Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé

Aller en bas 
AuteurMessage
Varenge
Citoyen-ne
Varenge

Messages : 13182
Qualité : J'aime les animaux, en particulier les chats

Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé Empty
MessageSujet: Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé   Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé Icon_minitimeMer 26 Mai 2010 - 10:16

Un sujet récurent.

De la disparition d'Estelle Mouzin en 2003, à la fillette franco-russe Elise enlevée à Arles en 2009, en passant par l'adolescente mariée de force ou les fugueurs, les disparitions d'enfants recouvrent des cas très différents.
A l'occasion de la 8e Journée mondiale des enfants disparus, une réunion a rassemblé mardi à Paris, devant la presse, associations spécialisées et représentants des ministères des Affaires étrangères, de la Justice et de l'Intérieur.
Le "destin d'un enfant, c'est notre destin commun", a déclaré aux journalistes la secrétaire d'Etat chargée de la Famille et de la Solidarité, Nadine Morano.
Un rassemblement de solidarité est prévu de 17h30 à 20h00 sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris en présence du père d'Estelle Mouzin.
En 2009, le fichier national des personnes recherchées pour disparition contenait 58.911 noms, a dit le commissaire divisionnaire Frédéric Malon, chef de l'Office central pour la répression des violences aux personnes.
La très grande majorité de ces disparitions relève de fugues de mineurs (46.595), dont 50,8% de filles et 77% des fugueurs ont entre 15 et 18 ans, a précisé le policier qui a souligné que le tiers des fugues dure plus d'un mois.
Les "disparitions inquiétantes", au nombre de 10.941 (dont 583 mineurs) recensent les personnes susceptibles d'être visées par un crime ou un délit (un tiers) et les personnes souffrant de dépression ou de maladies mentales (deux tiers).
Dans l'Isère, l'enquête sur neuf disparitions ou meurtres d'enfants entre 1983 et 1996, confiée à une cellule de recherche de la gendarmerie, "Mineurs 38", est sur le point de s'achever sans apporter de résultat notable.
Les recherches dans l'intérêt des familles (RIF) concernent uniquement 1.025 majeurs, dont la vie n'est pas en danger et qui ne sont inscrits sur le RIF qu'au bout de trois mois de disparition.
Enfin, 355 enfants, un chiffre "relativement stable depuis cinq ans" selon M. Malon, ont été enlevés par leur père ou par leur mère dans le cadre d'un divorce ou d'une séparation.
Selon le bilan de la première année d'activité du numéro de téléphone européen, "116.000, enfants disparus", gérée par la Fondation pour l'enfance et l'Institut national d'aide aux victimes et de médiation (Inavem), 10.408 appels ont été reçus en 2009, le phénomène le plus important restant celui des fugues d'adolescents. Sur les 65 dossiers de "disparition inquiétante" ouverts, 22 concernaient des mineurs, 61 cas ont été résolus.
"Le 116.000" a pour mission d'accompagner les familles en cas de disparition et de participer à la réflexion des pouvoirs publics dans ce domaine", a expliqué Mme Morano.
En 2009, 301 dossiers de disparitions d'enfants, dont 100 nouvelles affaires, ont été traités par le ministère des Affaires étrangères, selon Claudine Serre, chef de bureau de la protection des mineurs et de la famille au Quai d'Orsay.
La Convention de La Haye du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants - 82 Etats signataires au 1er juillet - les conventions bilatérales et les pressions diplomatiques ont permis de régler 73 dossiers en 2009, a précisé Mme Serre.
Si le nombre des mariages baisse en France, celui des mariages binationaux augmente et partant, celui des affaires d'enfants enlevés et ramenés dans le pays d'origine du père ou de la mère par l'un des parents.
Claudine Serre a par ailleurs cité les 15 cas de jeunes filles élevées en France et renvoyées dans des pays d'Afrique du Nord pour y être mariées de force.
http://www.lamontagne.fr/france_monde/national/disparitions_d_enfants_du_crime_a_la_fugue_en_passant_par_le_mariage_force@CARGNjFdJSsGEhoHARs-.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.demographie-responsable.org
Rolande
Moderateur
Moderateur
Rolande

Messages : 7733
Qualité : souriante

Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé Empty
MessageSujet: Re: Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé   Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé Icon_minitimeMar 19 Oct 2010 - 1:41

bien zarbi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/myspi/
 
Disparitions d'enfants: du crime à la fugue en passant par le mariage forcé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lieu d'accueil enfants-parents aux Avenières : qui veut participer ?
» Pour les enfants d'Haïti...
» Buffet de rêve pour 10 enfants.
» Accusation d'utilisation d'enfants par l'OTAN
» Donnés : cassettes vidéo pour enfants + 1 DVD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin social :: Actualités mondiale, questionnements etc...-
Sauter vers: