Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'ai mal à la planète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Varenge
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 13183
Qualité : J'aime les animaux, en particulier les chats

MessageSujet: J'ai mal à la planète   Lun 5 Jan 2009 - 12:35

Bonjour,

Un ami viens de me faire parvenir quelques pensées d'un centenaire, monsieur Claude Lévi-Strauss.

Je me permets de vous les retranscrire ci dessous .
-----------------------
J'ai mal à la planète :

(...) J'ose l'expression : j'ai comme une sorte de trouble existentiel.

Je devine un 'Quelqu'un' qui va bientôt siffler la fin de la récréation des peuples du monde.

Alors, je me tourne vers un homme de cent ans aujourd'hui en rappelant quelques uns de ses propos.

Claude Lévi-Strauss.

«Ce que je constate: ce sont les ravages actuels ; c'est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu'elles soient végétales ou animales ; et le fait que du fait même de sa densité actuelle, l'espèce humaine vit sous une sorte de régime d'empoisonnement interne -si je puis dire -et je pense au présent et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence. Ce n'est pas un monde que j'aime.»

Sa vision de l'humanité est tragique.

«Il n'y a plus rien à faire: la civilisation n'est plus cette fleur fragile qu'on préservait. L'humanité s'installe dans la monoculture ; elle s'apprête à produire la civilisation en masse comme la betterave.»


Tout cela n'est-il pas plutôt un pathétique appel à changer ? Il cerne les causes de la situation actuelle :

«En isolant l'homme du reste de la création, en définissant trop étroitement les limites qui l'en séparent, l'humanisme occidental hérité de l'antiquité et de la Renaissance l'a privé d'un glacis protecteur et, l'expérience du dernier et du présent siècle le prouve, l'a exposé sans défense à des assauts fomentés dans la place forte elle-même.

«Il a permis que soient rejetées, hors des frontières arbitrairement tracées, des fractions chaque fois plus prochaines d'une humanité à laquelle on pouvait d'autant plus facilement refuser la même dignité qu'au reste, qu'on avait oublié que si l'homme est respectable, c'est d'abord comme être vivant plutôt que comme seigneur et maître de la création : première reconnaissance qui l'eût contraint à faire preuve de respect envers tous les êtres vivants.» (Allocution de Claude Lévi-Strauss à l'UNESCO en 1971)

«On a commencé par couper l'homme de la nature, et par le constituer en règne souverain ; on a cru ainsi effacer son caractère le plus irrécusable, à savoir qu'il est d'abord un être vivant. Et, en restant aveugle à cette propriété commune, on a donné champ libre à tous les abus.
Jamais mieux qu'au terme des quatre derniers siècles de son histoire, l'homme occidental ne put-il comprendre qu'en s'arrogeant le droit de séparer radicalement l'humanité de l'animalité, en accordant à l'une tout ce qu'il retirait à l'autre, il ouvrait un cycle maudit, et que la même frontière, constamment reculée, servirait à écarter des hommes d'autres hommes, et à revendiquer au profit de minorités toujours plus restreintes le privilège d'un humanisme corrompu aussitôt né pour avoir emprunté à l'amour-propre son principe et sa notion.» ( Anthropologie structurale - 1958).

Claude Levi-Strauss nous rappelle que si nous ne faisons rien pour changer les choses, nous courons à notre perte. Mais il indique semble-t-il une voie pour l'humanité :

«... le respect que nous souhaitons obtenir de l'homme envers ses pareils n'est qu'un cas particulier du respect qu'il devrait ressentir pour toutes les formes de la vie.
En ce siècle où l'homme s'acharne à détruire d'innombrables formes vivantes, après tant de siècles dont la richesse et la diversité constituaient de temps immémorial, le plus clair de son patrimoine, jamais sans doute, il n'a été plus nécessaire de dire, comme le font les mythes, qu'un humanisme bien ordonné, ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l'homme, le respect des autres avant l'amour-propre."

écrit-il dans L'Origine des manières de table.
Source : http://lobservateurdudouaisis.pointscommuns.com/claude-levi-strauss-commentaire-lecture-75172.html

http://medias.forum-auto.com/uploads/200404/bbernl_1081943318_canard
Revenir en haut Aller en bas
http://www.demographie-responsable.org
Noel
Admin
Admin
avatar

Messages : 30022
Qualité : Plein

MessageSujet: Re: J'ai mal à la planète   Lun 18 Oct 2010 - 10:41

VU
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gensordinaires.com/
 
J'ai mal à la planète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le réchauffement de la planète, une escroquerie?
» plan de mso
» POUR FAIRE COMME CARRIE B : BON PLAN :-)
» Plan de CMT
» Un bon plan pour se garer près de la gare ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin social :: Ecologie-
Sauter vers: