Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
À propos du forum

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Bienvenue sur le forum Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.

Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum

Le Deal du moment : -50%
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
Voir le deal
69.99 €

 

 La peine de mort, grave sujet.

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitimeDim 11 Fév 2024 - 18:02

La nostalgie Badinter


11 février 2024. Ces jours-ci, la France ne bruit que du seul nom de Robert Badinter, décédé à son domicile dans la nuit du 8 au 9 février 2024. À nos lecteurs et amis d’outre-Atlantique qui pourraient encore l’ignorer, rappelons que Robert Badinter, ministre de la Justice et garde des sceaux, a fait voter et promulgué en 1981 la loi d’abolition de la peine de mort.


Cette mesure, qui a mis la France à l’unisson de tous les autres pays d’Europe occidentale, est le principal acquis, sinon le seul, qui reste des quatorze années de la présidence de François Mitterrand (1981-1995). Mais cela ne suffit pas à expliquer l’émotion suscitée par la disparition à 95 ans du maître d’œuvre de cette loi.


La peine de mort, grave sujet. Badinter2

Robert Badinter (Paris, 30 mars 1928 ; 9 février 2024)


Avec Robert Badinter, les Français ont peut-être le sentiment de perdre la dernière des autorités morales qui faisaient la fierté de la France et de la République et parmi lesquelles on peut ranger Simone Veil, Michel Rocard, Philippe Séguin et quelques autres.


Ces personnalités avaient en commun un amour passionné pour leur pays et des convictions dont ils ne variaient pas, ce qui, soit dit en passant, ne leur a pas facilité l’existence. Michel Rocard, devenu Premier ministre, s’était brûlé les ailes et Pierre Bérégovoy, autre personnalité aux convictions en acier trempé, n’a pas résisté aux calomnies qui l’ont frappé à l’hôtel Matignon et s’est donné la mort ().


Avocat d’affaires mondain, ouvert aux idées libérales, Robert Badinter trouve son chemin de Damas en 1972 quand il est conduit à prendre la défense d’un dénommé Roger Bontemps, accusé d’avoir participé avec un complice au meurtre d’une infirmière et d’un garde dans la centrale de Clairvaux (Aube). Il ne peut éviter la guillotine à son client et dès lors, par défi, va s’engager de toutes les fibres de son corps et avec une éloquence hors pair dans le combat contre la peine de mort et dans l’amélioration de la condition pénitentiaire.


Plus largement, il va promouvoir les libertés individuelles en lesquelles il voit l’essence du socialisme. À l’automne de sa vie, avec son épouse la philosophe Élisabeth Badinter, il va être conduit à condamner les dérives mortifères auxquelles aura conduit l’extension sans frein de ces mêmes libertés.


Le poids de la Shoah


Né le 30 mars 1928 à Paris, Robert Badinter est issu d’une famille juive de Bessarabie. Ses parents se sont réfugiés après la Première Guerre mondiale à Paris où ils ont ouvert un commerce de pelleterie en gros.


La vie de Robert Badinter, comme celle de Simone Veil, bascule à l’adolescence du fait de la guerre. Le 9 février 1943, à Lyon, comme il rentre dans l’immeuble où se sont réfugiés ses parents, il voit des Allemands se saisir de son père et a lui-même tout juste le temps de s’échapper avant d’être agrippé par l’un d’eux. Tandis que son père et plusieurs proches périssent dans les camps, le jeune homme, son frère et sa mère traversent les épreuves de la guerre grâce au soutien des villageois qui les ont accueillis en Savoie.


Bien plus tard, Robert Badinter ne craindra pas de reprocher au président Jacques Chirac ses mots lors de son mémorable discours du 16 juillet 1995, lors de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv des 16 et 17 juillet 1942 : « Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'État français… » Jusque-là, rien à dire, il s’agit d’un fait objectif. Et puis, il y a la phrase malheureuse qui est la seule que l’on va en définitive retenir de ce discours plutôt bien enlevé dans l’ensemble : « La France, patrie des Lumières et des Droits de l'Homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux. » Robert Badinter, interrogé par l’historien Jacques Semelin, s’en indigne : « Le discours de Chirac est plein d’émotion, littérairement accompli, nommant avec des mots forts la souffrance des Juifs, leur persécution et leur déportation. Mais sur le plan juridique et politique, il ne résiste pas à l’analyse. » Il y manque deux mots : « de Vichy », car c’est de « la France de Vichy » qu’il eut fallu parler et non de la France tout court car celle-là, dans les villages et les villes, protégeait tant bien que mal les juifs ; c’était aussi bien évidemment celle-là qui à Londres et Bir Hakeim, menait le combat contre le Mal…


Inflexible dans sa condamnation de la Shoah et de l’antisémitisme, Robert Badinter n’en oubliera pas moins le devoir d’humanité. Le 11 janvier 2001, sur la chaîne Public Sénat, il se prononce pour la libération anticipée de Maurice Papon (91 ans) pour raisons de santé. L’ancien secrétaire général de la préfecture de la Gironde a été condamné trois ans plus tôt à la perpétuité pour crime contre l’humanité. « S’agissant d’un vieillard qui a dépassé quatre-vingt-dix ans, la prison n’a pas de portée. Cela ne vaut pas que pour Maurice Papon, cela vaut pour tous les grands vieillards (…). Il arrive un moment où l’humanité doit prévaloir sur le crime, » déclare-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Noel
Fondateur
Noel


Messages : 45432
Qualité : Plein

La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: Re: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitimeDim 11 Fév 2024 - 18:18

L'euthanasie, la peine de mort, vastes sujets qui selon les convictions, amènent tous au questionnement de savoir si l'on à vraiment le droit moral de les utiliser.
En cela, et selon moi, quelques soit pour les humains ou les animaux la réponse est non, même si dans certaines circonstances on pourrait avoir envie d'y adhérer.
Revenir en haut Aller en bas
https://entreamisdunet.forumactif.com
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: Re: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitimeDim 11 Fév 2024 - 18:28

La France abolit la peine de mort

Le 18 septembre 1981, à Paris, l'Assemblée nationale vote la loi d'abolition de la peine de mort présentée par le garde des Sceaux, Robert Badinter, 53 ans. 369 députés votent en sa faveur et 113 s'y opposent. C'est la principale mesure qui reste des deux septennats du président François Mitterrand et celle que l'on a coutume de citer quand on évoque son bilan.

Cette initiative met la France au diapason des autres pays d'Europe occidentale. Elle est l'aboutissement d'un débat qui a agité les cercles intellectuels et politiques d'Occident pendant trois siècles. Il n'empêche qu'en ce début du XXIe siècle, la peine de mort demeure en application dans des États qui rassemblent près des deux tiers de l'humanité... 

Un long chemin

Jusqu'au XVIIIe siècle, dans tous les pays du monde, les délinquants et criminels étaient sanctionnés soit par une amende, soit par une peine infamante (bannissement, fers, carcan ou pilori), soit par les travaux forcés (galères), soit par une mutilation, soit enfin par la peine de mort. L'incarcération était réservée aux prévenus en attente de jugement.

La Révolution française introduit pour la première fois une modulation des sanctions avec des peines la prison d'une durée variable selon le délit ou le crime. Il va dès lors devenir possible de réserver la peine capitale aux crimes les plus graves...

Les pays nordiques furent les premiers à délaisser la peine de mort. La Belgique l'applique avec réticence, le roi usant généralement de son droit de grâce, et l'abolit officiellement en 1996. La Suisse entame le processus d'abolition en 1874. Plus surprenant, le Portugal l'abolit en 1867 et l'Italie en 1890 (Mussolini la rétablira brièvement). Parmi les pays européens tard venus à l'abolition figure l'Allemagne (1949).

La peine de mort fait de la résistance

En France, après une vaine tentative de Guizot, le républicain Jules Simon tente une nouvelle fois en 1870 de faire passer l'abolition. Au tournant du siècle, les présidents de la République Émile Loubet (1898-1906) et Armand Fallières (1906-1913) usent systématiquement de leur droit de grâce, en résistant avec courage à la pression de l'opinion publique.

En 1939, le gouvernement interdit les exécutions publiques. Celles-ci auront désormais lieu dans la cour des prisons. Mais dès lors, pendant l'Occupation, on ne rechignera plus à exécuter des femmes, ce qui n'était plus arrivé depuis 1906... Et à la Libération, la peine de mort n'est plus limitée à des crimes de sang mais étendue à des vols à main armée.

La guillotine revient en force pendant la guerre d'Algérie (note). Cela dit, en 1970, année sans exécution, le sombre rituel paraît voué à tomber en désuétude. Mais l'exécution de Buffet et de son complice Bontemps, le 28 avril 1972, anéantit les espoirs des abolitionnistes.

Le 10 mars 1976, une nouvelle condamnation envoie à l'échafaud Christian Ranucci, un jeune homme de 20 ans accusé du meurtre d'un enfant. Christian Ranucci se voit refuser sa grâce par le président Valéry Giscard d'Estaing, dont l'esprit d'ouverture se heurte à la pression croissante de la fraction conservatrice de son camp. Du coup, son rival socialiste François Mitterrand va faire de ce thème de l'abolition le marqueur de sa campagne de 1981 et même de son double septennat.

La peine de mort dans le monde (2015)
La peine de mort a été unanimement répudiée par les États européens et le Canada ainsi que de nombreux États latino-américains et plusieurs États d'Afrique subsaharienne et d'Océanie. La Russie ou encore l'Algérie ont instauré un moratoire sur son application. Au total, 140 des 192 membres de l'ONU ont aboli ou suspendu la peine de mort, ou bien ne l'appliquent qu'à des cas très particuliers (crimes contre l'humanité en Israël, crimes militaires...). Mais ces pays ne rassemblent que 40% de la population mondiale et constituent la fraction la moins dynamique de la planète ! Mais l'essentiel de l'Asie et les pays les plus peuplés du monde (Chine, Inde, Indonésie, États-Unis, Pakistan, Japon, Bangladesh, Nigéria, Égypte etc) continuent d'appliquer la peine de mort sans guère d'état d'âme. 

NoteMitterrand, la torture et la guillotine:

Dès 1956, François Mitterrand s'est engagé sans état d'âme dans la lutte contre le FLN, répondant ainsi aux vœux de la majorité de la classe politique, y compris à gauche. Garde des sceaux dans le gouvernement socialiste de Guy Mollet, il a délégué à l'armée le soin de traquer et juger les rebelles, avec mission de mettre fin aux attentats aveugles par tous les moyens sans exclure la torture.
En qualité de vice-président du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), il a aussi eu à examiner les recours en grâce des condamnés à mort et a donné un avis négatif dans la plupart des dossiers de militants FLN, même quand ceux-ci n'avaient pas de sang sur les mains. Il a de la sorte contribué à l'exécution de 45 d'entre eux.
Dans un entretien avec le journaliste Jean Lacouture, Mitterrand a plus tard reconnu avoir fauté en permettant que les indépendantistes algériens soient jugés par des tribunaux militaires et non pas civils.
Revenir en haut Aller en bas
mariehelene
Moderateur
mariehelene


Messages : 2192
Qualité : Qualité

La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: Re: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitimeDim 18 Fév 2024 - 6:25

Très proche de la réponse de Noêl !Même si spontanément je serais "pour" dans certains cas,je serais incapable de voter la peine de mort pour un cas précis !

mais il semble qu'on ne trouve pas la solution pour un cas précis  ou ceux qui récidivent !
Revenir en haut Aller en bas
clairette
Animatrice
clairette


Messages : 2160
Qualité : bof ,râleuse des fois,fidèle en amitié

La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: Re: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitimeDim 18 Fév 2024 - 7:46

dans tout être humain il y a quelque chose à sauver, ceci dit allez faire comprendre ça aux victimes.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Moderateur
mimi1260


Messages : 45544
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: Re: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitimeDim 18 Fév 2024 - 9:07

D'accord avec vous 2 clairette et mariehelene . Cependant pourquoi n'a t'il jamais été question de la peine capitale contre les assassins de la route conduisant en état alcoolique ou ayant consommés de la drogue provoquant ainsi la mort de 860 personnes en 2023
Revenir en haut Aller en bas
clairette
Animatrice
clairette


Messages : 2160
Qualité : bof ,râleuse des fois,fidèle en amitié

La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: Re: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitimeDim 18 Fév 2024 - 23:36

bien sur Mimi mais dans ce cas, c'est plutôt un accident, ce n'est pas prémédité, d'autant qu'il peut être aussi la victime
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La peine de mort, grave sujet. Empty
MessageSujet: Re: La peine de mort, grave sujet.   La peine de mort, grave sujet. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La peine de mort, grave sujet.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La peine de mort
» Peine de mort en Iran
» La peine de mort pour les cygnes News Yorkais
» Contre le retour à la peine capitale au Japon
» Quiproquo au sujet de l'autonomie du Tibet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: