Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il était une fois mon village.

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi1260
Admin
Admin
avatar

Messages : 24175
Qualité : Qualité
fidèle en amitié

MessageSujet: Il était une fois mon village.   Mar 21 Mai 2013 - 4:55

Des origines à nos jours

Communautés vouées par définition à l'agriculture, les villages demeurent bien ancrés dans notre imaginaire malgré l'exode rural... et l'exode urbain qui l'a suivi et a vu les salariés des villes, les touristes et les retraités réoccuper les fermes abandonnées.
Remontons le cours de l'Histoire et suivons l'apparition de ces villages.

Occuper le territoire

Le village a précédé l'agriculture : il y a près de 12.000 ans, des habitants du Levant renoncent aux inconfortables huttes de chasseurs-cueilleurs pour investir dans des habitations plus solides. Fini le provisoire et l'insalubre !
Les débuts sont humbles, on se contente de cabanes en torchis ou en pierre, parfois à demi-enterrées, élevées à proximité des ressources indispensables à la vie d'un petit groupe : cours d'eau bien sûr, mais aussi zone de chasse.
Au fil des siècles, la vie semi-nomade devient totalement sédentaire et pour éviter d'avoir à se déplacer trop loin pour cueillir ou chasser la nourriture, on développe les semis autour des habitations et l'on domestique les animaux (après le chien, compagnon de chasse, c'est la chèvre, qui donne son lait et sa viande).
Le village prend alors forme tandis que, face à l'accumulation des biens, l'esprit de propriété se développe, faisant de chaque étranger un ennemi potentiel. Ayant compris que l'union fait la force, on se protège en regroupant les habitats. Le village devient non seulement lieu de vie communautaire mais aussi de défense pour la quinzaine de familles qui s'y sont installées. Enfin tranquille ? Pas tout à fait...

Pourquoi faire comme tout le monde ?

Parmi les plus beaux villages, certains doivent leur renommée à leur emplacement quelque peu original. C'est le cas des villages lacustres ou palafittes (de l'italien palafitta : «pieu fiché»), dont on trouve des exemples à travers le monde entier, en commençant par Venise, construite sur les îlots de la lagune du Lido au moment de l'invasion des Huns.
Comme les nids d'aigle occupés par les villages perchés, ces villages lacustres avaient en effet pour but principal de protéger leurs occupants des attaques en utilisant l'eau comme obstacle naturel. Si les premiers habitats étaient certainement à flanc de colline ou à l'entrée de grottes, d'autres ont directement été creusés à l'intérieur des roches, comme les villages troglodytiques de Cappadoce ou, plus près de nous, des bords de Loire.
L'excentricité peut également venir du désir de célébrer un saint facétieux, qui aurait choisi le lieu le plus inaccessible pour séjourner : pensons à Rocamadour ou encore au Mont Saint-Michel, la «merveille de l'Occident». Citadelles étoilées à la Vauban ou bories en pierres sèches de Provence, les architectes s'en donnent à cœur joie !


Vue du village de Rocamadour, photo : Gérard Grégor

Un peu d'ordre !

Si ces premières «agglomérations» sortent de terre dans l'anarchie, rapidement on se rend compte qu'une certaine organisation devient indispensable. Il ne s'agit pas de faire n'importe quoi ! C'est pourquoi, par exemple en Europe centrale, les maisons en en argile des premiers «paysans du Danube» se trouvent toutes orientées dans le même sens, celui des vents dominants. Au centre, un bâtiment plus important fait office de lieu de réunion tandis qu'un système hiérarchique, visible à la présence de bâtiments plus importants, se met en place.
Mais on n'est jamais trop prudent : à partir du IVe millénaire avant notre ère, on commence à ajouter palissades et fossés qui transforment les villages en camps fortifiés. Les communautés, de plus en plus nombreuses, commencent en effet à se concurrencer et s'observer d'un mauvais œil.
Dans le monde celtique ou gaulois, cette évolution donne naissance au 1er siècle av. J.-C. aux oppida (pluriel d'oppidum), places fortes situées en hauteur, entourées de murs cyclopéens et parfaitement organisées avec les artisans à proximité de la porte principale, puis les demeures des nobles, enfin, au centre, le sanctuaire.
Il ne s'agit plus tout à fait d'un village mais plutôt d'une ville, avec ses fonctions sociales diversifiées. La campagne alentour est émaillée de fermes isolées et de cabanes familiales. Bibracte, capitale des Éduens, en Bourgogne, est un bel exemple d'oppidum.

Villa romaine, mosaïque du IVe s. ap. J.-C., musée du Bardo, Tunis

De la villa au village

Profitant de la paix romaine, les Gaulois et autres Celtes quittent leur oppidum pour s'installer en plaine. Les campagnes se couvrent alors d'un nouveau type d'habitation, la villa, exploitation agricole plus ou moins importante, soumise à l'autorité d'un propriétaire riche et puissant.
À la fin de l'empire, la villa devient un point d'ancrage pour les paysans pauvres ruinés par une fiscalité écrasante. Ainsi en est-il de Montmaurin, au pied des Pyrénées. Mais les invasions barbares du Ve siècle changent la donne : les habitants commencent à se regrouper derrière les murs construits autour des anciennes villae et, mieux encore, trouvent protection à l'ombre des premiers châteaux forts, constructions rustiques en bois qui servent de refuge à un seigneur et à ses hommes (les châteaux en pierre apparaissent seulement vers l'An Mil).
Les châteaux poussent un peu partout grâce à la montée en puissance de ces seigneurs qui suppléent au IXe siècle à l'incurie des rois carolingiens face aux attaques des Vikings, Sarrazins et autres pillards. Dans les régions montagneuses ou vallonnées, ils sont érigés sur les crêtes et les éperons rocheux ; dans les plaines, sur des mottes artificielles ou «mottes castrales».
Établis à proximité immédiate des châteaux, les premiers villages médiévaux concentrent toute la vie économique du pays du fait de la quasi-disparition des villes antiques. Ils ne bénéficient pas de plan d'urbanisme mais tirent leur harmonie d'une judicieuse adaptation à la topographie et au climat local. Il en va autrement avec les sauvetés et les bastides à vocation militaire beaucoup plus tardavec un aménagement en damier ou en cercle.
Aux alentours de 1300, le maillage rural de la chrétienté occidentale est à peu près achevé, proche de celui que nous connaissons aujourd'hui, avec ses villages serrés autour de leur église paroissiale et de leur cimetière, témoin d'une histoire plus que millénaire.

L'État s'en mêle

Le 14 décembre 1789, en France, les députés de la Révolution décident la fin de toute distinction entre villes et villages : ne restent que des communes au territoire précis, à la population dénombrée et soumise à une administration représentative, désignée par des élections. Les premiers votes se déroulent dès février 1790 et aboutissent à la mise en place de près de 44.000 municipalités, généralement issues des paroisses.
La Fête de village, art populaire avant 1837, Paris, Musée des Civilisations de l'Europe et de la MéditerranéeLa Première République, en 1792, enlève au curé le registre des naissances, mariages et décès et le place sous la responsabilité du maire.
Avec la loi de séparation des Églises et de l'État, en 1905, c'est l'entretien du patrimoine religieux qui incombe désormais aux 36.600 communes qui ne vont par la suite cesser d'élargir leurs compétences, notamment grâce aux lois Deferre de décentralisation de 1982.
Échelons de proximité auxquels sont particulièrement attachés les Français, les communes rurales souffrent cependant de leur petitesse et se lancent dans des structures d'intercommunalité pour suppléer à leurs déficiences. L'avenir dira si cette stratégie est la bonne pour conserver l'âme de nos villages !

Dis-moi quel est ton nom...

Villes et villages portent dans leurs noms les étapes de notre Histoire. Vous habitez Narbonne ou Marseille ? Vous vivez donc sur les traces des Ligures (Narbo), ancêtres des Gaulois, ou des Grecs (Massalia). À moins que vous ne soyez plutôt attaché à d'anciennes terres gauloises, comme Huisseau (de uxellos : «le lieu élevé»), Brèves (de briva : «le pont») ou Argenteuil (de argentoïalos : «la clairière de l'argent»).
Du côté gallo-romain, les propriétaires des anciennes villae survivent dans les très nombreux noms en -ac (-acum) du Sud-Ouest, en -ville de Normandie, en -y du Nord ainsi que dans la façon de désigner les hameaux avec la préposition «chez» (de casa : «la maison»).
De son côté, la langue germanique se niche dans les -berg («le mont») de Schneeberg («le mont enneigé») ou Kirchberg («l'église sur le mont»). Plus tard, les temps féodaux nous ont légué toutes les appellations de localités dédiées à un saint, habitude remise en cause à la Révolution : c'est ainsi que la commune de Saint-Esprit, près de Bayonne, fut (provisoirement) rebaptisée du nom plus patriote de Jean-Jacques Rousseau !
C'est également la célébration de la patrie qui valut à Magenta (Indre) et La Crimée (Loiret) de rejoindre nos cartes géographiques. D'autres noms ont une origine plus anecdotique, comme ce Attin la Paix Faîte (Pas-de-Calais) qui, dit-on, célèbre une douce réconciliation entre Napoléon et Marie-Louise... Notons, au moment de la création de villes nouvelles dans les années 1960, la mode du retour à l'Antiquité dont bénéficia par exemple Sophia-Antipolis, appellation plus érudite mais moins malicieuse que certains Mouillepied, Pisse-Grenouille et Trousse-chemise...


Détail de la carte de Cassini, 1815, Institut géographique national, Saint-Mandé

«Mon village, au clocher, aux maisons sages...» (Charles Trenet)

En ce XXIe siècle, les Français cultivent la nostalgie du village, paisible, riche de ses traditions et opposé à la ville moderne, anonyme et au rythme de vie infernal. Il leur rappelle aussi leurs origines paysannes.
Affiche de campagne de François Mitterrand, 1981 La ruralité reste donc encore solidement ancrée dans l’inconscient collectif, au point de devenir un des éléments clefs de l'affiche de campagne de François Mitterrand en 1981, avec un village nivernais derrière le candidat de «la force tranquille» !
Elle exprime aussi l'attachement aux racines, voire la résistance face à l'envahisseur. Ainsi, tout le monde connaît un célèbre petit village gaulois qui «résiste encore et toujours» aux conquérants romains...
Aujourd'hui, nombre de citadins rêvent de faire partie de ces néo-ruraux qui redonnent vie aux villages. Mais c'est au risque de les transformer en villages-dortoirs ou en villages-musées, rompant ainsi le lien avec une histoire plus que millénaire.
Au moment où les nouvelles technologies permettent d'évoquer l'idée d'un village planétaire, parions que n'est pas prête de disparaître cette nostalgie déjà chantée par Joachim du Bellay au XVIe siècle :
«Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée […] ?»


Un peu long , mais très intéressant me semble-t'il. Qu'en pensez-vous ?


Dernière édition par mimi1260 le Mar 21 Mai 2013 - 8:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
louna
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 22452
Qualité : ben, heu !! sais pas trop

MessageSujet: Re: Il était une fois mon village.   Mar 21 Mai 2013 - 7:59

facile à lire
Revenir en haut Aller en bas
sergiojjboy
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 5155
Qualité : cool


MessageSujet: Re: Il était une fois mon village.   Mar 21 Mai 2013 - 16:30

Revenir en haut Aller en bas
http://salut-les-copains.bbactif.com/f7-photofiltre
Coccinelle
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 21167
Qualité : Qualité

MessageSujet: Re: Il était une fois mon village.   Mar 21 Mai 2013 - 22:33

flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Varenge
Citoyen-ne
avatar

Messages : 13182
Qualité : J'aime les animaux, en particulier les chats

MessageSujet: Re: Il était une fois mon village.   Jeu 23 Mai 2013 - 10:32

pleur Les villages se dépeuplent au profit des mégalopoles ou les gens entassés comme des sardines dans une boite d'anchois croient y trouver le bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.demographie-responsable.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il était une fois mon village.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il était une fois mon village.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» IL ÉTAIT UNE FOIS DES GENS HEUREUX PAR NICOLE MARTIN
» Il était une fois le Pas de Calais libéré 2014
» Il était une fois le Pas de Calais libéré 2015 (Souchez)
» Il était une fois [Léonie]
» il était une fois.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoires et légendes-
Sauter vers: