Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 30 septembre ... Charles Richter / Simone Signoret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rolande
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 7733
Qualité : souriante

MessageSujet: 30 septembre ... Charles Richter / Simone Signoret    Ven 30 Sep 2011 - 15:58

30 septembre




1985 Charles Richter, sismologue, auteur de l'échelle du même nom qui permet d'évaluer et comparer les séismes.

Sismologue américain né à Butler County près de Hamilton (Ohio) le 26 avril 1900 et mort le 30 septembre 1985 à Altadena (Californie). Charles Richter est né dans une famille de fermiers de l'Ohio.
Il passe son adolescence à Los Angeles en Californie.
Il fréquente le laboratoire de sismologie de Pasadena en 1927 et étudie à l'université de Stanford, et au "California Institute of Technology" (Caltech), où il obtint son PhD de Physique en 1928.
La même année, il épouse Lillian Brand.
En 1935, pas satisfait des échelles de Rossi (années 1880) ou de Mercalli (1902) décrivant les séismes en termes de destruction ou sensation, il présente une échelle permettant de décrire l'intensité d'un tremblement de terre à son épicentre par l'énergie mise en jeu.
Il travaille au "Carnegie Institute" de 1927 à 1936 puis au "California Institute of Technology" comme personnel technique. Il y devient professeur de séismologie en 1952.
En 1956, avec Beno Gutenberg (1889-1960), il montra que la magnitude 0 correspond à environ 10 Joules, alors que la magnitude 9 égale 10 Joules.
Il meurt le 30 septembre 1985 à Altadena près de Pasadena en Californie.






1985 Simone Signoret, de son vrai nom Simone Kaminker, née à Wiesbaden, le 25 mars 1921, et décédée à l'age de 64 ans le 30 septembre 1985, est arrivée dans le cinéma par l'entrée de service: pendant la guerre et, comme elle dit, "afin de ne pas crever de faim". Elle était sténo-dactylo, donnait des leçons d'anglais. Elle imagina faire de la figuration, ce qui ne rapportait pas bien gros non plus. Mais, la chance aidant, cela permettait au moins de manger à sa faim. La vocation ? Ce n'était pas exactement ce qui la poussait, irrésistiblement du moins. Elle fut reconnaissante à Jean Boyer qui lui donna une petite chance dans Le Prince charmant, en 1942. Avec sa franchise habituelle, elle avoue: "J'étais sans aucun doute la plus grande des gourdes, ne connaissant absolument rien du métier...". Mais, lucide et intelligente, elle apprit vite. Son premier vrai film, quatre ans après, fut Les Démons de l'aube. Réalisateur: Yves Allégret, son mari, père de sa fille Catherine.

A partir de là, tout allait de mieux en mieux. Elle eut progressivement des rôles convenant à son tempérament dramatique. Les Anglais firent une première fois appel à elle pour les Guerriers dans l'ombre. Son premier vrai grand rôle fut néanmoins sous les traits de Dédée d'Anvers. En 1951 vient Casque d'Or, son film symbole, son film préféré aussi avec le rôle d'Alice dans Les Chemins de Haute Ville. Casque d'Or aussi mythique soit-il fut un flop completen France. C'est sa carrière britannique qui sauva le film. En revanche, le Clouzot, , Les Diaboliques battit des records de recettes. Elle a d'ailleurs une faiblesse avouée pour certains de ses films qui n'ont pas tellement bien marché, La Mouette par exemple.

Non que ceci soit contradictoire: c'est plutôt dans l'ordre normal des choses en ce qui la concerne. Elle a connu des périodes d'éclipses, choisissant ses cinéastes et ses rôles de manière exigeante (juqu'à un Chéreau débutant vers la fin de sa carrière). Elle est de celles qui méritent des rôles spécialement écrits pour elle, dont les répliques épousent le style de son franc-parler, partie intégrante de sa forte personnalité.

Physiquement, elle a beaucoup changé aussi, assumant son âge, ses rides, son poids. Beaucoup lui reprochent de s'être "laissée aller". Elle tient à ce qu'on sache qu'elle ne se vieillit nullement pour certains de certains de ses rôles: elle hait les artifices et, ayant accepté de vieillir, s'y sent très bien.

La bagarre? Elle aime ça! Ayant eu des rêves de star quand elle était jeune, par la suite, cela la faisait rire. Comme elle pouffa en apprenant que la critique lui avait décerné un Prix Citron. Elle n'alla pas en prendre possession, mettant tous les rieurs de son côté à cette occasion en décrochant aux membres du jury une de ces flèches acérées dont son carquois était bien fourni. Elle n'avait que faire des prix de popularité. Cruelle, elle pouvait l'être parfois, en restant humaine et cela faisait un très bon équilibre: celui dans lequel elle fut longtemps douillettement installée.

Mais au delà de la Star, de la femme politiquement engagée, il y avait d'abord une amoureuse. Et sa carrière ut souvent influencée par ses hommes. Elle fut d'abord la femme d'Yves Allégret qui lui donna de très bons rôles durant la première phase de sa carrière. Un autre Yves a remplacé le premier et ce roman d'amour-là a duré plus d'un quart de siècle. A plusieurs reprises, Simone a mis sa carrière en veilleuse pour mieux être dans l'ombre de Montand. Un couple parfait pour les Unes de magazine, le pendant cinématographique de Renaud/Barrault. Même l'épisode Marilyn Monroe, si ostensiblement monté en épingle par la presse, n'a pas réussi à faire osciller ce bonheur. Si Simone a souffert de cet intermède, elle n'en laissa rien paraître et la vie continua comme avant. Car ces époux éprouvaient l'un pour l'autre, outre l'amour, une totale admiration. Leur couple était un acte de foi inébranlable.

Elle fut de celles qui confirment qu'en vieillissant, on devient bien meilleur comédien. On gagne en métier, en autorité. Lâge rend un visage plus émouvant. En 1986, au festival de Cannes, on lui dédia un film-hommage de Chris Marker où l'on retrouve toutes les phases de cet itinéraire sans concessions. Selon Didier Sandre: "Graine de battante, elle s'est toujours efforcée de mener à bien toutes ses entreprises, qu'elles soient cinématographiques, politiques ou bien humanitaires, avec un sens profond de la lutte et du combat". Duras, qui s'y connaissait, a tout compris. Tout: "C'était une reine. Elle a sorti la France de ses gonds, elle l'a faite internationale." Au jour de sa mort, Libération avait titré simplement, mais sur toute sa Une: Simone.

Source : http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-simone_signoret-1086.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/myspi/
Noel
Admin
Admin
avatar

Messages : 28993
Qualité : Plein

MessageSujet: Re: 30 septembre ... Charles Richter / Simone Signoret    Jeu 1 Déc 2011 - 20:06

LU
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gensordinaires.com/
 
30 septembre ... Charles Richter / Simone Signoret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yves Montand
» L'échelle de Richter
» St-James, Soeur Simone
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» Charles Théophile FERET

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin social :: Actualités générales, faits divers de nos régions que nous avons envie de faire partager.-
Sauter vers: