Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
À propos du forum

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.

Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum

Le Deal du moment :
Jeux, jouets et Lego : le deuxième à ...
Voir le deal

 

 ça s'est passé un 17 août

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

ça s'est passé un 17 août Empty
MessageSujet: ça s'est passé un 17 août ...   ça s'est passé un 17 août Icon_minitimeMer 17 Aoû 2022 - 2:00

17 août 1657 : mort de l’amiral Robert Blake


ça s'est passé un 17 août Ph998155



Fils aîné d’un commerçant établi à Bridgewater, dans le comté de Somerset, Robert Blake naquit en 1599. De l’école de sa ville natale, il passa à celle d’Oxford, et embrassa les principes du puritanisme, auxquels il dut, en 1640, sa nomination au parlement. N’ayant pas été réélu, il prit le parti des armes, et se signala par sa valeur non moins que par son intelligence dans le parti des républicains. Néanmoins il désapprouva le procès de Charles Ier, et répéta plusieurs fois qu’il risquerait sa vie pour le sauver, comme il l’avait exposée pour le service du parlement.


Jusqu’alors Blake n’avait pas abordé la carrière où l’attendait une gloire immortelle. Ce fut à l’âge de cinquante ans, que sans aucune expérience des manœuvres maritimes, il commanda pour la première fois une flotte avec les colonels Deane et Popham. Son début fut marqué par un succès obtenu sur la flotte royale. Bientôt de nouveaux avantages s’y joignirent. Admis au conseil d’Etat, déclaré seul amiral pour neuf mois en 1652, Blake se trouva, le 19 mai de cette année, aux prises avec Van-Tromp dans la rade de Douvres, et malgré l’infériorité de ses forces, il fut vainqueur.


Les deux adversaires se mesurèrent encore dans la même année et avec les mêmes résultats. Des expéditions lointaines, des négociations importantes, dans lesquelles son nom seul exerçait une puissante influence, occupèrent les dernières années de cet homme, qui mourut au moment où sa flotte rentrait dans Plymouth, au retour d’une croisière devant Cadix. Cromwell lui fit faire des obsèques magnifiques, et ordonna que ses restes fussent déposés dans la chapelle de Henri VII, à l’abbaye de Westminster : la restauration les en bannit, pour les reléguer au cimetière de Sainte-Marguerite.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

ça s'est passé un 17 août Empty
MessageSujet: ça s'est passé un 17 août   ça s'est passé un 17 août Icon_minitimeMer 17 Aoû 2022 - 16:39

17 août 1661 - Une fête trop somptueuse


Le soir du mercredi 17 août 1661, Nicolas Fouquet (46 ans) étale sa munificence à l'occasion d'une fête somptueuse organisée par son talentueux maître d'hôtel François Vatel.


Le puissant surintendant général des Finances a invité le roi et la Cour en son château de Vaux, au sud-est de Paris (aujourd'hui Vaux-le-Vicomte).


ça s'est passé un 17 août Vaux

Vue aérienne du château de Vaux-le-Vicomte, 2014 (photo : Chicurel, Lourdel), DR


Le roi blessé dans son orgueil


ça s'est passé un 17 août Valliere

Louise de La Vallière en Diane chasseresse, par Nocret (musée de Versailles)


Le jeune Louis XIV (23 ans) arrive à six heures du soir en compagnie de sa mère, la reine Anne d'Autriche, et de quelque six cents courtisans.


La reine Marie-Thérèse, enceinte, n'a pu se joindre à la fête mais le roi se console avec sa jeune maîtresse, la douce Mademoiselle de La Vallière. Parmi les autres absents de marque, on peut noter le ministre Colbert, soucieux de se démarquer de son ennemi intime, Fouquet.


Le roi a l'humeur maussade. Depuis la mort de Mazarin, quelques mois plus tôt, il a pris le parti de diriger en personne le gouvernement et attend de tous ses ministres et conseillers qu'ils lui soient loyaux. Ce n'est pas précisément le cas de Fouquet, qui abuse de sa position d'héritier présomptif de Mazarin et continue de s'enrichir en cachette du souverain.


L'invitation à Vaux apparaît dans ce contexte d'une extrême maladresse...


Une nuit féerique


Le décorateur du surintendant, Le Brun, fait les honneurs du château. Il montre les allégories, écureuils et soleil, qui désignent le surintendant lui-même, que tout le monde ici appelle « Monseigneur ». Le roi apprécie modérément cet étalage de vanité !


Ensuite, les invités sont répartis dans différentes pièces du château pour consommer un ambigu. Le terme désigne un buffet sur lequel sont présentés simultanément tous les plats, du salé au sucré. Toute la cour est servie dans de très luxueux couverts en vermeil (un luxe inaccessible au roi lui-même !).


Après la collation, les « deux Baptiste » Molière et Lully donnent dans les jardins une comédie-ballet, la première du genre, Les Fâcheux. Pendant les intermèdes, des elfes sortent de derrière les ifs et servent gâteries et diamants aux dames.


En retournant vers le château, le roi et la cour sont éblouis par un feu d'artifice au-dessus de l'édifice. Selon une source incertaine, une loterie aurait eu lieu ensuite avec distribution de diamants et d'armes.


D'après les compte-rendus du temps, pas forcément objectifs, le roi et la Cour seraient repartis comblés, à deux heures du matin, « la bonne chère ayant été accompagnée du divertissement d'un fort agréable ballet, de la comédie et d'une infinité de feux d'artifice dans les jardins de cette belle et charmante maison, de manière que ce superbe régal se trouva assorti de tout ce qui peut se souhaiter dans les plus délicieux... » (La Gazette).


Quant à Jean de La Fontaine, il rapporte à son ami M. de Maucroix, dans une lettre du 22 août : « Tout combattit à Vaux pour le plaisir du roi, La musique, les eaux, les lustres, les étoiles. »


Pourtant, le sort ultérieur de Nicolas Fouquet accrédite l'idée que le roi s'est senti humilié et aurait même regagné son château de Fontainebleau sans attendre la fin de la fête. L'historien François Bluche indique qu'il aurait songé à faire arrêter sur le champ le surintendant mais en aurait été dissuadé par sa mère Anne d'Autriche, qui ne voulait pas enfreindre les règles de l'hospitalité. Où que soit la vérité, il est vraisemblable que cet étalage de luxe a renforcé la détermination de Louis XIV d'abattre son trop puissant surintendant.


ça s'est passé un 17 août VauxleVicomte2

Vaux-le-Vicomte vu des jardins, en 2012 (photo : Fabienne Vignolle)
Revenir en haut Aller en bas
 
ça s'est passé un 17 août
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ça c'est passé un 2 Août...
» c'est arrivé en août
» ça c'est passé un 6 Août.......
» ça c'est passé un 16 Août...
» Après Louis XIV....Louis XV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: