Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les véritables limites à la croissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Varenge
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 13183
Qualité : J'aime les animaux, en particulier les chats

MessageSujet: Les véritables limites à la croissance   Mar 28 Aoû 2012 - 14:51

http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/les-veritables-limites-a-la-croissance_1153001.html#xtor=EPR-797

Par Pierre Japhet, publié le 27/08/2012 à 09:52, mis à jour à 14:24

Alors que nous atteignons les limites physiques de notre planète et que cela commence à se voir, ce sont peut-être d'autres limites, plus philosophiques ou morales, qui nous feront enfin changer de cap.

Pour la majorité d'entre nous, les vacances se terminent. Comme moi, vous en avez peut-être profité pour lire un pavé qui trônait depuis plusieurs mois sur votre table de chevet? Le mien, c'était Les limites à la croissance (The limits to growth). Pas exactement un roman de plage, je vous l'accorde. Mais je ne suis presque pas allé à la plage, alors...

Plus connu sous les intitulés "Rapport du Club de Rome" ou "Halte à la croissance", cet ouvrage de Donella et Dennis Meadows et de Jorgen Randers est paru pour la première fois en 1972. Il est considéré à juste titre comme la première sonnette d'alarme adressée à la communauté internationale concernant les dégâts environnementaux et humains causés par un développement industriel incontrôlé et par les dérives d'une société de consommation débridée. Inutile de vous dire que l'ouvrage reste d'actualité, et ce d'autant plus qu'il vient d'être mis à jour et, cherry on the cake, traduit en français!

Le propos du livre est simple: nous ne pouvons pas poursuivre une croissance illimitée de notre économie mondiale dès lors que cette croissance repose sur une consommation toujours plus importante de ressources naturelles qui sont, de fait, disponibles en quantité limitée. Rien de très original? Certes aujourd'hui, mais en 1974 ils furent parmi les premiers à le dire. Et surtout ce qui rend l'exposé passionnant, c'est qu'il s'appuie sur une modélisation mathématique du monde réalisée par les auteurs. Leur modèle "World 3" permet en effet de simuler les évolutions du bien être, de l'espérance de vie et des ressources naturelles en fonction de notre adaptation aux limites de la planète et surtout de notre réaction aux signaux qu'elle nous envoie. Je ne vous surprendrai pas en vous disant que les scénarios les plus plausibles ne sont pas brillants brillants...

Mais au fait quelles sont ces limites à la croissance? On pense bien sûr aux ressources non renouvelables comme le pétrole, le charbon ou le gaz. Tous les minerais également. Mais surtout, il y a l'eau, les terres fertiles, la forêt, les plantes, les poissons, etc. Ce sont des ressources dites renouvelables, mais encore faut-il leur laisser le temps de se renouveler et/ou se dépolluer, ce que nous ne faisons globalement pas.

Pourtant, en refermant ce livre, je me disais qu'il y a une limite à la croissance qu'il n'aborde pas et qui n'est évidemment pas modélisée dans World3. Cette limite dont je veux parler, c'est celle de l'absurde.

Besoins artificiels vs besoins essentiels.
Absurdité d'un modèle économique qui aliène les hommes au lieu de les émanciper. Qui crée des besoins artificiels et superflus pour une minorité alors que tant de besoins essentiels (eau, alimentation, logement, sécurité) restent insatisfaits pour la majorité de l'humanité. Qui demande à nos ingénieurs de concevoir des produits moins solides et moins réparables, au lieu de plancher sur les problèmes d'accès à l'eau potable. Qui peut nous rendre riches dans le meilleur des cas, mais jamais heureux. Et qui plus souvent, remplace la pauvreté par la misère.

Cette limite de l'absurde, cela fait longtemps que nous l'avons atteinte et dépassée. Et c'est peut-être elle qui finira par nous faire changer de cap, alors que nous atteignons d'autres limites, plus physiques. Car les prises de conscience et les solutions alternatives se multiplient partout dans le monde: systèmes d'échanges locaux (SEL), monnaies fondantes, villes en transition, permaculture, bio-dynamie, commerce équitable, amap, crowdfunding, économie de fonctionnalité, économie circulaire, slow food, slow cities, mouvement des indignés,... Autant de manifestations d'une transformation lente mais profonde, qui cherche à redonner du sens et à remettre l'économie au service de l'humain, et non l'inverse.

D'ailleurs, même les auteurs des Limites à la croissance en parlent à leur manière, en fin de compte. En effet, après leur brillant exposé scientifique, ils n'hésitent pas une seconde à conclure en disant qu'une des solutions à ces limites, c'est l'amour. Plus d'amour. Tout simplement. Autant vous dire que j'ai passé de bien belles vacances.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.demographie-responsable.org
Rolande
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 7733
Qualité : souriante

MessageSujet: Re: Les véritables limites à la croissance   Mar 28 Aoû 2012 - 15:29

Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/myspi/
Coccinelle
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 20293
Qualité : Qualité

MessageSujet: Re: Les véritables limites à la croissance   Mar 28 Aoû 2012 - 22:38

merci Varenge !!

flowerflower
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les véritables limites à la croissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les véritables limites à la croissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le consumérisme a atteint ses limites
» les dates limites de consommation ?
» Pour nourrir notre réflexion: les fessées, les limites...
» Expliquer les limites
» Pratiques et limites de l'intervention de l'animateur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin social :: Ecologie-
Sauter vers: