marcel Pagnol et contribue aujourd'hui à la joie de vivre des Marseillais.

NB : le 1er mars 2005, la Suisse a levé l'interdit de 1908 sur la fabrication et la commercialisation de l'absinthe en limitant toutefois le taux de thuyone à 35mg/litre. Dans le Val-de-Travers si bien nommé, la «fée verte» n'a jamais cessé d'être fabriquée dans la clandestinité.
Evènements du jour - Page 18 Verlaine-absinthe
Paul Verlaine au café François Ier devant un verre d'absinthe,1892 
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeLun 25 Mar 2024 - 10:16

Avec 1 jour de retard..


24 mars 1860 - La France reçoit Nice et la Savoie

Le 24 mars 1860, par le traité de Turin, Nice et la Savoie reviennent à la France.

Napoléon III obtient ces deux territoires en récompense de son intervention militaire contre l'Autriche, aux côtés du royaume du Piémont, et en échange de l'annexion de l'Italie centrale par le Piémont.

Le « droit des nationalités »

Pour la première fois au monde, l'exécution du traité est subordonnée à son approbation par les populations concernées en vertu du « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ». Ce principe révolutionnaire à tonalité romantique va éveiller les aspirations nationales au XIXe siècle et au suivant, parfois de façon abusive.

Ce droit avait déjà été appliqué une première fois par le gouvernement français dans le Comtat Venaissin et à Avignon, propriété du Saint-Siège, le 12 juin 1790 Mais ce fut de manière unilatérale et non dans le cadre d'un traité international. 

Cette fois, c'est Paris et Turin qui organisent de concert un référendum dans le comté de Nice et en Savoie.

- Le comté de Nice :
De culture italienne ou plus précisément piémontaise, le port méditerranéen et son arrière-pays ont fait partie du comté de Provence avant d'être rattachés à la maison de Savoie en 1388. Le nom de comté ou comtat n'a rien à voir avec un quelconque comte mais dérive d'une racine latine qui signifie « campagne » ou « pays » et désigne une circonscription administrative (dico).

- La Savoie :
De culture francophone, elle est le foyer historique de la Maison de Savoie. Fondée au XIIe siècle par Humbert Ier aux Blanches Mains, cette dynastie a acquis peu après, par mariage, le marquisat de Turin, de l'autre côté des Alpes. Elle a dés lors tourné ses ambitions vers la plaine du Pô. C'est elle qui, au temps de Napoléon III, a relevé le projet d'une unification de l'Italie.


Résultats sans surprise
Evènements du jour - Page 18 Cavourmicro

Camilo CAVOUR


Le 22 avril 1860, les habitants approuvent à une écrasante majorité leur rattachement à la France. À Nice, on compte 25 743 oui, 160 non et 5 000 abstentions. En Savoie, 235 non et une poignée d'abstentions sur 130 000 votants.


Ces résultats montrent que les habitants s'étaient par avance résignés à leur sort. Un sénatus-consulte du 12 juin 1860 confirme l'incorporation des deux provinces à l'Empire français.


- Au nord des Alpes, la Savoie est divisée en deux départements : Savoie et Haute-Savoie.


- Au sud, le comté de Nice est réuni à un morceau du département du Var, avec le fleuve Var lui-même, pour former le département des Alpes-maritimes (le département du Var se réfère depuis lors à un fleuve qui lui est étranger).


Notons que la partie nord du comté de Nice reste au Piémont malgré le vote favorable à l'annexion de ses habitants.


C'est que l'empereur Napoléon III ne veut pas priver son ami le roi Victor-Emmanuel de ses territoires de chasse du massif du Mercantour !
Evènements du jour - Page 18 NapoleonIIImicro
Napoléon III


Ces territoires reviendront finalement à la France en 1947.


Les relations commerciales entre Nice et Turin demeurent importantes. Pas moins de 15 000 mulets transportent de Nice vers la capitale du Piémont 5 000 tonnes de sel par an. Ce trafic fait la fortune des petites villes de Tende et Sospel.


Protestations des nationalistes italiens


Les tractations entre Napoléon III, Victor-Emmanuel II, roi de Piémont-Sardaigne, et le Premier ministre piémontais, Camilo Cavour, suscitent l'indignation des nationalistes italiens.
Evènements du jour - Page 18 VictorEmmanuelIImicro

Victor-Emmanuel II


Au Parlement de Turin, Cavour est violemment attaqué pour le lâchage de ces deux provinces. Le héros républicain Giuseppe Garibaldi, natif de Nice, est l'un de ses opposants les plus déterminés.


Napoléon III n'aura plus guère d'autre occasion de se réjouir... Sa politique étrangère brouillonne, inspirée par de généreux sentiments comme le « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes » et la « politique des nationalités » va entraîner la France et l'Europe occidentale dans une exacerbation des passions nationalistes et conduire à l'unification de l'Allemagne autour de la Prusse et à la dislocation de l'Autriche.


Alban Dignat
Revenir en haut Aller en bas
clairette
Animatrice
clairette


Messages : 2160
Qualité : bof ,râleuse des fois,fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeLun 25 Mar 2024 - 11:51

bonjour Mimi,alors aujourd'hui je bois le champagne hihihi, j'ai une très belle affiche chez moi à la clusaz,je vous enverrai: la photo
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeLun 25 Mar 2024 - 13:09

Bonjour clairette, bonne dégustation de champagne.


On attend la photo.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMar 26 Mar 2024 - 9:13

26 mars 1944 - La bataille des Glières


Le dimanche 26 mars 1944, trois bataillons de la 157e division de la Wehrmacht, appuyés par l'aviation et l'artillerie, prennent d'assaut le plateau des Glières, à 1400 mètres d’altitude, en Haute-Savoie, occupé depuis près de deux mois par un groupe de 450 résistants.


Cette bataille met fin au premier « maquis » de la Résistance. Son retentissement est immense tant sur les ondes de la BBC, à Londres, que sur celles de Radio Paris.


Evènements du jour - Page 18 Glieres2

Maquisards du plateau des Glières (Haute-Savoie, hiver 1943-1944)


Guerre psychologique


Tandis que se rapproche la perspective d'un débarquement allié sur les côtes de la Manche, la Résistance se met en ordre de bataille. Tom Morel, un lieutenant d'active, constitue un maquis sur le plateau des Glières dès le 31 janvier 1944 pour accueillir les parachutages alliés et servir de base de repli aux résistants. Il rassemble des hommes de toutes origines : des combattants de l'Armée secrète de la Résistance, des officiers et sous-officiers des chasseurs alpins, des francs-tireurs et partisans (FTP) communistes, des républicains espagnols et de simples réfractaires du STO (Service du Travail Obligatoire).


Ainsi le plateau devient-il le premier territoire métropolitain à échapper à l'autorité du gouvernement de Vichy. Celui-ci ne se trompe pas sur la force du symbole et met aussitôt tout le département en état de siège. C'est le début d'une guerre franco-française.
Evènements du jour - Page 18 Miliciens

Des miliciens donnent la chasse aux maquisards sur le plateau des Glières (1944)


La redoutable Milice de Joseph Darnand, secrétaire d'État au Maintien de l'ordre, fait une rafle à Thônes le 5 février et, une semaine plus tard, le plateau est encerclé par des supplétifs de la police de Vichy, les Groupes Mobiles de Réserve (GMR). Cela n'empêche pas l'aviation alliée de larguer 90 tonnes d'armes au-dessus du maquis en trois parachutages, du 14 février au 10 mars.


Le 9 mars, les résistants occupent le siège de la Garde mobile à Entremont. Dans sa confrontation avec le chef des policiers, le lieutenant Tom Morel est abattu d'une balle à bout portant. Les résistants se retirent en emmenant avec eux soixante prisonniers.


Pour la première fois, les Allemands, sollicités par Joseph Darnand, se disposent à intervenir militairement contre ceux qu'ils appellent les « terroristes ».


Sur le plateau, les chefs du maquis jugent que leur mission est accomplie et qu'il convient de se retirer avant que le dégel ne permette aux Allemands de monter. Mais Jean Rosenthal, un agent de Londres envoyé sur place, les convainc de tenir coûte que coûte pour l'honneur de la Résistance et de la France libre du général de Gaulle. Il est vrai que celui-ci a besoin de se valoriser pour être reconnu par ses puissants alliés anglo-saxons. 


Fin de partie


Le 26 mars 1944, le commandant allemand du secteur envoie deux patrouilles en reconnaissance vers les hauteurs du plateau. L'une d'elles est facilement repoussée mais l'autre arrive à contourner les défenses du maquis. Il s'ensuit un bref affrontement durant lequel deux « maquisards » sont tués et un autre blessé.
Evènements du jour - Page 18 Glieres1

Maquisards à l'affut sur le plateau des Glières (hiver 1943-1944)


Les Allemands donnent l'assaut aussitôt après, avec le concours de la Milice française. Le capitaine Maurice Anjot, qui a remplacé Tom Morel à la tête du maquis, juge que ses hommes ont tenu les positions assez longtemps et que l'honneur est sauf. Il décide d’évacuer le plateau avec tous ses hommes.


Dans la retraite, cependant, 210 résistants sont capturés par l’ennemi ou ses alliés de la Milice ou la police de Vichy. Une centaine sont fusillés, parfois après avoir été torturés.


La « bataille des Glières » devient  un enjeu dans la guerre des ondes que se livrent la France Libre de De Gaulle et le gouvernement collaborationniste de Vichy.


Philippe Henriot, le propagandiste de Radio Paris, évoque la liquidation du maquis par la police sans faire état de la participation allemande ! De son côté, Jean Rosenthal, dans son désir de bien faire, télégraphie à Londres une information selon laquelle 400 Allemands auraient été tués et 300 blessés dans les affrontements avec le maquis.


Sur Radio Londres, par la voix de Maurice Schumann, on peut encore entendre ceci le 7 avril 1944 : « À Glières, 500 Français ont résisté à 12.000 Allemands pendant 14 jours ». Il n'en reste pas moins que le maquis des Glières aura convaincu les chefs alliés de l'utilité de la Résistance française dans leur combat contre le nazisme.
Evènements du jour - Page 18 Plateau-glieres

Le plateau des Glières et le monument national à la Résistance d'Emile Gilioli.


Alban Dignat

mariehelene aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
mariehelene
Moderateur
mariehelene


Messages : 2192
Qualité : Qualité

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMar 26 Mar 2024 - 16:36

Je découvre des faits inconnus de cette période de "la libération" étant trop petite pour m'y intéresser et n'ayant pas eu à étudier cette période à l'école !
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMer 27 Mar 2024 - 9:54

J'avais 2 ans...mais je me souviens qu'un cousin de mon cher père a été fusillé lors du passage dans le village de la division SS Das Reich qui se rendait dans la région d'Oradour sur glane.
Une stèle a été installée en reconnaissance de ses actes courageux dans la Résistance locale.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMer 27 Mar 2024 - 9:58

27 mars 1996 : Enlèvement des moines de Tibéhirine

Le 27 mars 1996, on apprend l'enlèvement de sept moines cisterciens trappistes dans leur monastère de Notre-Dame-de-l'Atlas, à Tibéhirine (ou Tibhirine), près de Médéa (Algérie). Un mois plus tard, le chef du Groupe Islamique armé (GIA), Jamel Zitouni, revendique l'enlèvement. Le 23 mai 1996, le GIA annonce avoir égorgé les moines deux jours plus tôt. On ne retrouvera que leurs têtes. L'émotion est immense en France.

Comme le mystère demeure autour de l'enlèvement, une plainte est déposée contre X en 2003 et une information judiciaire confiée au juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière. Celui-ci laisse dormir le dossier jusqu'à son départ de la magistrature, en 2007. L'enquête est relancée par le juge Marc Trévidic.

Armand Veilleux, procureur général de l'ordre monastique, suggère que la sécurité algérienne (de connivence avec la DST française) aurait arrangé l'enlèvement des moines pour les obliger à partir mais l'affaire aurait mal tourné et abouti à la mort des otages dans un combat entre le commando et l'armée algérienne. D'où le malaise du juge Bruguière...

Ce drame a inspiré un film magnifique au cinéaste Xavier Beauvois : Des hommes et des dieux (2010).
Evènements du jour - Page 18 Tiberine
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMer 27 Mar 2024 - 11:33

27 mars 1351 - Combat des Trente à Ploërmel

Le 27 mars 1351, sur la lande de Ploërmel, deux camps bretons règlent leur différend par un tournoi meurtrier. Il figure encore aujourd'hui parmi les grands mythes de l'histoire de la Bretagne...

C'est l'épisode le plus mémorable de la guerre de Succession de Bretagne ouverte dix ans plus tôt par la mort du duc Jean III le Bon, le 30 avril 1341, sans enfant et sans héritier désigné.
Evènements du jour - Page 18 Trente2
Le combat des Trente (enluminure, Lettre aux armes d'Hélène de Laval, vers 1480, BNF) 

Un merveilleux fait d'armes !

De nombreuses empoignades jalonnent cette longue guerre féodale dont les paysans bretons sont les principales victimes.

Le 25 mars 1351, Jean de Beaumanoir, capitaine du château de Josselin, provoque en combat singulier les Anglais de Richard de Bremborough, établi non loin de là, à Ploërmel. Mais à un combat singulier, le capitaine anglais préfère un combat par équipes : « Dieu soit Juge entre nous ! Que chacun de nous choisisse trente à quarante champions pour soutenir sa cause. On verra de quel côté est le droit ».

Les deux camps désignent chacun trente champions et le combat commence deux jours plus tard sur la lande, au lieu-dit le chêne de Mi-Voie (ou Mivoye), dans le Morbihan actuel.

C'est un carnage sans règle qui n'a rien à voir avec les joutes codifiées de l'époque. Les combattants, chevaliers, écuyers, mercenaires, sont à pied ou à cheval, avec des armes disparates. Pour le chroniqueur Jean Froissart qui en a fait le récit complet, ce fut « un moult haut, un moult merveilleux fait d'armes ».

Au plus fort des combats, Beaumanoir, blessé, réclame à boire. L'un de ses compagnons, Geoffroy du Bois, lui lance selon la chronique : « Bois ton sang, Beaumanoir ! Et la soif te passera ». Et le capitaine retrouve sa combativité.

Le soir venu, Beaumanoir et son camp remportent une victoire relative avec « seulement » six morts, les Anglais ayant de leur côté perdu neuf hommes dont leur chef, Bremborough.

Près de Josselin, un enclos et une stèle rappellent le souvenir de ce combat.


NB: les seigneurs féodaux s'ennuyaient. Pour se "divertir" ils se faisaient poliment et gentiment la guerre !


André Larané
Revenir en haut Aller en bas
clairette
Animatrice
clairette


Messages : 2160
Qualité : bof ,râleuse des fois,fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMer 27 Mar 2024 - 12:15

ça n'a guère changé,on se fait toujours la guerre,mais gentiment, ça c'est autre chose
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeMer 27 Mar 2024 - 13:23

Oui c'est vrai sauf qu'aujourd'hui le nucléaire dont nous menace le sieur Vladimir pourrait alléger la Terre d'une bonne partie de l'humanité, faune et flore compris !


Bonjour clairette que j'ai toujours plaisir à lire .
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeJeu 28 Mar 2024 - 7:45

Un dictateur peut en cacher un autre !


28 mars 1939 - Entrée des franquistes à Madrid

Le 28 mars 1939, les nationalistes espagnols font le défilé de la victoire devant leur chef, le « caudillo », Francesco Franco, un général de 46 ans.

C'est la fin d'une guerre civile de trois ans qui aura coûté à l'Espagne 400 000 morts et autant d'exilés. C'est aussi la fin de la « République démocratique des travailleurs de toutes classes », née en 1931.

Hitler et Mussolini avaient soutenu la rébellion « nationaliste » tandis que les gouvernements démocrates de Londres et Paris avaient évité d'intervenir officiellement, se contentant de fournir des armes au gouvernement légitime.

Amère victoire
Evènements du jour - Page 18 Franco
Le caudillo Franco au défilé de la victoire

Comme si la guerre n'avait pas fait assez de mal, Franco va multiplier les exécutions sommaires.

La répression fera presque autant de victimes que les combats eux-mêmes !

Le « caudillo » va instaurer en Espagne un régime autoritaire semblable à celui de Mussolini, en Italie, mais avec une présence encore plus marquée de la hiérarchie catholique.

Invoquant l'épuisement de son pays, le dictateur se tiendra à l'écart de la Seconde guerre mondiale.

Il renverra Hitler sans façon quand celui-ci viendra lui demander la permission de traverser son pays pour enlever Gibraltar aux Anglais. Il se contentera d'envoyer quelques troupes combattre les « hordes soviétiques ».

Cette réserve vaudra au franquisme de survivre à l'effondrement de l'Axe Berlin-Rome mais au prix d'un long isolement diplomatique


André Larané
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeVen 29 Mar 2024 - 7:59

29 mars 1880 - Jules Ferry expulse les religieux de l'enseignement

Le 29 mars 1880, le ministre de l'Instruction publique Jules Ferry prend deux décrets par lesquels il ordonne aux Jésuites de quitter l'enseignement dans les trois mois.
Evènements du jour - Page 18 Ferry1883
Jules Ferry

Fervent républicain athée et franc-maçon issu d'une riche famille de libres penseurs de Saint-Dié (Vosges), Jules Ferry donne aux enseignants des congrégations catholiques le même délai pour se mettre en règle avec la loi ou quitter aussi l'enseignement. Ces mesures viennent en réaction aux excès de la loi Falloux, votée trente ans plus tôt sous la IIe République, qui accordait aux congrégations religieuses une liberté totale d'enseignement.

Sus aux curés !

5 000 congrégationnistes sont presque aussitôt expulsés sans ménagement excessif et certains municipalités anticléricales font du zèle en expulsant aussi les religieuses qui se dévouent dans les hôpitaux.

Cette laïcisation à marches forcées de l'enseignement provoque de violents remous et oblige le président du Conseil Charles de Freycinet à démissionner le 19 septembre 1880. Il est remplacé à la tête du gouvernement par... Jules Ferry lui-même.

Le nouveau chef du gouvernement en profite pour compléter l'application de ses décrets. Le 21 décembre 1880, le député Camille Sée, ami de Jules Ferry, fait passer une loi qui ouvre aux filles l'accès à un enseignement secondaire public où les cours de religion seront remplacés par des cours de morale. L'année suivante, il fait voter la création de l'École Normale Supérieure de Sèvres en vue de former des professeurs féminins pour ces lycées. L'Église n'a plus désormais le monopole de la formation des filles.

Jules Ferry établit par ailleurs la gratuité de l'enseignement primaire par la loi du 16 juin 1881 et le rend laïc et obligatoire par la loi du 29 mars 1882. L'enseignement primaire, public, gratuit et obligatoire, devient le fer de lance de la IIIe République. Ses thuriféraires exaltent les « hussardsnoirs de la République », modestes et dévoués instituteurs qui préparent les écoliers à devenir de bon citoyens et de fervents patriotes.

Aux origines de l'école primaire

La laïcisation de l'enseignement, soulignons-le, n'a rien à voir avec la généralisation de l'instruction primaire. Celle-ci a été engagée par François Guizot, ministre de Louis-Philippe 1er, et Victor Duruy, ministre de Napoléon III, donc bien avant Jules Ferry. En 1870, lors de l'avènement de la IIIe République, 78% des hommes et 66% des femmes sont déjà en mesure de signer leur registre de mariage (et donc considérés comme sachant lire et écrire).


Alban Dignat
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeSam 30 Mar 2024 - 9:08

30 mars 1349 - L'héritier du roi de France devient le Dauphin

Le Dauphiné est une région alpine qui s'étend autour de Vienne et Grenoble. Au Moyen Âge, c'est une terre d'Empire dont le comte doit rendre hommage à son suzerain, l'empereur d'Allemagne...

L'origine du nom demeure obscure. On peut seulement noter que deux dauphins (cétacés) figurent sur les armoiries du comté. Peut-être une allusion à une légende locale ? Peut-être aussi le nom vient-il du prénom Dolfin, en usage au nord de l'Angleterre, qui aurait été donné au XIIe siècle par la comtesse Mahaut, d'origine anglaise, à son fils aîné...

Toujours est-il qu'au milieu du XIVe siècle, le Dauphin Humbert II de Viennois se voit endetté et désespéré à la suite de la mort de son fils unique. Son voisin le comte de Savoie menace également de s'emparer de ses terres. Faute de mieux, le Dauphin décide de vendre ses États au fils du roi de France Philippe VI de Valois, le futur Jean II le Bon.
Evènements du jour - Page 18 Dauphine
Le Dauphiné. Source : Office de Tourisme de Grenoble-Alpes Métropole

Première acquisition du royaume de France

L'acquisition du Dauphiné constitue le premier agrandissement du royaume depuis l'avènement de la dynastie capétienne, 350 plus tôt ! De nombreux autres suivront par le mariage, par l'épée ou la diplomatie, jusqu'à l'acquisition de Nice et la Savoie en 1860.
Evènements du jour - Page 18 Dauphin
Sceau du Dauphin Charles en 1376 (Archives nationales, Paris)

La transaction est conclue pour la coquette somme de 120 000 florins (le florin est une monnaie d'or émise par Florence et très appréciée partout) et signée au château de Vincennes le 23 avril 1343.

Après quoi, Humbert II - bien qu'âgé de seulement 29 ans - s'enferme dans un couvent de dominicains !

Six ans plus tard, le 30 mars 1349, sans attendre la mort de Philippe VI, Jean remet le Dauphiné à son fils Charles pour lui assurer des revenus réguliers mais aussi pour éviter d'avoir à rendre hommage à l'empereur !

Du coup, Charles (futur Charles V le Sage) prend le titre de dauphin du Viennois, qui était celui des comtes du Dauphiné depuis 1192, et ajoute les armes du Dauphiné aux siennes. À sa suite, jusqu'au XIXe siècle, tous les héritiers du royaume de France porteront ce titre et seront appelés « Dauphin ».

Des héritiers bien dotés
Les rois de France n'ont pas été les premiers à doter l'héritier de la couronne d'un titre (en l'occurrence celui de Dauphin) pour le faire patienter à l'abri du besoin.

Cette pratique a été inaugurée par le roi d'Angleterre Édouard 1er, qui a donné à son fils le titre de prince de Galles le 25 avril 1284.

Elle se retrouve aussi dans la monarchie espagnole, dont l'héritier est prince des Asturies, à la tête du Saint Empire romain germanique, où le fils de l'empereur allemand est roi de Rome, dans la monarchie belge dont l'héritier est duc de Brabant, également dans des familles princières. Ainsi l'héritier des princes de Condé est-il duc d'Enghien.


André Larané
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeDim 31 Mar 2024 - 16:51

31 mars 1889 - La Tour Eiffel domine Paris

La Tour Eiffel est inaugurée le 31 mars 1889, en avant-première de l'Exposition universelle de Paris qui commémore le centenaire de la Révolution française. Elle deviendra contre toute attente le symbole universel de la capitale française.
Evènements du jour - Page 18 Toureiffel
La tour Eiffel et le Champ-de-Mars en janvier 1889 (Paul Delance, musée Carnavalet, Paris)

Un ingénieur de son temps

Evènements du jour - Page 18 Eiffel_Nadar1888
Gustave Eiffel par Nadar , 1888

Le « père » de la Tour Eiffel est un ingénieur centralien très représentatif de son temps. Il voit dans le fer le matériau de l'architecture du futur. Il crée sa propre société en 1867, à 35 ans, et met au point des structures métalliques en forme de treillis, qui allient légèreté, souplesse et résistance.

Homme d'affaires habile, il réalise des viaducs au Portugal comme en Auvergne. On lui doit aussi la gare de Budapest, en Hongrie... mais aussi la structure de la statue de la Liberté !

Gustave Eiffel est donc déjà un ingénieur de grand prestige quand le gouvernement décide de célébrer le centenaire de la prise de la Bastille par le biais d'une Exposition universelle sur l'esplanade du Champ-de-Mars, au bord de la Seine.

Les organisateurs lancent dès 1884 l'idée d'une tour de 1000 pieds, soit environ 300 mètres, symbole de la grandeur retrouvée de la France et de la bonne santé des institutions républicaines.

Un symbole républicain

Le projet de la société Eiffel et Cie est retenu à l'issue d'un concours au cours duquel s'affrontent une centaine de projets. Il est en fait l'œuvre de deux ingénieurs du bureau d'études.

Indifférent dans un premier temps, Gustave Eiffel commence à s'intéresser au projet lorsqu'il en mesure la portée symbolique et médiatique. Il rachète alors à ses ingénieurs leur brevet. Devenu seul propriétaire de la tour, il est assuré de lui donner son nom !

D'emblée, les détracteurs sont légion. Le 14 février 1887, Le Temps publie un manifeste de protestation signé par des personnalités du monde des arts et des lettres parmi lesquelles Leconte de Lisle, Guy de Maupassant, Alexandre Dumas fils, Charles Garnier, Sully Prudhomme, Paul Verlaine...

En dépit de ces oppositions, la tour est construite en 2 ans, 2 mois et 5 jours... sans aucun accident mortel.

Le succès populaire est immédiat. Pas moins de deux millions de visiteurs font l'ascension de la tour pendant la durée de l'exposition, soit à pied soit en empruntant les ascenseurs eux-mêmes révolutionnaires pour gagner les deuxième et troisième étages.

Prévue pour être détruite après l'exposition, la Tour Eiffel devra sa survie à l'installation à son sommet, par Gustave Eiffel lui-même, d'une antenne destinée à relayer les premières émissions de radio vers les Parisiens.


Alban Dignat
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeVen 5 Avr 2024 - 11:05

5 avril 1794 : Danton et Desmoulins guillotinés


Le 17 Germinal An II (5 avril 1794), Danton et Camille Desmoulins sont guillotinés avec quelques autres partisans. Robespierre reste pour quelques mois seul maître à Paris. Il se laisse aller à des excès de pouvoir. La Grande Terreur se profile.


Fabre d'Eglantine faisait aussi partie du lot des guillotinés ce même jour.
Revenir en haut Aller en bas
mariehelene
Moderateur
mariehelene


Messages : 2192
Qualité : Qualité

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeVen 5 Avr 2024 - 17:10

Pas bon de vivre en France à cette époque là !!!!

Par dérision et pardon NOÊL de déborder un peu

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitimeVen 5 Avr 2024 - 18:12

mariehelene a écrit:
Pas bon de vivre en France à cette époque là !!!!

Par dérision et pardon NOÊL de déborder un peu

....

ça restera entre-nous !!!  pliéderire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Evènements du jour - Page 18 Empty
MessageSujet: Re: Evènements du jour   Evènements du jour - Page 18 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Evènements du jour
Revenir en haut 
Page 18 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Evènements liés à l'actualité
» Evènements survenus en France depuis le 19e siècle
» Jour Par Jour ... Le 01 juin
» Jour Par Jour ... Le 06 juin
» Jour Par Jour ... Le 23 mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: