Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journée Mondiale des animaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rolande
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 7733
Qualité : souriante

MessageSujet: Journée Mondiale des animaux   Mar 4 Oct 2011 - 22:47




Cette "journée mondiale des animaux" fait partie des nombreuses journées dont les Nations Unies sont inspiratrices... particularité tout de même ici, le site internet des nations unies ne parle pas de la journée proprement dite mais propose des sujets forts documentés sur différents animaux en danger : Autant d'inventions à s'informer et, pourquoi pas réagir !

Je vous propose de découvrir plusieurs de ces dossiers :



Le tigre

Le majestueux tigre n'a plus que quelques endroits où se cacher. A une époque, il rodait librement dans les vastes forêts mangroves, qui aujourd'hui ont pratiquement été détruites par les hommes. Les braconniers obtiennent un prix plus élevé pour les peaux de tigre et d'autres parties de l'animal utilisées en médecine traditionnelle.

Il ne reste aujourd'hui plus que 7 000 tigres environ dans la nature alors qu'ils étaient plus de 100 000 il y a un siècle.

Les animaux tels que les tigres ont besoin de vastes territoires pour survivre. Deux projets appuyés par les Nations Unies aident les pays à protéger et à gérer leurs forêts naturelles qui abritent des espèces en voie de disparition. De plus, ces projets de conservation offrent aux communautés locales qui dépendent de la forêt des formes alternatives de subsistance.

Situés entre l'Inde et le Bangladesh, la région des Sundarbans est un des derniers grands écosystèmes côtiers de terres humides, avec quelque 10 000 kilomètres carrés de forêts mangroves. Compte tenu de leur faune et de leur flore uniques, certaines parties des Sundarbans situées dans les deux pays ont été déclarées Sites du patrimoine mondial.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) travaille avec l'Inde et le Bangladesh sur un partenariat visant à protéger la diversité biologique des marécages mangroves des Sundarbans où les tigres continuent de roder. Ce projet permettra aux gens extrêmement pauvres qui vivent à proximité de ces sites de développer d'autres sources de revenus tels que le tourisme. « Nous voulons que les locaux soient moins dépendants de l'exploitation de la forêt » dit Arin Ghosh, qui s'occupe des forêts dans la province de l'Ouest Bengal de l'Inde.

Les régions protégées sont de plus en plus isolées des autres habitats naturels ce qui rend difficile la protection de leur diversité biologique. Une solution consiste à lier les zônes protégées aux autres forêts et sanctuaires en recréant des couloirs. Cela implique d'aider les gens qui vivent dans ces couloirs à être moins dépendants des ressources de la forêt pour vivre.

Grâce aux fonds provenant de la Fondation des Nations Unies et du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), le PNUD met en oeuvre un projet pour protéger et réhabiliter l'unique couloir de forêt reliant le Parc national royal de Chitwan, site du patrimoine mondial situé au Népal, avec la chaîne de forêts des hauts plateaux himalayens, où vivent les tigres et d'autres espèces en voie de disparition. Les familles locales seront formées à des style de vie alternatifs et les villageois recevront des primes pour promouvoir la conservation de la faune et la protection de l'habitat.

Les tigres, d'autres animaux et des plantes rares sont protégés grâce à la Convention sur le commerce international des espèces menacées de la faune et de la flore sauvages (CITES). Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) administre le traité qui interdit le commerce international de tigres et des parties de leurs corps. Les pays font appel au CITES pour renforcer leur effort national visant à interdire de tuer ou de vendre tous les animaux et les plantes en voie de disparition et à les aider à capturer les braconniers et les contrebandiers.


Le panda

Le panda géant a capturé le coeur des gens dans le monde entier en devenant un symbole reconnu de l'effort pour sauver les espèces en danger. L'une des attractions favorites des zoos, le panda est extrêmement rare.

l est difficile d’évaluer le nombre de pandas en vie. On estime qu’il y en a 800 qui vivent à l'état sauvage et environ 100 qui vivent en captivité, la plupart dans des zoos, dans des centres d'élevage et dans des réserves en Chine. Malgré toute l'attention accordée à son sort et les efforts internationaux pour sauver le panda, il risque fort de disparaître.

Autrefois, le panda errait dans les terres en contrebas des montagnes, du Myanmar au nord du Vietnam ainsi que dans l'est et le sud de la Chine. Mais l'agriculture, le développement et les coupes rases ont détruit les forêts de bambous qui leur servaient d'habitat naturel.

Plus de 50% de ces forêts ont été perdues durant les dix dernières années et elles ne sont pas facilement remplaçables. Les bambous ne fleurissent que tous les 80 à 100 ans, il leur faut 20 ans pour pousser suffisamment afin de pouvoir subvenir aux besoins d'une population de pandas.

Les choses se sont aggravées dans les années 1980. La plupart des forêts de bambous de Chine ont péris soudainement de façon inexplicable et plus de 150 pandas sont morts affamés.

La perte de leur habitat associée à l’avance des habitations humaines ont forcé les pandas à se retirer plus haut dans les montagnes où ils sont isolés et incapables de voyager vers les bosquets de bambous qui peuvent encore les faire vivre.

Les scientifiques ne savent pas si les taches noires et blanches des pandas sont un camouflage adapté à leur habitat montagnard ou si cela permet aux animaux solitaires de se reconnaitre. Malheureusement leur belle fourrure fait d'eux une proie facile pour les braconniers. Bien qu'ils soient protégés dans les réserves, les pandas sont parfois tués par des pièges illégaux qui sont destinés aux antilopes et aux cerfs.

Les zoos et les centres d'élevage étudient les habitudes de cet animal solitaire, espérant en encourager l'élevage, mais ce n'est pas du tout facile. Les pandas à l’état sauvage ont un taux de reproduction très faible et un taux de mortalité infantile très élevé. Selon les chercheurs, ils ne connaissent cependant pas les problèmes de ceux en captivité. A l'état sauvage, tous les adultes males et femelles participent à la reproduction. En captivité, ils sont seulement 28%.

Des zones isolées d'habitation pour les pandas ne marcheront pas. Leurs défenseurs disent qu'il est nécessaire de renforcer les réserves de panda actuelles et d'établir des corridors entre elles. La Chine fait de nombreux efforts pour assurer la pérennité de l'espèce. Depuis 1963, le gouvernement a proclamé 13 réserves protégées où les bambous prospèrent, dans six chaines montagneuses isolées dans le Sichuan, Shaanxi, et dans les provinces Gansuin de la Chine occidentale.

Cependant le problème de la perte d'habitat pour les pandas est un défi pour la Chine à cause de la demande de terre et de ressources par une population de plus d'un milliard de personnes. « Le seul espoir pour la vie des pandas, c'est l'harmonie entre les besoins des hommes et les besoins des pandas. » dit Elizabeth Kemf du Fonds Mondial pour la Nature (WWF). « Les pandas géants ont besoin de vastes étendues de forêts montagneuses tempérées avec beaucoup de bambous; les gens qui vivent à proximité ont besoin de sources de revenus sures et de meilleurs moyens de subsistance; la Chine a besoin de l'aide des peuples du monde pour protéger son "trésor national" pour toute l’humanité ».

Dans le cadre de l’effort mondial pour protéger la planète et les animaux qui l'habitent, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) gère l'un des plus grands accords au monde, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Ce traité international entre les gouvernements a pour but de s'assurer que le commerce international des animaux sauvages et des plantes ne menace pas leur survie.

L'une des décisions majeures du CITES concerne le prêt des pandas géants aux zoos. Les larges sommes d'argent payées -allant jusqu'à un million de dollars ou plus l'année- sont une incitation à retirer les pandas de leur habitat naturel. Désormais, ils ne peuvent être exportés que si cela aide à protéger l'espèce. Des lieux d’élevage adaptés doivent être mis en place, et tous les bénéfices doivent servir à la protection des pandas géants. La Chine applique des lois strictes contre le braconnage des pandas. Les contrevenants peuvent encourir une peine de prison à vie pour avoir vendu des fourrures au marché noir.

Aujourd’hui, 160 gouvernements sont tenus à la Convention CITES, qui offre une protection à plus de 35 000 espèces d'animaux et de plantes. Pas une seule espèce n'a disparu depuis le début de la CITES en 1975.



L'élephant

Dans les cirques et les zoos, les temples hindous et même dans les livres d'enfants, l'éléphant a toujours captivé les audiences ainsi que ses adorateurs à travers les siècles. Tragiquement le plus grand mammifère de la planète a été décimé à travers les âges pour assouvir la demande mondiale d'ivoire.

Bien qu'il y ait eu une interdiction international sur l'Ivoire depuis 1989, les élephants sont encore menacés par l'homme, le braconnage illégal n' est pas le problème essentiel. La perte de l'habitat est le problème principal pour maintenir les éléphants d'Afrique et d'Asie. En Afrique ils courent un grave danger, et en Asie ceux qui restent sont pratiquement tous domestiqués, leur espèce est en danger.

De nos jours, l'extension de l'habitat, l'augmentation de la population et l'avancée de l'agriculture font qu'il n'y a plus beaucoup de terre libre pour que les troupeaux puissent voyager et trouver de quoi se nourrir.

Le résultat c'est qu'il y a une augmentation de troupeaux d' éléphants qui attaquent les champs et détruisent les récoltes . la mésentente entre les éléphants et les gens a entrainée la mort de 300 personnes.Il y a une pression sur ceux qui sont responsable de la faune pour qu'ils exterminent les éléphants qui vivent pres des hommes afin diminuer le risque d'accident. Dans les années 1970, le trafique illégal d'ivoire avait atteint un point culmunant. Il n'en avait jamais été ainsi au début du 20ème siècle. 80 pour cent de l'ivoire venant de l'Afrique avait été acquise de façon illégale. Le braconnage est toujours un grand problème en Afrique de l'ouest et en Afrique centrale, malgré l'interdiction, l'ivoire est toujours vendu dans certains pays et l'exportations va en augmentant en Asie.

Le problème de la protection des éléphants doit être addressé sur plusieurs points, notamment celui de la perte de leur habitat, le braconnage et la vente illégal ainsi que la mésentente entre les hommes et les éléphant. Le dénombrement des éléphants doit être fait ainsi que la construction d'une réserve par les autorités en charge de la faune est vital pour la préservation de l'espèce.

Le programme des Nations Unies pour la proctection de la nature et de l'environement (PNUE) a décidé d'administrer l'un des plus grand traités sur la préservation : la Convention sur le commerce international des espèces en voie de disparition la Faune et la Flore (CITES).

Le but du CITES c'est de s'assurer que le commerce internationale de la faune et la flore ne menace pas leur survie.

Plus de 160 gouvernements ont pris part à la signature du traité, qui offre la protection à plus de 35 000 espèces d'animaux et de plantes selon leur condition dans la végétation et l'effet que l'effet que le commerce internationale puisse avoir sur eux. Le CITES interdit le commerce des espèces en voie de disparition. Il protège les espèces qui ne sont pas en voie d'extinction mais sont peut être menacées si le commerce internationale n'a pas de régulation.

Des procédures ont été mises en place à travers le CITES, pour examiner le commerce des produits concernant les éléphants.Le status des éléphants varient selon différent degrés de pays en pays. Certains pays Africains pensent qu'un commerce légale et régulé de l'ivoire peut être bénéfique économiquement sans mettre en danger l'espèce.

Deux programmes de surveillance ont été mis sur pied sous le CITES pour collecter des informations et pour établir une politique de commerce : MIKE surveillance contre le massacre des éléphants ) and ETIS ( Systeme d'information pour le commerce des éléphants).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/myspi/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journée Mondiale des animaux   Jeu 6 Oct 2011 - 17:53


bien merci

Que dire alors de la torture d'animaux, saluée et applaudie par des gens, soi-disant, civiques???!!! La corrida.
Revenir en haut Aller en bas
 
Journée Mondiale des animaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée Mondiale des pecheurs artisans et des travailleurs de la mer JM de la Télévision
» Journée mondiale des toilettes.... à Fontenay aussi
» Protection Mondiale des Animaux de Ferme "PMAF"
» Journée de la Femme, blague en image
» Journée mondiale du tricot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin social :: Le coin des animaux (associations, divers)-
Sauter vers: