Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De Kyoto à Durban, le monde est mal parti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Varenge
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 13183
Qualité : J'aime les animaux, en particulier les chats

MessageSujet: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Dim 11 Déc 2011 - 18:46

Je voulais pousser un coup de gueule sur Durban, un ami s'en est chargé sur son blog.
http://economiedurable.over-blog.com/article-de-kyoto-a-durban-le-monde-est-mal-parti-92073095.html

Kyoto, Copenhagen, Nagoya et maintenant Durban … nous enregistrons ces noms de sommets internationaux qui s’occupent de l’état de la planète, nous entendons à chaque fois que l’avenir de l’humanité se joue là, nous finissons par comprendre par delà les méandres de la diplomatie qu’un accord pas aussi fort qu’il eut fallu a été passé, a minima ou presque … et la vie continue, avec un nouveau rendez-vous prévu dans une autre ville dans deux ans dans trois ans (1). Et pendant ce temps, notre économie carbonée crache à pleins poumons, les pays développés continuent sur leur lancée consommatrice, les pays émergents n’en finissent pas d’émerger à coup de centrales à charbon et de grands barrages hydroélectriques, et les pays pauvres font ce qu’ils peuvent.

En paraphrasant René Dumont, on a envie de dire que "le monde est mal parti". Avec des pays riches fonctionnant à la démocratie élective peu outillée pour gérer les enjeux de long terme, avec des pays émergents qui veulent de toute leur force faire leur le modèle économique des pays riches, prenant ainsi leur revanche sur un modèle colonial qui les a brisés pendant plusieurs siècles, et des pays pauvres qui n’en peuvent mais et sont le plus souvent submergés par une croissance démographique qui bouleverse leurs cadres, comment réussir à s’entendre à l’échelle de la planète pour limiter les impacts d’une trop forte exploitation de notre biotope ? Comment faire comprendre au Brésil, à l’Inde ou à la Chine qu’à peine trouvée leur place dans l’économie-monde industrielle, ils doivent entraver leur croissance économique et limiter au maximum leurs rejets de gaz à effet de serre quand l’Occident s’est développé sans aucune préoccupation de ce genre pendant deux siècles ? Comment faire comprendre aux classes moyennes d’Amérique ou d’Europe que leurs enfants ne vivront pas aussi bien que leurs parents si une place de consommateur doit être faite aux enfants du tiers-monde tout en ne saccageant pas la planète en moins d’un demi-siècle ? Comment dire aux nigériens ou aux égyptiens que même en vivant très pauvrement leur modèle démographique les mène dans le mur et qu’eux aussi feront bientôt partie du problème écologique ?
Dans une négociation internationale, la logique du court terme comprise au niveau de chaque état l’emporte. Quand la somme des intérêts de chacun est incompatible avec l’intérêt de tous, quand la logique des externalités négatives joue à plein, quand aucune autorité mondiale ne peut s’imposer, comment faire pour aboutir à un accord suffisamment fort et contraignant pour être à la hauteur des enjeux ? Alors nous dévidons les sommets comme les brins d’une guirlande éphémère …

Par son incapacité à prendre les mesures qui s’imposent, notre monde bascule peu à peu dans un futur sans avenir, oscillant sans cesse entre les catastrophes, loin très loin de l’intelligence des hommes qui du plus profond de leur histoire ont tressé les brins d’une guirlande éternelle (2).
___________________________________________________________________________________________________
(1) Ces sommets se suivent et se ressemblent, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre française de l'Ecologie et du Développement Durable, parle de "tous petits pas" dans une interview au Figaro du 11 Décembre 2011. Il y a teize mois, la même chose pouvait être dite, cf: Kioto, Copenhague, Nagoya ou les étapes d'une course contre la montre.
(2) Douglas Hofstadter, Gödel, Escher, Bach: an Eternal Golden Braid, Basic Books, 1979 ; version française Gödel, Escher, Bach: les Brins d’une Guirlande Eternelle, Dunod, 1985.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.demographie-responsable.org
Noel
Admin
Admin
avatar

Messages : 29984
Qualité : Plein

MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Dim 11 Déc 2011 - 19:00

C'était couru d'avance certains pays se foutent de la pollution et de la surconsommation. Les générations futures n'ont pas fini de nous en vouloir à raison.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gensordinaires.com/
Varenge
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 13183
Qualité : J'aime les animaux, en particulier les chats

MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Lun 12 Déc 2011 - 10:43

C'est sûr que nos descendants vont nous maudire de les avoir mis dans la m...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.demographie-responsable.org
Cmoi
Invité



MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Mer 14 Déc 2011 - 8:09

Citation :
En paraphrasant René Dumont, on a envie de dire que "le monde est mal parti". Avec des pays riches fonctionnant à la démocratie élective peu outillée pour gérer les enjeux de long terme, avec des pays émergents qui veulent de toute leur force faire leur le modèle économique des pays riches, prenant ainsi leur revanche sur un modèle colonial qui les a brisés pendant plusieurs siècles, et des pays pauvres qui n’en peuvent mais et sont le plus souvent submergés par une croissance démographique qui bouleverse leurs cadres, comment réussir à s’entendre à l’échelle de la planète pour limiter les impacts d’une trop forte exploitation de notre biotope ?

Le mieux ce serait que chaque pays balaye sa façade avant.

Citation :
Comment faire comprendre au Brésil, à l’Inde ou à la Chine qu’à peine trouvée leur place dans l’économie-monde industrielle, ils doivent entraver leur croissance économique et limiter au maximum leurs rejets de gaz à effet de serre quand l’Occident s’est développé sans aucune préoccupation de ce genre pendant deux siècles ?

Il y a deux siècle le monde occidental était inculte et ne pouvait prévoir qu'il deviendrait destructeur, maintenant que la leçon est tirée c'est bien d'avertir les autres et de reconnaître leurs erreurs, si croissance économique il y a, le plus intelligents avant d'en tirer des bénéfices énormes réinvestit ds des conneries c'est je trouve investir les bénéfices dans des solutions écologiquement utile à la croissance de ces mêmes pays (je ne savais pas que les chinois était en retard, eux qui ont inventé le feu d'artifice et nous émerveillent ainsi chaque nouvel an.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Mer 14 Déc 2011 - 8:16

Citation :
Comment dire aux nigériens ou aux égyptiens que même en vivant très pauvrement leur modèle démographique les mène dans le mur et qu’eux aussi feront bientôt partie du problème écologique ?

Hé oui, et en plus ce genre d'horreur porte un nom, mais bon pour la croissance démographique les chinois eux sont en avance clin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Mer 14 Déc 2011 - 8:18

Citation :
Quand la somme des intérêts de chacun est incompatible avec l’intérêt de tous, quand la logique des externalités négatives joue à plein, quand aucune autorité mondiale ne peut s’imposer, comment faire pour aboutir à un accord suffisamment fort et contraignant pour être à la hauteur des enjeux ?

l'éclairage de lanterne eteindrelumière
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Mer 14 Déc 2011 - 8:27

Arrêtons de manger ces aliments à base d'huile de palme un meurtrier aussi silencieux que le co et pourtant, on continue l'exploitation de cette merde dorée. Donner la possibilité au gens de se chauffer autrement qu'avec le gaz de ville ou le fuel (un vieux rêve), arrêter de construire des maisons classiques même si isolées mais obliger la construction de maison passive. Offrir des pilules aux pays pauvres et leur laisser la possibilité de faire l'amour, attaquer le mal à la racine. Moi si mes moyens financiers me le permettaient j'isolerai les plafonds de ma maison, j'aurais un poele à pellet, j'irai habiter plus prêt du lieu de travail de mon mari et des magasins et des transports en commun. Planter des arbres à croissance rapide et plus encore du photovoltaïque moins cher pour supprimer ces bombes nucléaire obèses.

Mon dieu, si j'étais président de la république.
Revenir en haut Aller en bas
Varenge
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 13183
Qualité : J'aime les animaux, en particulier les chats

MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   Jeu 15 Déc 2011 - 11:48

Bonjour Invité

Vous avez de bonnes idées: faites les parvenir aux Verts, je sais par expérience qu'ils ne vous répondront pas; Ce qui les intéresse c'est uniquement de sortir du nucléaire sans même prévoir que tant que la population ne sera pas stabilisée nous ne pourrons pas réduire les consommations d'énergie, vu que les nouveaux arrivants consomment ce que les anciens ont économisé , c'est comme vouloir partager la moitié d'un gâteau avec un nombre illimité d'invités.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.demographie-responsable.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De Kyoto à Durban, le monde est mal parti   

Revenir en haut Aller en bas
 
De Kyoto à Durban, le monde est mal parti
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De Kyoto à Durban, le monde est mal parti
» master 2 "monde du livre" à aix
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu
» Institut du Monde Arabe
» article-payer les mères à la maison,tout le monde y perdrait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin social :: Ecologie-
Sauter vers: