Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire et légende du mois de juin

Aller en bas 
AuteurMessage
Rolande
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 7733
Qualité : souriante

MessageSujet: Histoire et légende du mois de juin   Ven 5 Juin 2009 - 0:25

L'étymologie du mot est hypothétique.
Selon certains, il serait dérivé du nom de Junon,
déesse des Romains, protectrice du mariage,
ou du nom de Junius Brutus, l'un des fondateurs
de la République.

Juin était le quatrième mois de l'ancien calendrier romain.
Avant la réforme du calendrier instituée par Jules César,
il ne comptait que 29 jours, auxquels César ajouta un trentième.





l'ange du mois, Muriel




l'arbre du mois, le Hêtre



la fleur du mois, le Balamine
et


la Rose





l'animal du mois, le chien



l'oiseau du mois, l'Ibis



le métal du mois, l'Antimoine



le parfum du mois,
Stachys-fetida



la pierre du mois, l'Agate

et


les perles
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/myspi/
Rolande
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 7733
Qualité : souriante

MessageSujet: Re: Histoire et légende du mois de juin   Ven 5 Juin 2009 - 0:25

Célébration de Juin

Le mois de juin est le premier mois de l'été, le solstice a lieu
aux environs du 21 juin et c'est aussi le jour le plus long de l'année.
Chez les jeunes, le mois de juin peut avoir deux signnifications :
soit ce sont les vacances qui commencent, soit c'est le mois
fatidique des examens de fin d'année.




Juin est représenté « sous
la forme d'un homme nu, montrant du doigt une horloge solaire, pour
signifier que le soleil commence à descendre ; il porte une torche
ardente, symbole des chaleurs de la saison ; derrière lui est une
faucille, parce que le temps de la moisson approche. »


Le mot juin vient-il dejuniores, jeunes gens, ou de Juno, Junonis,
Junon ? Quelques auteurs, en adoptant la première étymologie, supposent
que dans ce mois on célébrait la fête de la Jeunesse ; ce sont les
mêmes auteurs qui font dériver le mot mai du terme latin majores, qui veut dire hommes âgés.
Cependant la seconde étymologie paraît assez probable, quand on se
souvient que précisément, chez les Romains, le mois de, juin était
consacré à la déesse Junon, femme de Jupiter et mère de Vulcain, d'Hébé
et de Mars.


Au Japon, on célébra en juin la fête des Bannières, en l'honneur des jeunes gens :



Fête des Bannières, au Japon

Humbert rapporte que « la
ville de Yédo est toute pavoisée dès le matin de tiges de bambou de la
plus haute taille, surmontées de plumets ou de houppes de crin ou de
papier doré, et supportant, les unes, une touffe de longues banderoles
de papier de couleur flottant au gré du vent ; les autres, des poissons
en paille tressée ou en papier laqué; le plus grand nombre enfin, de
hautes bannières tendues sur un cadre de roseaux et ornées d'armoiries,
de noms de famille, de sentences patriotiques ou de figures héroïques...


Des troupes de jeunes
garçons, en habits de cérémonie, circulent sur la voie publique, les
uns ayant à la ceinture deux petits sabres, d'autres portant sur leurs
épaules un énorme sabre de bois ou de petites bannières... »


Ceci étant dit pour justifier les
étymologistes qui font du mois de juin le mois de la jeunesse, revenons
à la déesse Junon. Fille de Saturne et de Rhée, épouse de Jupiter,
Junon mit souvent le trouble dans l'Olympe par son caractère jaloux et
vindicatif. Ses cruautés sont bien connues : la pauvre nymphe Chélonée,
coupable de retard le jour du mariage de Junon, fut métamorphosée en
tortue ; la reine des Pygmées, Pigas, coupable d'avoir osé se comparer
à l'épouse de Jupiter, fut changée en grue ; les filles de Proctus, qui
s'étaient proclamées plus belles que Junon, furent changées en
génisses ; la nymphe Callisto fut changée en ourse... Junon, qui avait,
comme on le voit, le génie des transformations, persécuta en outre
Latone et Apollon, le berger Pâris, la nymphe Écho.


Junon est représentée « assise
sur un trône, un diadème sur la tête, un sceptre d'or à la main.
Quelquefois elle traverse les airs sur un char traîné par des paons. » Homère la représente « habitant
une chambre que son fils Vulcain lui a construite, et dont les portes
sont munies d'une serrure cachée qu'aucune autre divinité qu'elle ne
peut ouvrir. Elle a pour parure une robe tissue et brodée par Minerve,
une ceinture ornée de mille franges, des boucles d'oreilles garnies de
trois pierres qui brillent comme des yeux, un beau voile et de
magnifiques chaussures. »


En Grèce, on adorait Junon sous le nom
d'Héré ; elle personnifiait le mariage. Son culte était célébré avec le
plus grand éclat à Sparte, à Mycènes, à Argos. L'un de ses temples,
appelé heroeum, situé dans la vallée du mont Eubée, entre Argos
et Mycènes, passait pour un des chefs-d'oeuvre de l'art grec. Tous les
cinq ans, on célébrait en son honneur des jeux appelés Hérées, où le vainqueur recevait un bouclier et une couronne de myrte.



A Rome on célébrait le 1er juin la fête de Junon Monela, ainsi nommée à cause d'un de ses temples dans lequel on fabriquait la
monnaie. Ce même jour on célébrait la fête des Tempêtes et l'on offrait
des sacrifices à Carna, déesse qui présidait au coeur, au foie
et aux entrailles du corps humain. Carna était aussi la déesse des
gonds de portes (!). On offrait à la déesse de la bouillie faite avec
du lard et de la farine de fèves ; la fête s'appelait Fabaria(fève).
Le 8 juin, on fêtait Mens, déesse de l'intelligence ; le 20 juin était
consacré à Summanus, dieu des éclairs et du tonnerre ; le 24 juin, jour
du solstice d'été, était réservé à la Fortune, fille de Jupiter, qui
avait à Rome plus de temples à elle seule que toutes les autres
divinités réunies.

Junon


Jupiter est le souverain des dieux. Nous
avons dit déjà comment il s'empara du trône céleste en dépossédant son
père Saturne. Les Grecs l'adoraient sous le nom de Zeus, et les
Romains, conservant ce nom et le faisant suivre du mot pater qui veut dire père, ont fait Zeus pater, Jupiter. Père des dieux et des hommes, fondateur des empires,
protecteur de l'ordre et de la liberté, Jupiter habite l'Olympe,
montagne divine qui s'élève jusqu'aux cieux. On le représente assis sur
un trône d'or ou d'ivoire, tenant d'une main la foudre, signe de la
puissance qui frappe, et de l'autre un sceptre, emblème de la force qui
gouverne. L'aigle, le chêne et les cèdres des montagnes lui étaient
consacrés. Ses temples étaient nombreux ; on admirait surtout ceux
d'Olympie et de Dodone. Parmi les fêtes données en son honneur, il faut
placer en première ligne la fête des Olympies, à propos de laquelle
nous venons d'esquisser rapidement un portrait de Jupiter.



Les jeux Olympiques duraient cinq jours. Des
hérauts proclamaient par toute la Grèce la trêve sacrée, qui arrêtait
pour un mois les opérations militaires. Cinq exercices étaient offerts
aux lutteurs : le saut, la course, le disque, le javelot et la lutte;
les poètes, les écrivains, les artistes, venaient faire connaître leurs
oeuvres. Les rois les plus puissants venaient y disputer les prix.
L'historien Suétone raconte que l'empereur Néron conduisit lui-même un
char de dix chevaux et que, bien qu'il fût tombé et mis dans
l'impossibilité de continuer la lutte, il fut néanmoins proclamé
vainqueur... Les triomphateurs recevaient une couronne d'ache,
d'olivier ou de laurier; leurs noms étaient inscrits dans les registres
publics. Les villes dont ils étaient originaires leur élevaient des
statues de marbre ou de bronze. Ils rentraient dans leur patrie avec
tout l'appareil du triomphe, au milieu d'un nombreux cortège, vêtus de
pourpre, quelquefois sur un char auquel on ouvrait un passage à travers
les murs de la ville.

Jupiter olympien


Du 1er au 21 juin, les jours continuent à
augmenter. Du 17 au 25 juin, la durée du jour est sensiblement la
même : sol stat, le soleil s'arrête. Nous sommes au solstice d'été. Des
fêtes annuelles
avaient lieu chez les différents peuples à cette époque de l'année.
Aujourd'hui encore, on célèbre par des feux de joie le jour de la
Saint-Jean, qui arrive à l'époque du solstice d'été.


Dans plusieurs villes de France, on
fabriquait des mannequins que l'on brûlait au milieu du feu de joie ;
cette coutume subsiste encore dans quelques endroits, et vous avez
entendu parler sans doute de la promenade annuelle, dans la ville de
Douai, de Gayant et de sa famille. Un mannequin, haut de 20 à 30 pieds,
couvert d'une armure du Moyen Age, parcourt les rues, la lance au
poing. Sa femme haute de 20 pieds et ses trois enfants Jacot, Fillion
et Binbin l'accompagnent.


Les deux fêtes principales que célèbre la religion
catholique en ce mois sont la Trinité et la Fête-Dieu. La fête de la
Trinité ne paraît avoir été reçue par toute la France que depuis le
commencement du XVe siècle. L'office
qu'on récite en ce jour fut dressé en 920, par Etienne, évêque de
Liège ; mais plusieurs papes refusèrent de reconnaître cette
cérémonie ; au XIIIe siècle on la combattit encore dans un grand nombre de localités, et elle ne fut introduite que successivement.


On croit que ce fut le pape Jean XXII qui la fit adopter dans l'église de Rome, au XIVe
siècle. Suivant les auteurs ecclésiastiques, les obstacles qui
s'opposèrent à l'établissement de la fête de la Trinité tenaient à ce
que plusieurs évêques et moines craignaient qu'on ne se méprît sur le
sens de cette cérémonie, et qu'on n'oubliât que tout le culte chrétien
était fondé sur l'adoration d'un seul Dieu en trois personnes.


Fête-Dieu ou fête du Saint-Sacrement. Baillet, l'auteur du Livre des Saints, de l'Histoire des fêtes mobiles de l'Eglise, de la Topographie des saints,
etc., raconte qu'en 1208, une fille de seize ans, nommée Julienne,
religieuse hospitalière aux portes de la ville de Liège, vit en songe
la lune en son plein, qui avait une brèche ; elle fut deux ans sans
pouvoir expliquer cette vision ; enfin, elle crut comprendre que la
lune était l'Eglise, et que la brèche pouvait marquer le défaut de la
fête du Saint-Sacrement, qui, en effet, jusqu'à cette époque, n'avait
point la manifestation extérieure qu'elle a eue depuis. Julienne
devenue prieure de la maison du Mont-Cornillon, communiqua à des
théologiens et à des pasteurs sa pensée, qui fut peu à peu élaborée. En
1246, l'évêque de Liège, Robert, établit la fête dans son diocèse, et
le pape Urbain IV, dans sa suite, l'institua dans toute l'Eglise. La
procession où le Saint-Sacrement était porté dans les rues avec une
pompe magnifique, et d'intervalle à intervalle adoré sur les autels des
reposoirs ornés de fleurs et de feuillages, fut instituée, suivant
l'opinion la plus probable, au XIVe siècle.


Les agriculteurs redoutent l'échéance du 8 juin, jour de la Saint-Médard :

Quand il pleut à la Saint-Médard,
Il pleut quarante jours plus tard.


Il est bien probable que ce dicton remonte
beaucoup plus haut que l'établissement du calendrier grégorien : or,
quand on a introduit ce calendrier dans l'usage officiel, on a
supprimé, pour une fois seulement, les fêtes de douze saints, ce qui a
avancé de douze jours celles de tous les autres saints. La fête de la
Saint-Médard tombait donc autrefois vers le 20 juin, jour voisin du
solstice d'été. Or, à cette époque de l'année, le soleil occupe pendant
quelques jours la même position par rapport à la terre ; la chaleur
envoyée par le soleil reste la même durant cette période et, les
conditions météorologiques variant peu, on doit supposer que le temps
ne changera pas pendant quelques jours. Si donc il pleut à cette
époque, la pluie a quelque chance de durée.


Si nos agriculteurs se sont inquiétés
aussi vivement de l'influence de saint Médard, c'est, il faut le dire,
parce qu'ils redoutent en juin l'abondance des pluies, ainsi que
l'attestent certains proverbes agricoles :

Juin pluvieux vide celliers
Et greniers.

Quand il pleut pour Saint-Médard
La récolte diminue d'un quart.

Eau de Saint-Jean ôte le vin
Et ne donne pas de pain.


Nous pourrions multiplier ces dictons
populaires, qui se résument en ceci : les agriculteurs désirent un mois
de juin moins pluvieux et plus chaud que le mois de mai.

C'est en juin que se termine le mois républicain de prairial et que commence, le 21, messidor, mois des moissons. En juin, vers la Saint-Jean, commencent la
fauchaison et la fenaison, c'est-à-dire les opérations qui consistent à
couper le foin, à le faire sécher sur les prairies et à le rassembler
en meules, en bottes, pour le rentrer, dans cette partie des bâtiments
de l'exploitation qu'on appelle le fenil. Dans ce mois a lieu la tonte
des moutons, dont la laine servir& à nous couvrir durant la saison
froide; le potager fournit en abondance les pois, les fraises, les
artichauts... ; le verger prodigue ses fruits rouges : cerises,
groseilles et framboises... la terre récompense avec usure les
laborieux efforts de celui qui la cultive.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/myspi/
 
Histoire et légende du mois de juin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoires et légendes-
Sauter vers: