Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ça s'est passé un 13 Juin..

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi1260
Admin
Admin
avatar

Messages : 25514
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

MessageSujet: ça s'est passé un 13 Juin..   Mer 13 Juin 2018 - 7:31

Événements


13 juin 313 : Édit de tolérance de Milan


Le 13 juin 313, à Milan, l'empereur Constantin 1er et son collègue Licinius, avec lequel il dirige l'empire romain, octroient aux chrétiens la liberté de pratiquer leur religion. Ils leur restituent les biens confisqués et mettent un terme définitif aux persécutions.


Cette décision, connue sous le nom d'« édit de Milan », complète et confirme l'édit octroyé deux ans plus tôt par l'empereur Galère. Elle consacre le triomphe de la nouvelle religion dans l'empire romain quelques années après les très dures persécutions ordonnées par Dioclétien et le même Galère...


13 juin 1580 : L'Espagne occupe le Portugal


Le 13 juin 1580, suite à la mort du roi Sébastian au Maroc, qui laisse le trône du Portugal sans héritier, le duc d'Albe occupe le pays pour le compte du roi d'Espagne, Philippe II de Habsbourg. Cette occupation espagnole va durer quatre-vingts ans, jusqu'à ce que la noblesse portugaise, exaspérée par l'arrogance espagnole, regagne son indépendance.


13 juin 1878 : Ouverture du congrès de Berlin


Le chancelier Otto von Bismarck ouvre à Berlin, le 13 juin 1878, le premier grand congrès international depuis celui qui s'est tenu à Vienne en 1814 et 1815.


Ce congrès se réunit pour concilier les Anglais et les Russes, les premiers s'opposant à la mainmise des seconds sur les Balkans et les possessions ottomanes d'Europe, par le traité de San Stefano conclu avec les Turcs le 3 mars de la même année.


Le Premier ministre britannique Benjamin Disraeli obtient le renoncement de Moscou à une Grande Bulgarie plus ou moins vassale. Il occupe pour sa part l'île de Chypre. La France, là-dessus, proteste et obtient pour son compte la promesse d'un protectorat sur la Tunisie, une province ottomane très largement autonome.


13 juin 1898 : Première de La vie de Bohême


Le 13 juin 1898 a lieu à Milan la première représentation de La vie de Bohême, un opéra populaire de Giaccomo Puccini.


13 juin 1924 : Gaston Doumergue président de la République

Le 13 juin 1924, suite à la démission d'Alexandre Millerand, les parlementaires élisent à la présidence de la République Gaston Doumergue (61 ans).


Cet avocat, fils d'un vigneron du Gard, est un homme de bon aloi, consensuel, à la faconde méridionale, gentiment qualifié de «Gastounet national»...


13 juin 1944 : Une fusée V1 dans la Tamise


Le 13 juin 1944, la première fusée V1 (« Vergeltungswaffe » ou arme de la vengeance) s'écrase dans l'estuaire de la Tamise.


C'est le début d'une fantastique course aux armements : les savants allemands et en particulier le célèbre Wernher von Braun, développent les premières fusées autopropulsées (les V2) dans le centre ultra-secret de Peenemünde...


C'est sa fête : Antoine de Padoue


Après de bonnes études à Coimbra, ce prêtre portugais du nom de Fernandez rejoint l'humble communauté de François d'Assise, en Italie. Il prend le nom d'Antoine et se voue aux tâches les plus humbles jusqu'au jour où l'on découvre ses talents de prédicateur.


Saint François l'envoie alors prêcher dans toute l'Europe, y compris chez les hérétiques albigeois. Épuisé, Antoine meurt à Padoue (Italie) à 36 ans, en 1231. Sa piété lui vaudra d'être plus tard nommé Docteur de l'Église et saint patron du Portugal.


Naissance


Charles II le Chauve - 13 juin 823 à Francfort-sur-le-Main - 6 octobre 877 à Avrieux (Savoie)

Fils de Louis le Pieux et petit-fils de Charlemagne, Charles le Chauve hérita de la Francie occidentale (future France) après les serments de Strasbourg puis le traité de Verdun conclu avec ses deux frères.


Décès


Alexandre le Grand - 21 juillet 356 av. J.-C. à Pella (Macédoine) - 13 juin 323 av. J.-C. à Babylone (Babylonie)

Héritier d'un petit royaume - la Macédoine - que les Grecs cultivés regardaient avec mépris, Alexandre le Grand s’est taillé en dix ans un immense empire, de l'Égypte aux portes de la Chine. Il a ce faisant assuré à la culture hellénique un rayonnement dont nous percevons encore les traces, par exemple dans les représentations de Bouddha, inspirées de l’Apollon grec ! Fauché en pleine jeunesse, à 32 ans, Alexandre le Grand est aussi le plus romanesque des conquérants.


Éduqué par le plus grand savant de l’Antiquité, Aristote, il s’illustre très jeune en domptant un cheval d’exception, Bucéphale. À 18 ans, aux côtés de son père Philippe II et avec le concours des redoutables phalanges macédoniennes, il vainc les Grecs à Chéronée. C’est le début de son épopée. Rassemblant 40.000 soldats grecs et macédoniens, il traverse l’Hellespont (le détroit du Bosphore) et passe en Asie.


Remarquable stratège, il repousse les Perses au Granique et soumet la Grèce d’Asie. Enhardi par ces premiers succès, il décide d’en finir avec l’empire perse. Une nouvelle victoire à Issos lui livre l'Égypte, où il fonde le port qui porte encore son nom, Alexandrie. Puis il défait l’armée du dernier empereur de la dynastie des Achéménides à Gaugamèles et s’empare de la Mésopotamie et de la Perse proprement dite.


Visionnaire, il organise à Suse le mariage de dix mille de ses officiers et soldats avec autant de jeunes filles perses pour fondre entre elles les cultures grecque et perse. Lui-même a succombé aux charmes d’une princesse perse, Roxane. Alexandre envisage de poursuivre sa marche vers le sous-continent indien. Il franchit l’Indus mais ses soldats épuisés refusent de le suivre. Il rentre donc à Babylone dont il a fait sa capitale et où il mourra. Son empire sera peu après sa mort partagé entre ses généraux.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Admin
Admin
avatar

Messages : 25514
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

MessageSujet: Re: ça s'est passé un 13 Juin..   Mer 13 Juin 2018 - 7:42

Alexandre le Grand (356 av. J.-C. - 323 av. J.-C.)

Un conquérant de légende


Héritier d'un petit royaume que les Grecs cultivés regardaient avec mépris, la Macédoine, Alexandre le Grand s'est taillé un empire en dix ans, de l'Égypte aux portes de la Chine, jusqu'aux limites du monde connu des Grecs.


Il a, ce faisant, assuré à la culture hellénistique, avatar de la culture grecque classique, un immense rayonnement.


Nous en percevons encore les traces, par exemple, dans les représentations de Bouddha dont les premières ont été sculptées à l'image d'Apollon par des artistes grecs établis au Gandhara (Inde du Nord) !


Fauché en pleine jeunesse, à 32 ans, sans avoir jamais connu de défaite, Alexandre le Grand est aussi le plus romanesque des conquérants.


Admirateur d'Achille, il a tous les traits d'un héros de l'Iliade, y compris les plus contestables : séduisant, énergique et téméraire, cultivé, amoureux des femmes et de toutes les formes de beauté, mais aussi brutal et cruel, intempérant, amateur de beuveries et poursuivi par la démesure (hubris).


Stratège hors du commun


À 18 ans, aux côtés de son père Philippe II, Alexandre prend une participation déterminante à la victoire des redoutables phalanges macédoniennes sur les Grecs à Chéronée.


Deux ans plus tard, ayant succédé à son père sur le trône de Macédoine, il reprend le projet de celui-ci de battre les Perses et conquérir l'Asie.


Il rassemble enfin 40 000 soldats grecs et macédoniens, y compris une puissante cavalerie de 5 000 hommes, traverse le détroit du Bosphore et passe en Asie. 


Remarquable stratège, Alexandre repousse en mai ou juin 334 av. J.-C. les Perses de Darius III sur les bords du Granique, au sud du Bosphore. Sous l'effet de ce succès inattendu sur une armée bien plus nombreuse, il soumet avec une relative facilité la Grèce d'Asie, y compris les cités de Milet et d'Halicarnasse.


Tandis qu'il s'apprête à passer de Cilicie en Syrie, Alexandre livre bataille à Darius dans la plaine d'Issos et le vainc, mais renonce à le poursuivre vers l'Orient et préfère occuper d'abord l'Égypte.


Entrant en Égypte, il fonde en face de l'île de Pharos le port qui deviendra pour un millénaire la nouvelle capitale du pays et le centre du monde hellénistique. Elle porte encore son nom : Alexandrie.


Darius III ayant reconstitué son armée en faisant appel à toutes les ressources de son empire, le Macédonien part à sa rencontre au printemps 331 av. J.-C.. Les deux adversaires se heurtent dans la plaine de Gaugamèles (ou Arbèles). 


Tandis que Darius s'enfuit une nouvelle fois vers l'Orient, il s'empare de la Mésopotamie et de la Perse proprement dite. Il laisse ses soldats piller et brûler Persépolis, la prestigieuse métropole des Achéménides. C'est une façon de venger l'incendie par les Perses de l'Acropole d'Athènes en 480 av. J.C.


Chef visionnaire


À cet écart près, Alexandre respecte les croyances des peuples conquis.


En Égypte, à la suite de son occupation du pays, il s'engage seul vers l'oasie de Siwa, dans le désert occidental, où se trouve un célèbre temple égyptien consacré à Ammon. L'oracle l'accueille en « fils du dieu Ammon ».

Monnaie grecque avec le profil d'Alexandre, orné des cornes de bélier du dieu Amon


Le conquérant se fait dès lors représenter avec, de part et d'autre de la tête, deux cornes de bélier, symboles du dieu Ammon.


En Perse, il adopte aussi certaines coutumes perses parmi les plus contestables comme la divinisation du roi, au grand scandale de ses hommes qui supportent mal de devoir se prosterner devant lui à la manière d'un empereur oriental (proskynèse).


Soucieux de réduire la fracture culturelle entre conquérants et conquis, il organisera aussi à Suse, en 324 av. J.-C., le mariage de dix mille de ses officiers et soldats avec autant de jeunes filles perses.

Les noces d'Alexandre et Roxane (Sodoma, 1517, villa Farnesina, Rome)


Homme de la démesure


Après la soumission de la Perse, Alexandre va traquer le misérable Darius. Il n'aura pas le bonheur de le capturer vivant, le Roi des Rois ayant été assassiné par le satrape Bessos.


Le conquérant veut poursuivre sa marche en avant, jusqu'aux confins du monde. Ses compagnons et ses soldats sont loin de partager son ambition mais ils ne peuvent rien moins que le suivre vers la Sogdiane, en Asie centrale.


Une sédition l'amène à sévir contre ses généraux, y compris son très vieil ami Parménion, mis à mort sur son ordre.

Monnaie célébrant la victoire d'Alexandre le Grand en Inde, vers 325 av. J-C, Londres, British Museum


Qu'à cela ne tienne, Alexandre décide de poursuivre sa marche vers le sous-continent indien, jusqu'à l'extrême limite du monde connu.


Il franchit en 327 av. J.-C. les passes de l'Hindou-Kouch puis, à travers l'Afghanistan actuel, atteint l'Indus et le traverse l'année suivante. S'alliant au roi de Taxila, il affronte son rival, le roi Pauros. Celui-ci dispose d'une arme inédite : des éléphants caparaçonnés. Il n'en est pas moins défait.


Ses soldats, épuisés, refusent cette fois pour de bon d'aller plus loin. Après trois jours de bouderie dans sa tente, Alexandre se soumet et ramène l'armée à Babylone dont il compte faire la capitale de son empire. C'est là qu'il est pris de fièvre à l'issue d'un banquet et meurt le 23 juin 323 av. J.-C.


Faute d'héritier pour lui succéder, son empire sera, peu après sa mort, partagé entre ses généraux, dont Ptolémée qui arrive à faire inhumer le conquérant à Alexandrie d'Égypte.


Alexandre et la conquête du monde

Héritier d'un petit royaume que les Grecs cultivés regardaient avec mépris, la Macédoine, Alexandre le Grand s'est taillé un empire en dix ans, de l'Égypte aux portes de la Chine.


Son héritage va se perpétuer à travers la civilisation hellénistique, centrée sur Alexandrie-du-Nil.
Revenir en haut Aller en bas
 
ça s'est passé un 13 Juin..
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [12*26] Le passé effacé 19/06/2016
» que c est il passé en Décembre
» exposition Beckett à Beaubourg jusqu'au 25 juin
» quoi faire fin mai et juin
» La vitesse foudroyante du passé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: