Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum


Le forum des Gens Ordinaires

Bonjour et Bienvenu(e),

sur le forum des Gens Ordinaires

https://www.gensordinaires.com

Les Membres du Forum



Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilPortailÉvènementsPublicationsS'enregistrerConnexion
Votons pour le forum

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. Boosterforum

Le Deal du moment :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 ...
Voir le deal
564 €

 

 Les Arts

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37395
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Les Arts Empty
MessageSujet: Les Arts   Les Arts Icon_minitimeMar 26 Avr 2022 - 10:54

XIIe-XIIIe siècles


Art gothique ? Disons plutôt art français !


Vers 1130, à Sens, au sud-est de Paris, un nouveau style architectural apparaît subrepticement, léger, élancé, lumineux, lors de la construction de la cathédrale Saint-Étienne...


Il sera plus tard tourné en dérision par les artistes de la Renaissance et qualifié de « gothique » (« digne des Goths barbares ! ») par Raphaël lui-même.


Lieu de naissance : le Bassin parisien


Pour l'heure, ce style tout à fait original est baptisé « art ogival », par référence à l'ogive ou à l'arc brisé, ou encore « art français » car il naît et se diffuse dans le Bassin parisien, à Sens, Saint-Denis, Laon, Noyon, Paris.


Il se substitue rapidement à l'art roman ou romain, c'est-à-dire d'inspiration byzantine. Cet art religieux s'était épanoui en Occident après l'An Mil, à l'occasion du renouveau de l'Église. Il se caractérisait par une voûte en berceau d'une seule travée soutenue par de solides parois en pierre.


À sa différence, le nouveau style « ogival » conçoit des voûtes par travée, chaque voûte étant supportée par les quatre piliers de la travée. Les murs n'ont dès lors plus rien à supporter. Ils peuvent être amincis et percés de hautes verrières... Chaque évêque un tant soit peu ambitieux veut dès lors une cathédrale plus haute et plus lumineuse que celle du voisin.
Les Arts Laon_nef

Laon - la nef et le choeur éclairés par la tour-lanterne du transept ( photo Fabienne Vignolle)


Symbolisme et raison


Dans la construction des églises, l'art ogival reprend la forme de croix latine en honneur dans les églises romanes, avec une nef centrale et deux nefs transversales (les transepts). Il tire par ailleurs profit de l'invention de la croisée d'ogives et des arcs- boutants pour multiplier les ouvertures dans les murs et porter la nef à de très grandes hauteurs.


– La voûte d'arêtes
Les Arts Croisee_Limoges

Croisée d'ogives dans la cathédrale de Laon


La voûte d'arêtes est au coeur du style gothique. Selon ce principe, la nef est divisée en travées plus ou moins carrées.


La voûte de chaque travée est supportée par les piliers des quatre angles, grâce à des arcs brisés dont les pieds reposent sur ces piliers et qui se rejoignent au centre, à la clé de voûte.


Les murs latéraux, entre les piliers, ne supportent de ce fait aucun poids. Cela leur permet d'atteindre de grandes hauteurs et d'être évidés pour faire place à d'immenses verrières (vitraux ou rosaces).


Dans la voûte, les arcs brisés délimitent des demi-cylindres qui se pénètrent à angle droit. Ces arcs brisés sont appelés croisées d'ogives, les ogives étant les nervures en pierre destinées à cacher les irrégularités des raccords aux arêtes de la voûte.


– les arcs-boutants
L'effort qui s'exerce sur les piliers est équilibré par des contreforts extérieurs, rectilignes ou inclinés, avec une fonction d'étai.


Pour que ces étais ne s'écrasent pas eux-mêmes sous la pression de la voûte de la nef, ils sont supportés par un arc. C'est l'arc-boutant.


– Le triforium
Le triforium, galerie supérieure, a été au départ nécessité pour cacher la partie opaque des murs de la nef, où s'appuient les toitures du déambulatoire. Il devient à terme purement décoratif.


– Les gargouilles
Les gargouilles évacuent les eaux de pluie en les empêchant de ruisseler le long des façades.


Soulignons-le : l'art ogival est rationnel. Il se signale par la valorisation de la structure (arc brisé, arc-boutant, croisées d'ogives....) et l'absence de décoration superflue. Il est avant tout symbolique et l'on peut en apprécier toute la beauté en contemplant la façade abondamment sculptée et surtout l'intérieur de la nef.


Compagnons et techniques de construction


Contrairement à des idées reçues, l'art ogival n'est pas anonyme. Les maîtres d'ouvrage et les architectes se font représenter au coeur de leur oeuvre. Ainsi, dans la basilique de Saint-Denis, le maître d'ouvrage, l'abbé Suger, figure sur plusieurs vitraux et diverses inscriptions citent son nom.


Dans plusieurs cathédrales, le nom de l'architecte en chef se retrouve au coeur du « labyrinthe ». Ce dallage symbolise au milieu de la nef le chemin qui mène à Jérusalem. Certains architectes sont très célèbres ; par exemple Pierre de Montreuil, qui a construit la Sainte Chapelle, et Jean d'Orbais, qui a construit la cathédrale de Reims.


Le maître d'ouvrage qui finance la construction d'une cathédrale est en général constitué par le chapitre, c'est-à-dire l'ensemble des chanoines du diocèse concerné (ce sont les prêtres qui entourent et assistent l'évêque).


Le chapitre fait appel à la fortune de ses membres et n'hésite pas à piocher dans les ressources du diocèse (dons des fidèles, revenus des propriétés).
Revenir en haut Aller en bas
clairette
Animatrice
clairette


Messages : 1629
Qualité : bof ,râleuse des fois,fidèle en amitié

Les Arts Empty
MessageSujet: Re: Les Arts   Les Arts Icon_minitimeMar 26 Avr 2022 - 16:27

https://www.ville-sens.fr/annuaire/la-cathedrale/                                        un endroit que je connais bien
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37395
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Les Arts Empty
MessageSujet: Re: Les Arts   Les Arts Icon_minitimeMar 26 Avr 2022 - 17:17

Le romantisme 


« Levez-vous, orages désirés ! »


« Levez-vous, orages désirés ! » Chateaubriand ne croyait pas si bien dire : c'est un vent de folie qui va emporter tout le début du XIXe siècle, balayant sur son passage les vieux principes et les règles poussiéreuses. La pensée comme les arts sont pris dans un désir de renouveau placé sous le signe de la puissance des émotions et de l'imagination.


Mais l'on verra que cette révolution littéraire, poétique et artistique s'accommode très bien d'une société bourgeoise soucieuse d'ordre  et de confort. Elle idéalise volontiers le passé médiéval et se montre indifférente à la révolution industrielle et sociale qui se profile en Angleterre...
Les Arts Romantisme48_friedrich-lune-mer

Lever de la lune sur la mer, vers 1821, Caspar David Friedrich, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg.


L'amour de la liberté


Cet élan irrésistible du romantisme est né au siècle précédent. Le XVIIIe n’aura pas été avare de prophètes. « Heureux celui qui a reçu de la nature une âme sensible et noble », s’exclamait déjà Diderot, qui s’attire un lectorat nombreux avec son Fils naturel en 1757. Mais il est loin d’être le seul.


Jean-Jacques Rousseau laboure le même sillon avec les amours contrariées de Julie ou la Nouvelle Héloïse en 1761. Parmi les auteurs à succès figure aussi Bernardin de Saint-Pierre dont le roman Paul et Virginie (1788) exalte les sentiments jusqu’à leurs ultimes conséquences.


Ce mouvement touche toute l’Europe : l’Allemagne est elle aussi emportée avec le « Sturm und Drang » (Tempête et passion) dont Les souffrances du jeune Werther, roman majeur de Johann von Goethe, sera l’emblème.


Au début du XIXè siècle, la France est plongée dans une atmosphère qui n’a cependant rien de propice à l’expansion de ce mouvement. La Restauration plonge la jeunesse ambitieuse dans la morosité, voire l’amertume : comment se couvrir de gloire alors que cette période a rétabli dans leurs privilèges les émigrés que la Révolution avait fait fuir ?


Ils choisissent la littérature pour porter leur amour de la liberté et avancer vers l’avenir que le présent leur refuse. Victor Hugo sera le fer de lance d’un groupe qui conteste tous azimuts des règles désuètes et pesantes que le pouvoir veut rétablir à travers la censure.


Le coup de boutoir viendra de l’une de ses pièces. Hernani produit en effet un choc sur le public en anéantissant toutes les règles qui prévalaient jusque là… La « bataille d’Hernani » vient d’entrer dans l’histoire, offrant au romantisme une voie royale...
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37395
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Les Arts Empty
MessageSujet: Re: Les Arts   Les Arts Icon_minitimeMar 26 Avr 2022 - 17:27

Très beau témoignage et bel oeuvre que la cathédrale de Sens . Elle est dédicacée à Saint-Etienne, prédicateur du Ier siècle considéré a posteriori comme le premier martyr de la chrétienté. Merci pour ta participation clairette  bisou
Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37395
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Les Arts Empty
MessageSujet: Re: Les Arts   Les Arts Icon_minitimeMar 26 Avr 2022 - 17:32

La cathédrale de Beauvais que j'ai visité alors qu'elle était en travaux .

Revenir en haut Aller en bas
mimi1260
Administrateur
mimi1260


Messages : 37395
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

Les Arts Empty
MessageSujet: Re: Les Arts   Les Arts Icon_minitimeMar 26 Avr 2022 - 17:40

La cathédrale de Senlis que j'ai visité lorsque je résidais à proximité de Chantilly .


Une merveille et une belle ville de l'Oise .

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Les Arts Empty
MessageSujet: Re: Les Arts   Les Arts Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Arts
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoire, sites historiques pour ne pas oublier - débats -témoignages-
Sauter vers: