Le forum des Gens Ordinaires

Forum de discussions entre amis du net. Ouvert à tous.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Kid, premier long métrage de Charlot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rolande
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 7733
Qualité : souriante

MessageSujet: The Kid, premier long métrage de Charlot   Sam 26 Fév 2011 - 2:01

Le 5 février 1921, les spectateurs américains découvrent The Kid, le premier long métrage de Charlie Chaplin.
Le cinéaste n'est pas un inconnu. Il s'est déjà rendu célèbre à travers ses courts métrages qui lui ont valu d'être baptisé Charlot par les Français (traduction de son petit nom anglais Charlie).
Fabienne Manière.



Un enfant de la balle



Charles
Spencer Chaplin est né à Londres le 16 avril 1889 dans une famille
d'artistes du music-hall. À 5 ans, d'après ses souvenirs, il chante sur
scène à la place de sa mère, victime d'une extinction de voix, et sa
performance impromptue fait rire le public aux larmes !
Il participe dès l'âge de 9 ans à des tournées au sein d'une petite troupe, «Eight Lancashire's Lads».
Son père étant mort alcoolique en 1896 et sa mère devenue folle,
Charles quitte définitivement Londres pour les États-Unis en 1912.
Engagé par Mack Sennett, il interprète son premier film en 1914 et, la
même année, réalise lui-même ses premiers films. Pas moins de 35 !
Il va très vite s'épanouir dans le cinéma muet, en donnant par la
grâce du rire une épaisseur humaine aux vagabonds et aux déshérités de
la classe ouvrière.

Max Linder le précurseur





De son propre aveu, Charlie Chaplin a puisé son inspiration dans l'oeuvre d'un précurseur, le Français Max Linder.
Né à Saint-Loubès (Gironde) sous le nom de Gabriel Leuvielle,
il se fait connaître dès 1905 comme le créateur de nombreux films
loufoques.
Après la Grande Guerre qui lui vaut d'être mobilisé, Max Linder
reprend sa carrière de cinéaste à Chicago, dans un studio qui accueille
aussi Charles Chaplin, puis à Los Angeles. Il réalise des longs
métrages comme Sept ans de malheur ou L'étroit mousquetaire (une parodie !).
La fin est moins drôle. Il se suicide en 1925, à 41 ans, en
entraînant dans la mort sa jeune femme âgée de moins de 20 ans, épousée
deux ans plus tôt.


Un mythe planétaire

Directeur exigeant, Charles Chaplin fonde en 1919 une compagnie de production, les Artistes Associés, avec les acteurs Douglas Fairbanks et Mary Pickford et le réalisateur D.W. Griffith.
La compagnie se présente à ses débuts comme une fédération de
producteurs indépendants. Elle est rejointe par J. Schenck, producteur
de Buster Keaton et également Samuel Goldwyn... «Les fous dirigent l'asile», disent de mauvaises langues.
L'arrivée du cinéma parlant (1927) ne l'empêche pas de réaliser l'un de ses films les plus beaux et plus émouvants, City Lights (Les Lumières de la ville, 1931). Son dernier film muet, Modern Times (Les temps modernes, 1936), s'inspire très nettement du film tendre et drôle de René Clair, A nous la liberté (1932).
D'un long métrage au suivant, son engagement politique devient de plus en plus vigoureux jusqu'à atteindre le summum dans The great dictator (Le dictateur, 1940). Mais cette caricature perspicace de Hitler est froidement accueillie aux États-Unis.
Sortie de scène





Après la guerre, Charlie Chaplin réalise Monsieur Verdoux (1947) en s'inspirant de l'affaire Landru.
Lui-même a une vie sentimentale agitée. Il se marie quatre fois,
avec des femmes à peine sorties de l'adolescence. Il a au total dix
enfants dont huit avec sa dernière épouse, Oona O'Neil, qu'il épouse en
1943 (elle a alors 18 ans et lui 53).
Critiqué pour ses engagements politiques à l'époque du maccarthysme,
qui plus est désorienté par l'arrivée du cinéma parlant, il choisit en
1952 de traverser l'Atlantique et de s'établir en Suisse. Il dénonce
l'intolérance dans Un roi à New York et tourne un dernier film en 1967, avec Marlon Brando et Sophia Loren : La comtesse de Hong Kong. Ce n'est pas le meilleur qu'il nous ait laissé.
Anobli par la reine Elizabeth II en 1975, Charlot devient Sir Charles. Il s'éteint dans sa résidence suisse le jour de Noël 1977. Son personnage de Charlot demeure avec Tintin l'une des figures mythiques du XXe siècle

Source : Herodote
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/myspi/
Noel
Admin
Admin
avatar

Messages : 30314
Qualité : Plein

MessageSujet: Re: The Kid, premier long métrage de Charlot   Dim 13 Mar 2011 - 21:07

bien
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gensordinaires.com/
sergiojjboy
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 5148
Qualité : cool


MessageSujet: Re: The Kid, premier long métrage de Charlot   Lun 14 Mar 2011 - 16:37

très bon souvenirs de ses films... bien
Revenir en haut Aller en bas
http://salut-les-copains.bbactif.com/f7-photofiltre
sincer
Membre


Messages : 88
Qualité : Qualité

MessageSujet: Re: The Kid, premier long métrage de Charlot   Dim 4 Sep 2011 - 17:08

suis d`accord très bonnes souvenirs
emule
Revenir en haut Aller en bas
Coccinelle
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 20378
Qualité : Qualité

MessageSujet: Re: The Kid, premier long métrage de Charlot   Dim 4 Sep 2011 - 22:46

malgré les années, c'est vrai que ça reste un mythe..

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Kid, premier long métrage de Charlot   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Kid, premier long métrage de Charlot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le long récit de mon premier accouchement
» Harry Roselmack : Premier JT ce soir à 20 heures
» Chasseur de mines M619 Vinh-Long
» Sarkozy, premier bilan
» Quizz Beauté "mon premier, mon dernier"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des Gens Ordinaires :: Le coin culturel :: Histoires et légendes-
Sauter vers: