Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum



Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum


 

 La Normandie : son Histoire

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37738
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

La Normandie : son Histoire Empty
MessageSujet: La Normandie : son Histoire   La Normandie : son Histoire Icon_minitimeLun 16 Mai 2022 - 14:57

La Normandie - Viking et tellement française !


La Normandie est née à l'automne 911 suite à la cession à un chef viking des terres situées entre la rivière Epte (à l'Ouest de Paris) et la Manche. Elle joua trois siècles durant un rôle majeur sur la scène européenne.


De leurs ancêtres Vikings, les Normands conservèrent en effet l’esprit d’aventure qui les poussa à traverser la Manche et s’emparer de l’Angleterre mais aussi à fonder un royaume en Sicile et plus tard à explorer le Nouveau Monde.


Ils représentèrent pour les rois de France un péril mortel jusqu’au moment où Philippe Auguste réussit à les soumettre. La Normandie rentra alors dans le rang tout en conservant son génie propre. Elle a donné à la langue française quelques-uns de ses meilleurs représentants et contribue encore puissamment à l’identité nationale...
La Normandie : son Histoire Normandie20-chateau-gaillard

Château-Gaillard, construit en un an par Richard Cœur de Lion pour fermer aux Français la route de Rouen. (:copyright: SWG)


Dans la nuit des temps


Les plus anciennes traces de passage humain relevées sur le territoire de la future Normandie remontent à environ 400 000 ans, mais il nous faut attendre le Néolithique (il y a 7 000) pour trouver des indices de peuplements sédentaires, villages ou habitats isolés.
La Normandie : son Histoire Normandie-vc-casque-bronze-torque

L’un des neuf casques en bronze découverts à Bernières-d’Ailly, qui remontent au bronze final. Celui-ci est exposé au musée de Normandie de Caen. (:copyright: SWG) 


On y travaille le bronze à partir de 2300 av. J.-C., et le fer à compter de 800 av. J.-C., période qui coïncide avec l’arrivée des premiers Celtes. Lorsque débute la guerre des Gaules (58-51 av. J.-C.), une dizaine de peuples celtes se partagent la région.


Après avoir durement lutté contre l’envahisseur, ces peuples finissent par se soumettre à l’autorité de Rome et adoptent le mode de vie de leurs conquérants. De grandes entités urbaines voient le jour, à l’image de Rotomagus (Rouen) ou de Iuliobona (Lillebonne).


Au IVe siècle apr. J.-C., le christianisme se répand dans la future Normandie comme dans tout l’Empire. Les habitants des villes se donnent des évêques. Sous les rois francs, Mérovingiens et premiers Carolingiens, s’effectue l’évangélisation des campagnes et bientôt naissent de prestigieux monastères, comme Jumièges ou Fontenelle (aujourd'hui Saint-Wandrille).
La Normandie : son Histoire Normandie33-rouen-invasion

Les Vikings à l'Armada, Edward Moran, XIXe siècle. 


Des Vikings aux Plantagenêt


Vers 800, on jouit d’une véritable paix le long des rives de la Manche ou dans la vallée de la Seine. Mais à partir de 841 cependant, les Vikings lancent une succession de raids auxquels les souverains carolingiens sont incapables de s’opposer, malgré quelques vaines et faibles tentatives de résistance.
La Normandie : son Histoire Normandie-vc-rouen-rollon

Rollon « premier duc de Normandie ». Il est ici désigné sous son nom chrétien de Robert, qu’il reçoit au moment de son baptême. Généalogie de la reine Elizabeth I, The British Library. 


En 911, à Saint-Clair-sur-Epte, Charles le Simple, descendant de Charlemagne, concède au chef viking Rollon les terres situées de « l’Epte jusqu’à la mer », soit à peu près les départements de l’Eure et de la Seine-Maritime actuels. En contrepartie, le Scandinave s’engage à empêcher ses compatriotes de remonter jusqu’à Paris ; il accepte en outre de se convertir au christianisme. La Normandie (littéralement « la terre des hommes du Nord ») est née. Cette Normandie embryonnaire s’étend en 924 (pour simplifier de l’Orne et du Calvados), puis en 933 (du département de la Manche).


En théorie vassaux des rois de France, les premiers ducs de Normandie ne cessent d’affirmer leur indépendance dans un monde féodal en plein bouillonnement. Autour de l’an mille, ils sont à la tête d’un État remarquablement bien administré, prospère et craint par ses voisins.


En s’appuyant sur cette puissance, le duc Guillaume de Normandie traverse la Manche à l’automne 1066 et s’empare du trône d’Angleterre dans la foulée de la bataille de Hastings (14 octobre 1066). Il bouleverse ainsi les équilibres géopolitiques dans l’Europe du Nord-Ouest. Débutent alors près de 150 ans de guerres incessantes entre ducs-rois anglo-normands et souverains français. La lutte atteint son point culminant avec la formation, sous le règne d’Henri II (1150-1189 pour la Normandie), de ce que les historiens nomment volontiers « l’Empire plantagenêt ».
La Normandie : son Histoire Normandie15-guillaume-extensions

Statue de Guillaume le Conquérant, dans sa ville natale de Falaise. (:copyright: SWG) 


Aux comtés d’Anjou et de Maine et au duché de Normandie viennent bientôt s’ajouter le duché d’Aquitaine et une partie de l’Auvergne (par le mariage d'Henri Plantagenêt avec la belle Aliénor d'Aquitaine en 1152), l’Angleterre (par dévolution du roi Étienne, sans héritier direct, en 1154), la Bretagne (à partir de 1166), sans parler d’une mainmise progressive sur l’Irlande. Face à ce colossal ensemble territorial s’étendant des Pyrénées à l’Écosse, les Capétiens ne peuvent opposer que les ressources de leur petit domaine royal, s’étirant péniblement de Bourges à Senlis.
La Normandie : son Histoire Normandie18-plantagenet

Gisants d’Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine. Abbaye de Fontevraud, dans le Maine-et-Loire. (:copyright: SWG) 
NB : Début des années 1970 j'ai eu le plaisir de visiter cette très belle abbaye,


Affaires anglaises, encore et toujours…


Et pourtant, comme dans la Bible, c’est David qui finit par s’imposer contre Goliath. Profitant de la faiblesse de Jean sans Terre, dernier fils d’Henri II Plantagenêt et unique héritier de tout « l’empire », Philippe Auguste prend les armes et conquiert la Normandie en 1203-1204. Voici les domaines autrefois concédés à Rollon et ses successeurs solidement arrimés à la couronne de France, tout en conservant leurs spécificités, notamment linguistiques et coutumières.


Grâce à sa situation géographique particulière, au carrefour de nombreuses routes commerciales terrestres et maritimes, la belle province continue de prospérer sous le sceptre capétien, jusqu’à la guerre de Cent Ans.


Si ce sont bien les Normands qui ont d’abord conquis l’Angleterre, voici maintenant les Anglais qui rêvent à leur tour de conquérir la Normandie, et accessoirement d’occuper le trône de France. Le premier pari est réussi par Henry V, qui s’empare de Rouen en janvier 1419. Il faudra attendre 1450 et la bataille de Formigny (Calvados), pour voir les armées du roi Charles VII renvoyer définitivement les Britanniques dans leur île.


Louis XI enfin brise solennellement l'anneau ducal pour signifier le rattachement définitif de la Normandie au domaine royal.
La Normandie : son Histoire Normandie23-formigny

Bataille de Formigny, enluminure attribuée à Philippe de Mazerolles, Chroniques de Charles VII de Jean Chartier, Paris, BnF. 


Française !


Les tensions avec l’Angleterre resteront toutefois une constante de l’Histoire jusqu’à la fin de l’époque napoléonienne. Que cela soit durant les guerres de Religion, la guerre de Sept Ans ou les guerres de la Révolution et de l’Empire (liste non exhaustive), la Normandie se retrouve chaque fois en première ligne ; les villes portuaires notamment, comme Le Havre ou Dieppe, subissent bien des vicissitudes.


Au cours du XIXe siècle, les alliances se retournent lentement et les ennemis héréditaires d’hier se transforment en amis fidèles, quand la menace vient dorénavant de l’Est. Français et Anglais combattent côte à côte durant la Première Guerre mondiale, et ce sont bien les Britanniques et leurs alliés américains qui délivrent le sol national de l’occupation nazie. Toujours en passant par… la Normandie !


Sur le monument aux libérateurs de Bayeux, juste en face du cimetière du Commonwealth, on peut lire cette inscription rappelant le lien particulier unissant les deux rives de la Manche : « Nos a Gulielmo victi victoris patriam liberavimus » (Nous, vaincus par Guillaume, avons libéré la patrie de notre vainqueur).
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37738
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

La Normandie : son Histoire Empty
MessageSujet: Re: La Normandie : son Histoire   La Normandie : son Histoire Icon_minitimeLun 16 Mai 2022 - 15:07

Dieppe


Toutes voiles dehors
La Normandie : son Histoire Carte-dieppe

Dieppe (Seine-Maritime) sur la Manche (source : wikipedia)


Dieppe (Seine-Maritime) est aujourd'hui une cité paisible de 30 000 habitants sur le littoral de la Manche, à 60 kilomètres de Rouen. 


L’histoire de Dieppe, dont l’existence est attestée depuis les alentours de l’an mille, ne fut pas un long fleuve tranquille, loin s’en faut. D’abord point de transit privilégié entre la Normandie et l’Angleterre au temps des ducs-rois, la cité portuaire devint ensuite une place stratégique d’importance, face à une Albion d’humeur souvent belliqueuse.
La Normandie : son Histoire Dieppe28-port-lebourg

Albert Lebourg, Le Port de Dieppe, 1893, Toulouse, Fondation Bemberg.


Ses dix longs siècles d’odyssée regorgent d’épopées maritimes, sur fond de fracas des canonnades, de parfums d’épices venues d’horizons lointains, de voiles claquant au vent et de ces chants de matelots, si chers à Mallarmé.


« Ny les feux des souffres ardents,
Ny des pyrates l’équipage
Pillant sur la mer en tout temps,
N’ont faist en ceste nef dommage :
Quoy que souvent par grand orage
Soit assaillie ; elle est habille,
Elle sçait de bien nager l’usage
Elle a bon mast, et ancre et quille. »


C’est là le premier couplet de la Ballade sur le blason et devis des armoieries de la ville de Dieppe, dédiée à la Vierge, composée à une date indéterminée par les Dieppois eux-mêmes pour témoigner de leur résilience face aux caprices de la nature et aux assauts des hommes. « Pyrates », « souffres ardents », « grand orage », « bon mast, et ancre et quille » : toute l’histoire de la cité pourrait presque se résumer par ces quelques mots. Jugez plutôt.
La Normandie : son Histoire Dieppe01-chateau

Le château de Dieppe, veillant sur la falaise surplombant la ville (:copyright: Stéphane William Gondoin).


Une cité commerçante


Simple port de pêche au nom d’origine viking, dont l’existence est attestée en 1030, Dieppe prend de l’importance avec la conquête de l’Angleterre par les Normands, dans les années 1066-1071, en devenant un point essentiel du trafic transmanche.


Pillée et incendiée une première fois par Philippe Auguste en 1195, la cité tombe dans l’escarcelle du Capétien, comme l’ensemble de la Normandie, en 1204. Elle tisse alors de nouveaux liens commerciaux, notamment avec la Ligue hanséatique.
La Normandie : son Histoire DieppeVC-ango

Buste de Jean Ango, au château-musée de Dieppe (:copyright: Stéphane William Gondoin).


Au XIVe siècle, durant une pause dans la guerre de Cent Ans, des marchands dieppois se lancent dans l’exploration des côtes africaines et établissent des comptoirs sur les côtes actuelles du Libéria et du Ghana pour importer ivoire et épices. Mais l’invasion de la Normandie par les Anglais, dans les années 1417-1419, avec à la clef l’occupation de leur ville, met un terme à ces aventures.


Au lendemain du conflit, les navigateurs normands tentent de recouvrer leurs anciennes positions africaines, mais elles sont dorénavant la propriété des Portugais, qui les reçoivent à coups de canons. Nos Dieppois tournent donc la proue de leurs vaisseaux vers le Nouveau Monde. Certains d’entre-eux, à l’image de Jean Ango, n’hésitent pas à se lancer dans la guerre de course.


Ango assure ainsi sa prospérité en capturant les navires ramenant vers l’Espagne le fabuleux trésor de Cuauhtémoc, dernier des empereurs aztèques. Cette richesse colossale lui permet de financer les expéditions du Florentin Giovanni da Verrazzano, qui découvre en Amérique l’emplacement de la future ville de New York, et celle des frères Parmentier, qui doublent le cap de Bonne-Espérance et atteignent les côtes de Sumatra.
La Normandie : son Histoire DieppeVC-duquesne

Alexander Joseph von Steuben, Marquis Abraham Duquesne, Londres, Royal Museums Greenwich. 


Toutes les connaissances acquises en matière de navigation donnent naissance à l’école hydrographique de Dieppe, qui éditera cartes et portulans, et formera des générations de navigateurs.


Ainsi Abraham Duquesne, l’un des grands marins au service de Louis XIV. On retrouvera aussi nombre de Dieppois parmi les fameux flibustiers qui feront régner la terreur sur les Caraïbes durant tout le XVIIe siècle, depuis la célèbre île de la Tortue.


Cet âge d’or s’achève le 22 juillet 1694, quand une armada de 120 vaisseaux anglais et néerlandais mouille au large du port. Les habitants comprennent vite de quoi il en retourne et fuient au loin, pendant que 1 100 boulets pleuvent sur leur cité et la détruisent à 70 %.
La Normandie : son Histoire Dieppe27-musee

Jacques-Émile Blanche, La plage de Dieppe face au Casino, musée des Beaux-Arts de Rouen. En agrandissement, dans les salles du château-musée de Dieppe souffle le vent du large (:copyright: Stéphane William Gondoin). 


Déclin et renouveau


C’en est pratiquement terminé du commerce à l’échelle planétaire, en quête d’épices et de tabac, du bel ivoire et de son tissu artisanal local, du temps de la flibuste et des expéditions d’exploration au long cours. Reconstruite de 1712 à 1720 sur les plans de l’architecte Antoine de Ventabren, grand admirateur de Vauban, Dieppe consacre désormais l’essentiel de ses forces vives à l’halieutique.


La ville connaît un renouveau au XIXe siècle grâce à la mode des bains de mer et devient une station très prisée du Tout-Paris, mais aussi…. du Tout-Londres ! L’arrivée du train en 1848, et l’établissement de lignes permanentes assurées par des vapeurs avec l’Angleterre, facilitent cet essor. Dieppe se dote d’hôtels, de splendides villas et d’un casino. À côté des beaux quartiers vit cependant une population très pauvre, qui tire essentiellement sa subsistance de la pêche.


Épargnée par la Première Guerre mondiale, Dieppe est en revanche frappée de plein fouet par la Seconde. Les Alliés y tentent un débarquement le 19 août 1942, qui se solde par un échec sanglant. Elle subit par ailleurs de lourds bombardements en 1944. Abandonnée par les Allemands le 31 août de cette même année, après avoir fait sauter les installations portuaires, elle est libérée par les Canadiens le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37738
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

La Normandie : son Histoire Empty
MessageSujet: Re: La Normandie : son Histoire   La Normandie : son Histoire Icon_minitimeMar 17 Mai 2022 - 9:55

Emma de Normandie (987 - 1052)


«Des rois pour fils et des rois pour époux»


On imagine à tort que Guillaume le Conquérant fut le premier Normand à s'asseoir sur le trône d'Angleterre. Une soixantaine d'années avant Hastings, il fut précédé par une jeune fille prénommée Emma.


Mariée au roi d'Angleterre Aethelred II puis à son successeur, le Danois Knut le Grand, elle offre ensuite le trône d'Angleterre à son fils cadet Hörthaknútr puis à son fils aîné Édouard le Confesseur...


Première couronne : Aethelred II


Emma est fille du duc de Normandie Richard Ier et sœur du duc Richard II. C'est ce dernier qui décide, au commencement de l'année 1002, de la marier avec le roi d'Angleterre Ethelred II (ou Æthelred II).


Elle compte alors une quinzaine de printemps et a environ 20 ans de moins que l'homme auquel on l'unit. Veuf à une ou deux reprises, Æthelred est déjà le père d'une dizaine de marmots. Emma arrive donc en terre inconnue et se perd dans une immense famille dont elle ne parle même pas la langue. Le plus vieux de ses beaux-fils a à peine son âge.


Bien vite, Emma découvre que l'homme auquel on l'a unie sans lui demander son avis est un monstre inapte et sanguinaire. C'est notamment lui qui ordonne le massacre de tous les Danois d'Angleterre le fameux jour de la Saint-Brice, dans une sorte de Saint-Barthélemy du Nord.


Les textes laissent entrevoir qu'elle n'éprouve que du mépris pour ce roi faible, cruel, incapable d'endiguer les assauts scandinaves, prêt à toutes les bassesses. Elle lui donne néanmoins deux fils, Édouard et Alfred, ainsi qu'une fille nommée Godgifu. Durant ces années « d'apprentissage », elle affirme son caractère et prend goût au pouvoir.


En 1013, la pression scandinave sur l'Angleterre devient si forte, qu'Emma et sa famille doivent s'exiler brièvement en Normandie, à la cour de son frère Richard II. Le couple royal peut revenir dans l'île dès l'année suivante, mais les deux plus jeunes enfants restent à la cour ducale pour y être élevés en sécurité. Seul Édouard, l'aîné, semble les avoir accompagnés et avoir joué un rôle dans le déroulement des événements.
La Normandie : son Histoire Emma_Richard_Svein_Cambr

Emma arrive chez Richard II alors que Svein le Danois est tué par saint Edmond - manuscrit du XIIIe siècle .


Seconde couronne : Knut le Grand



Æthelred s'éteint en 1016, alors que le chef danois Knut (ou Knútr) mène à bien la conquête de son royaume. Emma peut espérer jouer un rôle politique en tant que mère de deux héritiers potentiels au trône, mais l'invasion étrangère menace de réduire ses espoirs à néant. Elle risque même de perdre son douaire dans la tourmente.


Elle n'hésite donc pas un instant lorsque Knútr, monté sur le trône à la pointe de son épée, lui propose de l'épouser.


En s'unissant à la veuve de son prédécesseur, le nouveau souverain s'inscrit dans la continuité dynastique et légitime sa conquête. Emma reste quant à elle reine des peuples d'Angleterre. Ils y gagnent tous deux. Édouard retourne pour sa part promptement en Normandie « pour éviter d'être égorgé ».


Knútr le Grand devient ensuite roi du Danemark (1019) et de Norvège (1028), constituant ce que les historiens nomment fréquemment l'Empire danois.


À son bras, Emma régne 18 ans sur l'Angleterre. De nombreux signes laissent entrevoir un gouvernement exercé de concert. Elle semble aussi avoir assumé la régence du royaume durant les absences répétées de son mari. Elle lui donne un fils, Hörthaknútr, et une fille, Gunnhildr. Elle oublie les trois enfants de son premier mariage, qui connaissent un long exil en Normandie.


Le triomphe


Knútr décède en 1035, laissant derrière lui, outre Hörthaknútr, un fils né d'une union illégitime appelé Harold Harefoot (Pied-de-Lièvre).


Hörthaknútr étant retenu au Danemark, il ne peut défendre ses intérêts en personne. Emma s'y essaie mais Harold et sa mère parviennent à l'évincer.


La reine doit, pour la seconde fois de son existence, se résoudre à prendre le chemin de l'exil. Elle trouve cette fois refuge en Flandre tout en complotant pour tenter de replacer son fils sur le trône. En 1040 enfin, Harold meurt subitement.


Emma et Hörthaknútr voguent aussitôt vers l'Angleterre à la tête d'une impressionnante flotte. Hörthaknútr sur le trône, elle accomplit enfin son rêve et devient la toute puissante « mater regis », la mère du roi.


Elle se souvient alors de son autre fils Édouard, qui vit en Normandie depuis 20 ans, et l'invite à se rendre auprès d'elle, sans doute pour des raisons purement politiques. Elle fait également rédiger vers cette époque un ouvrage à sa gloire, l'« Encomium Emmae Reginae » (Éloge de la reine Emma).


La chute


Mais dans la vie d'Emma, les bonheurs et les moments de triomphe sont souvent éphémères.


En 1042, Hörthaknútr décède brutalement au cours d'un banquet et Édouard ceint la couronne à son tour. Emma espère se maintenir au pouvoir à ses côtés et exercer une sorte de régence occulte. Elle n'y parvient que très peu de temps.


Édouard, dit le Confesseur, n'a rien oublié du mépris avec lequel elle l'a autrefois traité et il l'écarte sans ménagement des affaires dès 1043.


Ainsi s'achève la carrière politique d'Emma de Normandie, deux fois reine d'Angleterre et mère de deux rois. Elle termine ses jours paisiblement dans son domaine de Winchester et s'éteint le 6 mars 1052.
Un poète résume ainsi sa vie à la fin du XIe siècle : « Elle avait des rois pour fils et des rois pour époux ».



Stéphane William Gondoin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La Normandie : son Histoire Empty
MessageSujet: Re: La Normandie : son Histoire   La Normandie : son Histoire Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La Normandie : son Histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 6 juin 1944 en Normandie
» 1944 - le Débarquement en Normandie
» Le Mont St Michel en Bretagne ou en Normandie?
» les plages de Normandie avant et maintenant
» Un peu de pré-Histoire .........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: